Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Le phoque moine Yulia reprend le large après une pause sur la plage de Jaffa

Bon nombre espèrent le retour de ce phénomène marin, tandis que d'autres reconnaissent qu'Israël n'est probablement pas le meilleur foyer pour cette créature en voie de disparition

Yulia, un phoque moine méditerranéen en voie de disparition, se reposant sur la plage de Tel Aviv, en mai 2023. (Crédit : Yehiel Lamesh)
Yulia, un phoque moine méditerranéen en voie de disparition, se reposant sur la plage de Tel Aviv, en mai 2023. (Crédit : Yehiel Lamesh)

JTA – Pendant une bonne partie de la semaine dernière, la nouvelle célébrité d’Israël s’est prélassée sur la plage de Jaffa, attirant des foules de badauds, une attention constante des médias et une protection permanente du gouvernement alors qu’elle prenait des bains de soleil et dormait toute la journée.

Mardi, en début d’après-midi, la star prénommée Yulia, a plongé dans l’eau et s’est enfuie à la nage. Elle n’a laissé aucun signe indiquant qu’elle pourrait éventuellement revenir.

Le départ de Yulia – une espèce rare de phoque de 1,80 m pesant des centaines de kilos qui a voyagé dans l’est de la Méditerranée – a laissé certains résidents locaux désemparés tandis que d’autres espèrent qu’elle trouvera un nouveau foyer plus sûr qu’une plage dénudée avec peu d’abris, d’autres animaux et des détritus.

La nouvelle de son départ s’est rapidement répandue sur les réseaux sociaux et les groupes WhatsApp de la région, l’un d’entre eux ayant même changé son nom de « Friends of Jaffa » (Amis de Jaffa) en « Friends of Yulia » (Amis de Yulia).

« Bien sûr, je sais qu’elle ne sourit pas, mais ses lèvres sont formées d’une manière qui donne l’impression qu’elle sourit. Elle est si calme, même si un million de personnes l’observent », a déclaré Aya Zaken, une habitante de l’ancienne ville adjacente à Tel Aviv, qui a ajouté qu’elle était « profondément triste » que Yulia soit retournée à la mer.

Voir le mammifère pour la première fois a été une expérience « beaucoup plus émouvante » que ce à quoi elle s’attendait, a déclaré Aya Zaken, en partie à cause de la taille du phoque, mais aussi à cause de l’effet qu’il a produit sur les spectateurs.

« Face à lui, j’ai ressenti une profonde sérénité, comme une intense méditation », a déclaré Zaken. « Le sentiment que tout cela est bien plus grand que moi ou que mes problèmes. »

Yulia, un phoque moine de Méditerranée en voie de disparition, se reposant sur la plage de Tel Aviv, en Israël, le 16 mai 2023. (Crédit : AP/Ariel Schalit)

Yulia, dont le nom a été donné par un garçon de la région qui l’a découverte, est arrivée sur la plage de Jaffa vendredi.

Elle a rapidement fait l’objet d’une surveillance 24 heures sur 24 de la part de la presse et de l’Autorité israélienne de la nature et des parcs (INPA), qui a envoyé des volontaires pour veiller à ce que les foules qui s’étaient rassemblées dès son arrivée ne la dérangent pas.

Yulia, un phoque moine méditerranéen en voie de disparition, se reposant sur la plage de Tel Aviv, en Israël, le 16 mai 2023. (Crédit : AP/Ariel Schalit)

Yulia est un phoque moine de Méditerranée, l’un des 600 à 700 qui restent dans le monde, selon l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère des États-Unis, bien que d’autres estimations indiquent un nombre encore plus faible. L’espèce est classée parmi les espèces en voie de disparition.

Yulia était apathique et tremblante lorsqu’elle est arrivée sur les côtes israéliennes, et les experts ont craint qu’elle ne soit malade. Mais lorsque des chercheurs turcs de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ont reçu des images de Yulia, ils l’ont reconnue comme un phoque moine qu’ils avaient déjà vu, nommé Tugra, qui est connu pour son penchant à nager de grandes distances et à faire des siestes pendant des périodes extraordinairement longues. Elle a plus de 20 ans et a la réputation de voyager, ayant été aperçue jusqu’en Grèce et en Turquie.

