‘Le meurtre d’un Juif fait figure d’alerte de terreur islamique en Amérique latine’
Rechercher

‘Le meurtre d’un Juif fait figure d’alerte de terreur islamique en Amérique latine’

Le Centre Simon Wiesenthal déclare au président d’Uruguay que le cri du meurtrier ‘d’Allah Akbar’ est un signe annonciateur de terrorisme

David Fremd, au centre, a été poignardé à mort dans une attaque présumée antisémite à Paysandu, Uruguay, le 8 mars 2016. (Crédit : Facebook)
David Fremd, au centre, a été poignardé à mort dans une attaque présumée antisémite à Paysandu, Uruguay, le 8 mars 2016. (Crédit : Facebook)

Le meurtre d’un homme d’affaires juif en Uruguay marque l’arrivée du terrorisme islamiste du Moyen Orient en Amérique Latine, déclaré un groupe juif.

« Le cri du meurtrier ‘d’Allah Akbar’ souligne la transplantation du terrosime islamiste du Moyen Orient vers l’Amérique Latine », a déclaré Shimon Samuels, le dicteur des relations internationales pour le Centre Simon Wiesenthal, dans une lettre au président de l’Uruguay, Tabare Vazquez.

Samuels a également écrit : « Du couteau à la balle à la bombe, on retrouve le terrorisme exposé par le procuteur argentin assassiné Alberto Nisman« . Il a ajouté que « Gaza n’a pas sa place en Uruguay ».

David Fremd, 55 ans, a été assassiné dans la petite ville de Paysandu le 8 mars.

Son tueur présumé, un Uruguayen nommé Carlos Omar Peralta Lopez âgé de 35 ans, est en détention.

Lopez, qui a pris le nom islamique d’Abdullah Omar, a déclaré aux autorités le jour après le meurtre, « j’ai tué un Juif en suivant l’ordre d’Allah », selon le journal El Observador.

Samedi, une manifestation à la mémoire de Fremd a été organisée à Paysandu. La France, à travers son ambassade en Uruguay, a condamné l’attaque, comme l’a fait l’Eglise Catholique d’Uruguay.

Selon un représentant du Centre Wiesenthal en Amérique Latine, Ariel Gelbung, « une approche hémisphérique est nécessaire pour tenir le Moyen-Orient à l’écart de l’Amérique ».

Ce type d’antisémitisme « n’est pas caractéristique de l’Uruguay », selon Dina Siegel Vann, directrice de l’Institut Belfer pour les Affaires de l’Amérique Latine du Comité Juif Américain.

« L’attaque violente montre à nouveau que la haine vile à l’égard des Juifs dépasse les frontières. L’AJC se tient avec nos partenaires juifs d’Uruguay, qui, ensemble avec les autorités du gouvernement, doivent maintenant être plus vigilants pour assurer la sécurité des Juifs ».

L’attaque par un individu a lieu dans une région qui a été témoin des attaques mortelles à Buenos Aires, en Argentine, de l’ambassade israélienne en 1992 et du centre juif AMIA en 1994.

L’Iran, à travers le groupe terroriste du Hezbollah, a été accusé d’être derrière l’attaque, même si personne n’a été traduit devant la justice.

Nisman a accusé le gouvernement argentin d’avoir cherché à dissimuler le rôle de l’Iran dans l’attaque à la bombe de l’AMIA. Il a été retrouvé tué par balle en janvier 2015 dans son appartement de Buenos Aires ; la cause officielle de sa mort n’a toujours pas été déterminée, bien que le procureur argentin penche pour la thèse de l’assassinat.

« Ce qui s’est passé mardi constitue une alerte non seulement pour la communauté juive en Uruguay, mais pour le monde juif dans son ensemble, a déclaré Claudio Epelman, le directeur exécutif du Congrès Juif d’Amérique Latine, la branche régionale du WJC, au JTA.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...