Le musicien israélien Dennis Lloyd, surpris par son succès mondial
Rechercher

Le musicien israélien Dennis Lloyd, surpris par son succès mondial

Né à Ramat Gan, Nir Tibor, de son vrai nom, a déclaré qu'il espère briser le plafond de verre qui affecte les artistes israéliens

Dennis Lloyd au Festival Coachella Music & Arts Festival à l'Empire Polo Club le dimanche 14 avril 2019 à Indio en Californie (Photo d'Amy Harris/Invision/AP)
Dennis Lloyd au Festival Coachella Music & Arts Festival à l'Empire Polo Club le dimanche 14 avril 2019 à Indio en Californie (Photo d'Amy Harris/Invision/AP)

Dennis Lloyd est une véritable sensation musicale internationale, dont le tube « Nevermind » a été écouté plus de 555 millions de fois sur Spotify.

Il s’appelle en réalité Nir Tibor. C’est un jeune homme de 26 ans qui a grandi à Ramat Gan, en banlieue de Tel Aviv, et qui était totalement inconnu en dehors de son pays natal, il y a encore trois ans.

Maintenant, c’est l’un des chanteurs les plus en vogue, alors que sa chanson se place en tête de ventes et que ses performances attirent la foule dans le monde entier.

Vendredi, celui qui joue de plusieurs instruments a déclaré la Douzième chaîne que le succès l’avait pris par surprise, alors qu’il était très endetté et qu’il travaillait dans un restaurant de falafel.

Après son service militaire, il s’est envolé pour Bangkok afin de consacrer une année à sa musique. Il a commencé à mettre des morceaux en ligne sur YouTube.

« J’ai fait mes valises et je suis parti à Bangkok, en Thaïlande, a-t-il déclaré plus tôt cette année à Forbes. J’y ai passé une année complètement isolée, sans wifi. Je voulais trouver mon son, et pendant un an, j’ai fait seulement de la musique. C’est tout ».

« Je cherchais à élargir mon public et à toucher plus des gens. Chaque jour, j’envoyais environ 5 à 10 emails », a-t-il déclaré la Douzième chaîne.

Mais après être rentré en Israël et ne rencontrant pas beaucoup de succès, il a commencé à travailler dans un restaurant de falafel. « J’avais besoin d’argent, je devais payer mon loyer ».

Un matin, « je me suis réveillé et j’ai vu un email d’une maison de disques. Je pense que c’était Warner ou Sony ou quelque chose comme ça, et je me suis dit ‘C’est quoi ça ? ». Deux heures plus tard, j’ai [reçu] un autre email, et dans la soirée un autre email. Cette semaine là, j’ai reçu 14 emails, et tout d’un coup je me retrouve en discussions avec Berlin, New York et le monde entier ».

« Et alors j’ai dû m’arrêter pendant un moment pour leur demander : ‘Comment m’avez-vous trouvé ?’ Et ils ont dit ‘Ouvrez Spotify’. Je l’ai ouvert et j’ai vu soudain que ‘Nevermind’ avait été écouté 500 000 fois, que c’était un morceau tendance et qu’il était viral dans le monde entier. Je n’en avais aucune idée ! »

Lloyd n’était pas très connu en Israël quand il est devenu une vedette mondiale. Ce n’est que récemment qu’il a été reconnu dans son pays natal. Il profite encore d’un anonymat relatif en tant que Nir Tibor, et il a déclaré à la Douzième chaîne qu’il n’envisage pas actuellement de s’installer à l’étranger.

« J’aime ma famille, mes amis, le houmous, la mer, tout. C’est bien ici », a-t-il dit. Il a également embarqué avec lui certains de ces amis alors qu’il se produisait dans le monde entier, des amis musiciens sont partis en tournée avec lui.

Lloyd a dit que beaucoup d’Israéliens ne savaient pas qu’il était du pays et sont surpris quand ils l’apprennent. Il a cependant précisé qu’il n’essayait pas de le cacher.

Quant à savoir pourquoi il a eu autant de succès dans le monde où d’autres musiciens israéliens ont échoué, Lloyd s’est contenté de dire : « Je pense que je suis juste moi-même ».

Il a ajouté qu’il était impliqué pour briser le plafond de verre qui affecte les artistes israéliens.

« J’ai signé chez Sony et tout d’un coup, ils ont commencé à s’intéresser aux musiciens israéliens et à écouter plus, et je leur ai envoyé des musiques. C’est très important pour moi d’ouvrir cette fenêtre pour les Israéliens ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...