« D’un côté, je suis tellement excitée que je n’ai pas dormi depuis plusieurs jours », a déclaré Mia Elasar, qui étudie les phoques moines depuis 30 ans. « Enfant, j’ai entendu dire qu’il y avait autrefois beaucoup plus de phoques ici ; et maintenant, en voir un en vrai, c’est une légende qui prend vie. »

Elasar est la fondatrice de l’association Delphis, une organisation israélienne à but non lucratif pour les mammifères marins qui s’est associée à l’UICN dans un projet commun pour la protection des phoques moines. Selon elle, les voyages de Yulia (ou Tugra) ne sont pas la seule raison de son extrême fatigue. À son arrivée à Jaffa, elle a été aperçue avec de grandes marques de morsure à deux endroits de son corps. Selon les collègues turcs d’Elasar, ces marques n’étaient pas présentes lors de sa dernière observation en 2019, au large des côtes libanaises. Elle était également en train de perdre sa fourrure, un processus qui demande beaucoup d’énergie.

« Je m’inquiète pour elle ici », a déclaré Elasar. « Il serait plus logique qu’elle rentre chez elle. »

Vue de dessus de Yulia, un phoque moine de Méditerranée en voie de disparition, se reposant sur le bord de mer de Tel Aviv, le 16 mai 2023. (Crédit : AP/Ariel Schalit)

Certains habitants de Jaffa ont reconnu que la plage – avec ses foules, ses chiens et un volume considérable de déchets – n’était pas le meilleur endroit pour leur cher invité. Elasar a ajouté qu’Israël ne disposait pas des ressources nécessaires pour offrir à Yulia la protection dont elle avait besoin. Pour lui offrir un foyer plus permanent, ainsi qu’à ses congénères, les autorités devraient construire des grottes le long du littoral, où les animaux marins pourraient se reposer.

« Je pense que c’est mieux ainsi », a déclaré Dan, un habitant de Jaffa qui a refusé de donner son nom de famille. C’était probablement une question de temps avant que quelqu’un ne lui fasse du mal ou ne « l’adopte » pour vivre dans une baignoire ou un aquarium, ou même n’essaie de la manger.

En fin de compte, Yulia a apparemment ressenti la même chose. Après avoir dormi pendant 48 heures après son arrivée, elle a finalement repris le large. Au cours des deux jours qui ont suivi, elle est entrée et sortie de l’eau, jusqu’à ce que, mardi, elle ne se décide à repartir. Mercredi matin, elle a été aperçue en train de nager en face du port voisin de Jaffa, ce qui donne aux optimistes des raisons de croire qu’elle reviendra.

« Je souhaite vivement qu’elle revienne », a déclaré Arnon Pinchuk, 14 ans, qui est venu avec quelques-uns de ses camarades de classe pour voir Yulia mercredi matin, avant d’apprendre qu’elle était repartie.

Arnon Pinchuk était l’un des 18 élèves de l’école démocratique Kehila de Jaffa à avoir fait le voyage. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi le reste de sa classe n’avait pas participé à l’aventure, Pinchuk a répondu : « parce que ce sont des nuls qui préfèrent rester sur leur téléphone ».

Yulia, un phoque moine de Méditerranée en voie de disparition, se reposant sur la plage de Tel Aviv, en Israël, le 16 mai 2023. (Crédit : AP/Ariel Schalit)

Jaffa compte une population diversifiée de Juifs, de chrétiens et de musulmans et, pour de nombreux habitants, l’arrivée de Yulia a été un événement fédérateur. C’est d’autant plus vrai que les événements récents dans le pays vont des troubles civils liés au projet de réforme du système judiciaire israélien au récent conflit de cinq jours entre Israël et le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien à Gaza. Yulia est arrivée à Jaffa vers la fin de cette série de combats.

« Elle est arrivée à un moment où les gens avaient besoin de calme, de solidarité, d’unité et de bonheur », a déclaré Zaken. « J’espère qu’elle reprendra des forces et qu’elle reviendra nous dire à quel point nous sommes formidables. »

Outre les habitants, Yulia a attiré un groupe de photographes qui ont passé des heures à braquer leurs objectifs sur elle. Yehiel Lamesh, photographe amateur, est venu de la ville portuaire d’Ashdod, dans le sud du pays, pour rendre visite à Yulia. « Je ferais le tour du monde pour voir une telle créature, alors il allait de soi que je viendrais ici. »

Yulia, un phoque moine de Méditerranée en voie de disparition, se reposant sur la plage de Tel Aviv, en Israël, le 16 mai 2023. (Crédit : AP/Ariel Schalit)

Pour Ziv Binunski, caméraman pour la Douzième chaîne, le séjour de Yulia a été un répit bienvenu par rapport à ses autres missions, qui consistent notamment à filmer les tirs de roquettes à la frontière de Gaza, ainsi que les manifestations anti-gouvernement qui secouent le pays.

Mercredi matin, il se tenait sur la plage, dans l’espoir d’apercevoir son retour.

« C’est une expérience tellement différente d’être connecté à la mer et à la nature », a-t-il déclaré, « et de dépendre des caprices des animaux, et non des humains ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.