Le nouveau film d’Amos Gitaï fait voyager le public dans le tramway de Jérusalem
Rechercher

Le nouveau film d’Amos Gitaï fait voyager le public dans le tramway de Jérusalem

Le réalisateur utilise une mosaïque composée des divers passagers du train comme métaphore de la ville divisée

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

  • La mosaïque qui se présente elle-même dans le tramway de Jérusalem, avec l'acteur italien Pipo Del Bono, à droite, et Haim David, à gauche. (Autorisation : Amos Gitai)
    La mosaïque qui se présente elle-même dans le tramway de Jérusalem, avec l'acteur italien Pipo Del Bono, à droite, et Haim David, à gauche. (Autorisation : Amos Gitai)
  • Hana Laslo, à gauche, et Amos Gitai lors d'une prise du film 'Jerusalem Light Rail,' le dernier film de Gitai (Autorisation :  Amos Gitai)
    Hana Laslo, à gauche, et Amos Gitai lors d'une prise du film 'Jerusalem Light Rail,' le dernier film de Gitai (Autorisation : Amos Gitai)
  • Yuval Sherf, à gauche, et Keren Mor dans le tramway dans le film 'Jerusalem Light Rail' (Autorisation : Amos Gitai)
    Yuval Sherf, à gauche, et Keren Mor dans le tramway dans le film 'Jerusalem Light Rail' (Autorisation : Amos Gitai)
  • Hana Laslo, à gauche, et Haim David, à droite, dans 'The Jerusalem Light Rail' (Autorisation : Amos Gitai)
    Hana Laslo, à gauche, et Haim David, à droite, dans 'The Jerusalem Light Rail' (Autorisation : Amos Gitai)

Cela fait des années que le réalisateur Amos Gitaï, — cet amoureux des trilogies et des films difficiles consacrés aux réalités géopolitiques de son pays – n’avait pas réalisé un film sur Jérusalem. Il y est retourné.

Cette fois-ci, il nous présente « Light Rail in Jerusalem », un film consacré à cette mosaïque d’individus qui prennent le tramway dans la ville, ce « mélange global », dit Gitai, fait de religieux et de laïcs, de Palestiniens et d’Israéliens, qui empruntent ce moyen de transport qui n’existait même pas encore la dernière fois que Amos Gitaï a tourné un film à Jérusalem.

« J’aime les métaphores », explique Gitaï, assis à l’extérieur du principal dépôt de tramways situé dans le nord de Jérusalem à l’occasion de sa dernière journée de tournage.

Une grande partie du film a été tournée là, dans ce dépôt du nord de la Colline française où les trains sont stationnés lorsqu’ils ne sont pas en fonctionnement.

« Nous avons dû réaliser cela très vite », a dit Gitaï. « On nous a laissé utiliser un train, après tout ».

Le dernier film de Gitaï dans la ville sainte s’appelait « News from Home/New from House » (2005), la troisième partie d’une trilogie sur une maison coloniale allemande abandonnée durant la guerre de 1948 par son propriétaire palestinien, et occupée plus tard par des Juifs israéliens. Les films avaient été rejetés et censurés par la télévision israélienne.

« House a été la destruction de la métaphore et le développement de la diaspora palestinienne », a dit Gitaï.

Avec son dernier film, Gitaï a voulu voir comment a changé cette métaphore qu’est Jérusalem.

Il a créé une série de vignettes avec le tramway, disant que l’oeuvre ressemble « un peu à ‘Shortcuts », le film tourné en 1993 par Robert Altman qui recoupait plusieurs intrigues.

Ce film mélange toutefois les nombreux types d’individus qui montent à bord du tramway de Jérusalem, qui circule du nord de la ville vers le centre et transporte environ 150 000 personnes par jour, dit Gitaï.

« Ce qui est intéressant sur Jérusalem c’est que, contrairement à tous les politiques et en particulier à ce gouvernement, c’est une ville divisée qui l’a été depuis des siècles, si ce n’est pas un millénaire », dit Gitaï. « C’est sa beauté – ce n’est pas un lieu unifié. Lorsqu’on va à Mea Sharim puis à la porte de Jaffa, ce sont des endroits différents. Lorsqu’on va dans la Vieille Ville, on va d’un quartier à un autre. C’est une histoire de mosaïque, pas de ce qui est unifié ».

Parmi les nombreux acteurs participant au film sont, Hana Laslo, Yuval Sherf, Keren Mor, Rotem Abuhav, Yael Abecassis, Liron Levo, Eran Sabag, Ahinoam Nini dans son propre rôle, et d’autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...