Le niveau du lac de Tibériade en hausse après les pluies du week-end
Rechercher

Le niveau du lac de Tibériade en hausse après les pluies du week-end

Cet hiver a été le plus pluvieux des dernières années mais il manque 4 mètres pour que le lac revienne à sa capacité

Les cascades Farod après des pluies en Galilée, le 19 janvier 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Les cascades Farod après des pluies en Galilée, le 19 janvier 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le niveau d’eau du Lac de Tibériade, le plus grand réservoir d’eau claire d’Israël, a augmenté de 7,5 centimètres après les importantes précipitations de ce week-end, a fait savoir l’Autorité de l’eau dimanche.

Le manque de pluie de ces dernières années avait causé une baisse importante du niveau de l’eau, mais depuis le début de cet hiver, il a atteint 1,87 mètres, soit 22 centimètres de plus que son niveau moyen en hiver.

Près de quatre mètres supplémentaires seraient nécessaires pour que le lac soit à capacité pleine de 208,8 mètres au-dessus du niveau de la mer, et cela ne se produira probablement pas cet hiver.

Le lac de Tibériade est situé dans une vallée profonde au nord d’Israël, qui fait partie de la vallée du Grand-Rift, une vallée située en dessous du niveau de la mer sur une distance de près de 6 000 kilomètres depuis la plaine de Bekaa, au Liban, et jusqu’au Mozambique, en Afrique du Sud.

La semaine dernière, le niveau de l’eau du lac de Tibériade a dépassé « la ligne rouge inférieure », située à 213 mètres en dessous du niveau de la mer. Ce repère a été fixé comme le niveau en dessous duquel le lac pourrait souffrir de dégâts écologiques à long terme. En 2001, le lac a atteint son niveau le plus bas jamais enregistré, à -214,87 mètres, un repère appelé « la ligne noire ».

« Le (lac) du Kinneret a magnifiquement augmenté ces derniers jours et nous sommes très rassurés, même si nous devons prendre en compte le déficit restant », a déclaré Uri Schorr, chef de l’Autorité de l’Eau.

Ces derniers jours, le centre et le nord du pays ont enregistré d’importantes précipitations, bien au-dessus des normales de saison. Par exemple, Jérusalem a enregistré 110 millimètres de pluie en deux jours. Certaines régions ont été inondées et des crues éclaires dans les lits de rivières asséchés ont créé des cascades spectaculaires.

Près de 70 % de l’eau accumulée dans le lac de Galilée coule depuis la rivière du Jourdain au nord et les pluies et les eaux traitées de la rivière Yarmouk.

Près de 1 200 étudiants bloqués ont été évacués jeudi d’une école du sud de Jérusalem après une inondation. Deux automobilistes ont été coincés dans un véhicule dans la vallée d’Arazim qui sépare Jérusalem et Mevasseret Zion. Ils ont été extraits des eaux par des sauveteurs.

L’an dernier, le nord d’Israël a vécu l’une des plus sévères sécheresses en un siècle, et les nappes phréatiques enregistraient un déficit de 2,5 litres cubes d’eau, par rapport à des années sans sécheresse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...