Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Le musée d’Auschwitz va traiter 8 000 chaussures d’enfants assassinés pour les conserver

Le musée traitera 100 chaussures par semaine, tandis que d'autres preuves, comme les cheveux rasés des victimes, tombent en poussière au fur et à mesure que les années passent

Elzbieta Cajzer, responsable du département des collections du musée, montre une collection de chaussures ayant appartenu à des enfants victimes de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau au laboratoire de conservation sur son terrain, à Oswiecim, Pologne, le 10 mai 2023. (Crédit : AP Photo /Michal Dyjuk)
Elzbieta Cajzer, responsable du département des collections du musée, montre une collection de chaussures ayant appartenu à des enfants victimes de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau au laboratoire de conservation sur son terrain, à Oswiecim, Pologne, le 10 mai 2023. (Crédit : AP Photo /Michal Dyjuk)

Dans un laboratoire de conservation moderne situé sur le site de l’ancien camp d’Auschwitz, un homme portant des gants de caoutchouc bleus utilise un scalpel pour enlever la rouille des œillets de petites chaussures brunes portées par des enfants avant d’être assassinés dans les chambres à gaz.

À l’autre bout d’une longue table de travail, des collègues enlèvent la poussière et la saleté en utilisant des chiffons doux et en effectuant des mouvements circulaires sur le cuir de ces objets fragiles. Les chaussures sont ensuite scannées et photographiées dans une pièce voisine, puis cataloguées dans une base de données.

Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un effort de deux ans lancé le mois dernier pour conserver 8 000 chaussures d’enfants dans l’ancien camp de concentration et d’extermination où 1,1 million de personnes ont été assassinées pendant la Seconde Guerre mondiale. La plupart des victimes étaient des Juifs.

Huit décennies plus tard, certaines preuves s’effacent sous la pression du temps et du tourisme de masse. Les cheveux arrachés aux victimes pour fabriquer des tissus sont considérés comme des restes humains sacrés qui ne peuvent être photographiés et ne font pas l’objet d’efforts de conservation. Ils tombent en poussière.

Mais il reste plus de 100 000 chaussures de victimes, dont 80 000 en énormes tas exposés dans une salle où les visiteurs défilent chaque jour. Nombre d’entre elles sont déformées, leurs couleurs d’origine s’estompent, les lacets se désagrègent, mais elles restent le témoignage de vies brutalement interrompues.

Une femme regarde une exposition présentant les chaussures d’enfants victimes de l’ancien camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau à Oswiecim, en Pologne, le 10 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Michal Dyjuk)staf

Les chaussures et les pantoufles minuscules sont particulièrement déchirantes.

« Les chaussures d’enfants sont l’objet le plus émouvant pour moi, car il n’y a pas de plus grande tragédie que celle des enfants », a déclaré Mirosław Maciaszczyk, un spécialiste de la conservation des laboratoires du musée.

« Une chaussure est un objet étroitement lié à une personne, à un enfant. C’est une trace, parfois la seule trace, laissée par l’enfant.  »

Maciaszczyk a déclaré que lui et les autres agents de conservation ne perdent jamais de vue la tragédie humaine qui se cache derrière les chaussures, même lorsqu’ils se concentrent sur les aspects techniques de leur travail de conservation. Parfois, ils sont submergés par l’émotion et ont besoin de faire des pauses. Des bénévoles qui ont travaillé sur les chaussures pour adultes dans le passé ont demandé à être réaffectés.

Elżbieta Cajzer, responsable des collections, explique que le travail de conservation permet toujours de retrouver des détails individuels sur les personnes tuées dans le camp – les valises, en particulier, peuvent fournir des indices parce qu’elles portent des noms et des adresses. Elle s’attend à ce que les travaux sur les chaussures d’enfants révèlent également de nouveaux détails personnels.

Elles ouvrent également une fenêtre sur une époque révolue où les chaussures étaient un bien précieux transmis d’un enfant à l’autre. Certaines portent des traces de semelles raccommodées et d’autres réparations.

Le musée est en mesure de conserver environ 100 chaussures par semaine et en a traité 400 depuis le début du projet le mois dernier. L’objectif n’est pas de les restaurer dans leur état d’origine, mais de les rendre aussi proches que possible de l’état dans lequel elles se trouvaient à la fin de la guerre. La plupart des chaussures sont des objets uniques. Une paire encore reliée par des lacets est une rareté.

L’année dernière, des personnes chargées de la conservation de chaussures pour adultes ont trouvé un billet de 100 lires italiennes dans une chaussure à talon haut pour femme, sur lequel était imprimé le nom de Ranzini, un fabricant de chaussures de Trieste. La propriétaire était probablement italienne, mais on ne sait rien d’autre à son sujet.

Miroslaw Maciaszczyk, un spécialiste de la conservation, scanne une chaussure ayant appartenu à un enfant victime de l’ancien camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau au laboratoire de conservation sur son terrain, à Oswiecim, Pologne, le 10 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Michal Dyjuk)

Ils ont également trouvé le nom de Věra Vohryzková sur une chaussure d’enfant. Par coïncidence, un employé du musée avait remarqué ce nom de famille sur une valise, et le musée a pu rassembler des détails sur la famille. Vera est née le 11 janvier 1939 dans une famille juive tchèque et a été déportée à Auschwitz depuis le ghetto de Theresienstadt en 1943 avec sa mère et son frère. Son père, Max Vohryzek, a été envoyé dans un autre transport. Ils ont tous péri.

Cajzer a décrit les chaussures comme un témoignage puissant, également parce que les énormes tas de chaussures qui restent donnent une idée de l’ampleur énorme des crimes, même si ce qui reste n’est qu’une fraction de ce qui s’est réellement passé.

Avant d’envoyer les gens dans les chambres à gaz, les SS leur ordonnaient de se déshabiller et leur disaient qu’ils allaient dans des douches pour être désinfectés.

« Nous pouvons imaginer combien de personnes sont venues ici en espérant pouvoir remettre leurs chaussures après la douche. Elles pensaient pouvoir reprendre leurs chaussures et continuer à les utiliser. Mais elles ne sont jamais retournées à leurs propriétaires », a déclaré Cajzer.

Dans la plupart des cas, les chaussures et autres biens ont été collectés et le matériel a été utilisé pour aider le Troisième Reich dans ses efforts de guerre.Les 110 000 chaussures de la collection du musée proviennent probablement uniquement des derniers transports vers le camp, a précisé Cajzer.

Le coût du projet de 450 000 euros est financé par la Fondation Auschwitz-Birkenau, dont l’Allemagne a été un donateur clé, ainsi que par la Marche internationale des vivants, un programme d’éducation sur la Shoah.

Cajzer et Maciaszczyk ont ​​tous deux déclaré qu’il était impossible de conserver les chaussures éternellement, mais que l’objectif était de les conserver pour les années à venir.

« Notre conservation ralentit aujourd’hui ces processus (de décomposition), mais pour combien de temps, c’est difficile à dire », a déclaré Maciaszczyk.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.