Rechercher

Le milliardaire russo-israélien Leonid Nevzlin renonce à la citoyenneté russe

Critique de longue date de Poutine, l'homme d'affaires et philanthrope refuse de conserver la citoyenneté « d’un pays qui assassine les enfants »

Leonid Nevzlin, homme d'affaires israélien d'origine russe, le 4 septembre 2011. (Crédit : Flash90)
Leonid Nevzlin, homme d'affaires israélien d'origine russe, le 4 septembre 2011. (Crédit : Flash90)

Le milliardaire russo-israélien Leonid Nevzlin a déclaré mardi qu’il renonçait à sa citoyenneté russe suite à l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Nevzlin a écrit dans une publication sur Facebook qu’il refuse de conserver la citoyenneté d’un pays qui assassine les enfants d’une autre nation.

« Tout ce que Poutine touche meurt », écrit-il.

Critique de longue date de Poutine, Nevzlin a été contraint de fuir la Russie.

M. Nevzlin, cadre pétrolier qui a fui des mandats d’arrêt de la Russie en 2003, est l’associé le plus médiatisé de Mikhail Khodorkovsky, ancien dirigeant du géant pétrolier Yukos. Khodorkovsky a été emprisonné pendant plusieurs années pour s’être opposé au président russe Vladimir Poutine.

Nevzlin a été reconnu coupable, par contumace, de plusieurs chefs d’accusation de conspiration en vue de commettre un meurtre et a été condamné à la prison à vie. En 2014, la Cour permanente d’arbitrage s’est prononcée en faveur de Nevzlin, accusant Moscou d’avoir mené « une campagne impitoyable visant à [le] détruire et à exproprier [ses] biens. »

Dans les années qui ont suivi, Nevzlin s’est imposé comme homme d’affaires influent et philanthrope. Il a été président du Congrès juif russe, est devenu président du conseil d’administration du musée Beit Hatfutsot et est membre de plusieurs organes au sein de l’Agence juive, du Fonds national juif, de l’Université hébraïque et de l’Université de Tel Aviv. Il possède également 25 % du journal israélien Haaretz.

Sa fille Irina est mariée à Yuli Edelstein, un haut responsable politique du Likud, lui-même ancien prisonnier politique en Union soviétique.

A LIRE : 33 ans plus tard, le président de la Knesset revient dans sa cellule de Moscou 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...