Le pilote sans contact radio raconte son épopée dans le ciel britannique
Rechercher

Le pilote sans contact radio raconte son épopée dans le ciel britannique

Le capitaine raconte comment son vol a brièvement perdu le contact radio au-dessus de l'Angleterre et sa surprise de voir des Typhoons de la RAF derrière le hublot

Photo d'illustration : Des avions Typhoon de la Royal Air Force escortent un appareil de transport au-dessus de l'est de la Roumanie, le 27 avril 2018 (Crédit :  AP Photo/Vadim Ghirda)
Photo d'illustration : Des avions Typhoon de la Royal Air Force escortent un appareil de transport au-dessus de l'est de la Roumanie, le 27 avril 2018 (Crédit : AP Photo/Vadim Ghirda)

Le pilote d’un Boeing 767 assurant la liaison entre Israël et les Etats-Unis, qui a entraîné une vague de panique au Royaume-Uni dimanche, en début de matinée, a raconté comment la radio de l’appareil s’était arrêtée et son choc d’apercevoir deux avions-chasseurs de l’armée britannique voler tout près de lui.

Cet incident avait amené les jets de la Royal Air Force à décoller sur alerte vers l’appareil silencieux, entraînant un bang supersonique qui a résonné dans toute la ville de Londres aux premières heures de la journée et effrayant les habitants.

« Il nous a fallu environ dix minutes pour réaliser que la radio ne fonctionnait plus puis environ dix minutes pour résoudre le problème », a déclaré le pilote Steven Giordano à la BBC.

L’ancien avion El Al, enregistré le 20 novembre au sein de l’entreprise de location Pacific Aircop, une entreprise de Californie, avait décollé de l’aéroport Ben-Gurion à environ une heure du matin, dimanche. Il devait rejoindre Portsmouth, dans le New Hampshire, aux Etats-Unis.

Vers quatre heures du matin (heure de Londres), il n’a pas répondu à la tentative des autorités britanniques d’entrer en contact avec lui en raison d’un mauvais fonctionnement de la radio.

Alertés, deux avions-chasseurs de type Typhoon ont décollé d’une base de la Royal Air Force à Coningsby et intercepté l’appareil, ont fait savoir les médias britanniques. Après le rétablissement de la communication, le vol a continué, comme prévu, vers les Etats-Unis, et les avions de chasse sont repartis vers leur base.

« C’est sidérant de voir la rapidité de réaction de la RAF. Je les applaudis pour ça », a commenté Giordano, ajoutant que lui et son équipage s’étaient efforcés de remettre en état la radio et qu’ils n’avaient pas remarqué les appareils militaires s’approcher.

« J’ai regardé à ma gauche et j’ai presque eu une attaque cardiaque quand j’ai aperçu l’un d’eux – si près de nous – avec des bandes stroboscopiques bleues et brillantes le long de son fuselage », a-t-il ajouté.

« Nous avons allumé nos feux d’atterrissage pour répondre et avons établi le contact radio avec les avions-chasseurs », a-t-il expliqué, notant que la communication avec Londres avait déjà été rétablie à ce moment-là.

« Ils sont restés avec nous pendant environ cinq minutes », a-t-il poursuivi.

Mais tandis que l’incident s’est achevé en toute sécurité, les choses ne se sont toutefois pas déroulées dans le calme. Les avions militaires avaient obtenu l’autorisation de dépasser le mur du son pour intercepter l’appareil qui ne répondait plus – entraînant dans leur sillage un bang supersonique qui a réveillé un grand nombre d’habitants de la capitale britannique.

Il y a eu de nombreux témoignages de ce réveil agité sur les réseaux sociaux et dans les médias, accompagnés de vidéos où le bang supersonique est audible.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...