Rechercher

Le ministre autorise la mobilité du numéro sur les lignes téléphoniques « casher »

La possibilité de transférer des numéros "casher" distinctifs vers d'autres fournisseurs non restreints mettrait fin au monopole ultra-orthodoxe controversé

Un enseignant tenant son téléphone portable certifiant qu'il s'agit d'un téléphone « casher », à l'entrée d'une école ultra-orthodoxe à Jérusalem, le 6 mai 2020. (Crédit: Nati Shohat/Flash90)
Un enseignant tenant son téléphone portable certifiant qu'il s'agit d'un téléphone « casher », à l'entrée d'une école ultra-orthodoxe à Jérusalem, le 6 mai 2020. (Crédit: Nati Shohat/Flash90)

Le ministre des Communications, Yoaz Hendel, a annoncé jeudi que les entreprises de téléphonie mobile devaient autoriser la mobilité du numéro complet sur les lignes dites « casher », une décision contre laquelle de nombreux rabbins ultra-orthodoxes se battent avec véhémence depuis des mois.

De nombreux ultra-orthodoxes utilisent des téléphones dits « casher » – des appareils généralement dépourvus d’accès à Internet, de réseaux sociaux et de la plupart des autres applications, sur les conseils de rabbins. Les numéros de téléphone associés à ces appareils et lignes sont facilement identifiables.

Une déclaration du ministère a déclaré qu’à partir de Pessah, tous les utilisateurs de téléphones « casher » âgés de plus de 18 ans pourront conserver leurs numéros de téléphone d’origine même s’ils sont transférés vers un nouveau fournisseur de services et commencent à utiliser un smartphone, ce qui est fortement contesté par de nombreuses autorités rabbiniques.

Le groupe en charge des services téléphoniques « casher » est connu sous le nom de Comité rabbinique pour les communications, qui détient une forte influence sur le secteur des téléphones portables « casher », ainsi que des outils puissants qui ont des effets sociétaux et commerciaux.

Les numéros de téléphone « casher » sont distincts et comportent des chiffres spécifiques suivant le préfixe de l’entreprise, de sorte que jusqu’à présent, si quelqu’un appelait depuis un service téléphonique non approuvé par le comité rabbinique, il était évident que l’appelant n’avait pas de numéro de téléphone ou d’appareil supervisés.

Les responsables haredim se sont prononcés contre les projets de Hendel d’ouvrir le marché de la téléphonie ultra-orthodoxe, les protestations sur la question ces derniers mois ayant même provoqué des violences à Jérusalem.

Le ministre des Communications Yoaz Hendel à Modi’in, le 5 décembre 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Beaucoup ont fait valoir que permettre aux gens de changer leurs numéros avec des préfixes supervisés vers un service de téléphonie mobile non supervisé compromettrait la capacité des institutions de la communauté haredi à maintenir la surveillance de ses membres.

Le chef du parti Yahadout HaTorah, Moshe Gafni, a critiqué la décision, qualifiant Hendel de « dictateur grossier ».

« Yoaz Hendel impose son opinion à un large public qui s’intéresse aux certifications du comité tout en n’ayant aucun soutien public ni pour son parti, ni pour un gouvernement qui n’a pas de siège à la Knesset », a déclaré Gafni. « Cet homme est un dictateur grossier. Tous les efforts sont faits pour réparer cette injustice. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...