Rechercher

Le parti d’extrême droite Noam déclare la guerre à la « culture post-moderne »

Le député Avi Maoz, seul représentant du parti à la Knesset, a noté que dans la loi juive "tout le monde doit sortir pour se battre, tout le monde est un conscrit"

Le président du parti Noam, Avi Maoz (Crédit : Parti Noam)
Le président du parti Noam, Avi Maoz (Crédit : Parti Noam)

Le parti d’extrême droite Noam a organisé un événement de lancement de campagne électorale à Jérusalem mardi soir, avec ses ténors dénonçant le « poison » et la « destruction » provoqués par la « culture post-moderne » qui est en guerre contre tout ce qui est saint.

Le parti Noam est farouchement opposé aux droits des LGBT et s’insurge contre ce qu’il considère comme des efforts visant à saper l’identité et la nation juives en Israël.

Le rabbin Tzvi Tau, président de la yeshiva radicale Har Hamor et chef spirituel de Noam, a déclaré lors de la conférence que les forces du post-modernisme « corrompent la nature de la vie, de l’humanité et de la santé mentale de base qui est nécessaire pour vivre une vie de pureté », et placent l’humanité elle-même « au bord de l’abîme ».

Le député Avi Maoz, qui représente la faction ultra-nationaliste et ultra-conservatrice Noam au sein du parti Sionisme religieux, a déclaré que le parti et ses partisans sont en guerre : « une guerre nécessaire à l’âme de notre pays bien-aimé ». Il a noté que dans la loi juive « tout le monde doit sortir pour se battre, tout le monde est un conscrit ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...