Le ministre de l’Agriculture ordonne l’importation d’œufs du fait d’une pénurie
Rechercher

Le ministre de l’Agriculture ordonne l’importation d’œufs du fait d’une pénurie

Les responsables affirment qu'Israël devrait être autosuffisant, mais les gens stockent des œufs de peur d'un confinement total avant Pessah, où ils sont au menu des repas

Des œufs. Illustration. (Crédit : Wikimedia commons CC BY SA 3.0)
Des œufs. Illustration. (Crédit : Wikimedia commons CC BY SA 3.0)

Aux États-Unis et au Royaume-Uni, la pandémie de Covid-19 a provoqué une pénurie de papier toilette. En Israël, ce sont les œufs.

Le ministre de l’Agriculture, Tzahi Hanegbi, a demandé à son cabinet d’autoriser une augmentation des importations d’œufs en provenance d’Europe vendredi, car des pénuries généralisées ont été signalées dans tout le pays.

Dans de nombreux supermarchés, les rayons d’œufs étaient vides et, là où il restait du stock, les clients étaient limités à deux douzaines par personne. Une épicerie de Jérusalem n’autorisait la vente d’œufs qu’aux personnes achetant des marchandises d’une valeur supérieure à 150 NIS (38 euros).

Les autorités ont précisé que la pénurie n’était pas due à des problèmes d’approvisionnement, mais aux achats en masse de clients paniqués.

Un client passe devant les étagères vides où le pain est normalement proposé à la vente dans un supermarché, le dimanche 15 mars 2020 à Boston. (AP Photo/Steven Senne)

Un fonctionnaire du ministère de l’Agriculture a déclaré au site d’information Ynet que les acheteurs achetaient et stockaient plusieurs douzaines d’œufs par personne, car le gouvernement prévient qu’il n’aura peut-être pas d’autre choix que d’ordonner un confinement total dans les jours à venir.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réitéré ces dernières semaines que même dans un tel scénario, les Israéliens seront toujours autorisés à quitter leurs domiciles pour faire des provisions de nourriture et de médicaments. De toute évidence, tout le monde n’a pas été rassuré.

Tzahi Hanegbi a ordonné une augmentation des importations d’Espagne, du Portugal, d’Italie et d’Ukraine pour réapprovisionner Israël, mais le fonctionnaire du ministère de l’Agriculture qui s’est entretenu avec Ynet a souligné que les œufs seraient probablement à nouveau en rupture de stock si les Israéliens continuent à les stocker. Les poulaillers locaux peuvent généralement fournir suffisamment d’œufs au pays, et ce n’est que maintenant que le gouvernement est obligé de dépendre davantage des importations étrangères, a ajouté celui-ci.

La question a été soulevée lors des discussions du Conseil de sécurité nationale cette semaine, les hauts fonctionnaires poussant pour un réapprovisionnement avant la fête de Pessah, où beaucoup font un usage considérable des œufs, en particulier lors du repas festif du seder, rapporte le quotidien économique Globes.

Beaucoup servent des œufs durs dans de l’eau salée au repas et pour d’autres, il s’agit un ingrédient clé de la soupe aux boules de matzah, une autre spécialité de Pessah.

Sur les réseaux sociaux, les gens se sont plaints de ne pas recevoir d’œufs dans les commandes en ligne et ont échangé des conseils sur les substituts aux œufs. D’autres ont indiqué où des œufs avaient été vus récemment, mais il est difficile de se rendre d’un magasin à l’autre avec les restrictions actuelles en matière de déplacements.

Une assiette de Seder à la Cross Life Church d’Alvarado, dans l’Arkansas. (Autorisation)

Les pénuries ont été le plus souvent signalées dans les villes à forte population ultra-orthodoxe. Des images de Bnei Brak, près de Tel-Aviv, montrent des habitants faisant la queue devant un magasin qui ne vend que des œufs.

Le rabbin ultra-orthodoxe Pinchas Padwa de Kyriat Gat a émis un avis halakhique permettant à ceux qui trouvent une tache de sang dans un œuf après l’avoir fêlé, de ne jeter que la partie souillée, plutôt que de jeter l’œuf entier comme l’exige généralement la loi juive.

Le site d’information Haredim 10 a rapporté que les consommateurs israéliens ont acheté 60 % d’œufs en plus au cours des derniers jours. Le site web a fait état de files d’attente devant les épiceries des grandes villes vendredi matin après que des rumeurs ont circulé sur de nouvelles livraisons.

A LIRE : En mangeant local, Israël évitera la pénurie alimentaire redoutée – autorités

Le 11 mars, des représentants du gouvernement ont indiqué au Times of Israel qu’ils pensaient que le pays était relativement bien placé pour pouvoir nourrir sa population au cours des prochains mois de la crise du coronavirus.

Le ministre de l’Agriculture Tzahi Hanegbi (à gauche) et Shai Hajaj, président du Centre des conseils régionaux et chef du conseil régional de Merhavim, lors d’une conférence d’urgence sur la production agricole à la lumière du coronavirus, le 11 mars 2020. (Autorisation)

Aucune pénurie de produits frais ou secs n’est probable dans les prochaines semaines, ont-ils déclaré, bien que les fonctionnaires aient averti que le manque de travailleurs agricoles pourrait entraîner des pénuries d’agrumes. Après Pessah, le poisson frais importé pourrait également faire l’objet d’une pénurie.

Israël détient certaines réserves alimentaires d’urgence, notamment du sucre, du riz, de la farine, des aliments pour bébés et de l’huile, qui ne devraient pas être nécessaires dans un avenir proche.

Le pays est plus ou moins autosuffisant en fruits, légumes, lait, œufs et viande de volaille, et dispose de suffisamment de viande bovine pour tenir jusqu’aux prochaines fêtes de Pessah et jusqu’au mois de mai, ont indiqué les responsables à l’époque.

Ce jour-là, Tzahi Hanegbi avait assisté à une réunion d’urgence avec les chefs des conseils régionaux ruraux, des organisations agricoles, des offices de produits agricoles et des mouvements d’implantation agricoles pour examiner l’approvisionnement alimentaire à l’ombre de l’épidémie.

« Je crois que l’agriculture israélienne va réellement prospérer pour sortir de cette crise », a commenté Tzachi Hanegbi, qui a pris ses fonctions au ministère en janvier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...