Rechercher

Le père et la compagne de Roman Brodsky en désaccord sur le lieu de sépulture

Les parents de l'Israélien tué en Ukraine demandent à sa conjointe d'aider à rapatrier sa dépouille en Israël, mais cette dernière affirme que les violences empêchent tout voyage

Le père de Roman Brodsky, un Israélien tué en Ukraine, à gauche, discute avec la conjointe de son fils au téléphone de l'inhumation de son fils, dont la dépouille se trouve en Ukraine. (Capture d'écran/Channel 12)
Le père de Roman Brodsky, un Israélien tué en Ukraine, à gauche, discute avec la conjointe de son fils au téléphone de l'inhumation de son fils, dont la dépouille se trouve en Ukraine. (Capture d'écran/Channel 12)

Les efforts livrés pour rapatrier la dépouille d’un Israélien mort en Ukraine pour que ce dernier puisse être inhumé en Israël se heurtent à des difficultés, a fait savoir la Douzième chaîne dans un reportage diffusé lundi.

Roman Brodsky a été tué alors que le convoi qui le transportait hors de Kiev a essuyé des tirs, visiblement de la part de troupes ukrainiennes qui l’ont pris pour un militant tchétchène.

Son père et sa conjointe n’ont pas pu s’accorder sur le rapatriement de sa dépouille en raison de la situation actuelle, a expliqué la chaîne.

Le père de Brodsky, Yafim, veut que son fils soit enterré au sein de l’État juif mais la conjointe de ce dernier, Mila, a peur de voyager.

Dans un appel téléphonique entre Yafim et Mila, un appel qui a été facilité par les services de secours du Magen David Adom, Yafim demande à Mila de faire venir le corps de Brodsky dans la ville ukrainienne de Zhytomyr. Le Magen David Adom a proposé d’aider à transporter la dépouille de l’Israélien.

Roman Brodsky, un israélo-ukrainien tué en Ukraine, le 28 février 2022. (Autorisation)

Mila a déclaré au père de Brodsky qu’il y a trop de violences en ce moment dans ce secteur et qu’elle ne sait pas s’il sera possible de déplacer le corps.

« On ne peut pas voyager à cause des bombardements », dit-elle, effrayée.

« Je ne sais pas si je pourrais sortir d’ici vivante ou réussir à le faire venir ici. Ils tirent de partout, c’est de la folie », ajoute-t-elle, selon la Douzième chaîne qui a diffusé des extraits de l’appel téléphonique.

Elle a aussi été irritée par sa suggestion de rapatrier le corps de Roman en Israël pour qu’il y soit enterré, même après que les parents de Brodsky lui offrent de l’accueillir dans leur habitation d’Ashdod.

« Mila, nous voulons l’inhumer en Israël et il est donc nécessaire de le rapatrier ici et tu peux venir avec nous », lui dit-il.

« Je ne vais nulle part. Je veux proposer simplement qu’il soit enterré ici », répond-elle.

Elle a accepté de le rappeler pour discuter du sujet « si je sors vivante de là ».

Le ministère des Affaires étrangères, qui aide habituellement au rapatriement des Israéliens décédés à l’étranger, avait précédemment expliqué qu’il avait informé la famille de la mort de Brodsky.

Brodsky était père de deux enfants et DJ. Il vivait en Ukraine avec sa famille.

Brodsky est le premier ressortissant Israélien à avoir été tué lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, lancée jeudi dernier par Moscou.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...