Un général israélien accorde un entretien exclusif à un journal saoudien
Rechercher

Un général israélien accorde un entretien exclusif à un journal saoudien

Le général de brigade Moti Almoz affirme au journal saoudien Elaph que l'Iran n'a pas changé après l'accord nucléaire

Moti Almoz, porte-parole de l'armée israélienne, pendant une conférence de presse, le 15 juin 2014. (Crédit : Flash90)
Moti Almoz, porte-parole de l'armée israélienne, pendant une conférence de presse, le 15 juin 2014. (Crédit : Flash90)

Moti Almoz, porte-parole de l’armée, a confirmé lundi que l’armée pense qu’un affrontement survenu dimanche matin entre les troupes de l’armée israélienne et un groupe affilié à l’Etat islamique (EI) en Syrie ne fait pas partie d’une avancée plus large qui serait tentée par le groupe terroriste sunnite.

Cette déclaration est survenue pendant un entretien accordé au journal Elaph, un quotidien possédé par un homme d’affaires saoudien et basé à Londres, et qui est devenu plus proche d’Israël en raison des craintes nourries par la perspective d’une éventuelle hégémonie iranienne dans la région.

Comme l’a annoncé lundi le Times of Israël, la théorie prévalente est que cet affrontement, qui a causé la mort de quatre membres de l’Armée Khalid ibn al-Walid, autrefois connue sous le nom de brigade des martyrs de Yarmouk, ne représente probablement pas un changement de la politique de l’EI, même s’il a pu être une tentative de tester les forces israéliennes ou d’enregistrer une victoire en termes de communication publique.

En réponse à une question portant sur une éventuelle volonté de l’EI d’inaugurer une « nouvelle scène » sur le Golan, Almoz a répondu que « je ne le pense pas, et nous ne constatons aucun changement avec l’EI ou n’importe quelle faction en Syrie », a-t-il déclaré au journal.

Il a cependant ajouté que « l’opération [a été menée] pour peut-être examiner nos capacités et notre préparation. Ce n’est pas une coïncidence [qu’elle ait eu lieu] un dimanche matin, après le Shabbat, une journée hebdomadaire de repos, pendant laquelle nous avons habituellement une journée tranquille et peu d’action militaire de routine. »

Almoz a également abordé le sujet du Hamas, groupe terroriste qui dirige la bande de Gaza, et l’a encouragé à se souvenir des trois campagnes dans Gaza qui ont eu lieu ces dernières années, menées par Israël pour cesser les tirs de roquette et la construction de tunnels, et qui ont dévasté de grandes portions du territoire palestinien.

« Pendant cinq ans et trois opérations militaires, tous les cents mètres, ce territoire a pu témoigner de la capacité militaire israélienne et de ce qu’elle pourrait être la prochaine fois. Est-ce vraiment cela que veut la partie adverse ? », a demandé Almoz au journal arabophone, faisant apparemment référence au Hamas.

Almoz a ajouté que Téhéran n’était devenu ni modéré ni dompté, suite à la signature de l’accord nucléaire iranien.

« L’Iran n’a pas changé, ni avant l’accord sur le programme nucléaire, ni après. Ses objectifs restent les mêmes, qui sont de maintenir une présence dans la région et d’attiser le feu du terrorisme », a déclaré Almoz.

« Nous savons cela et nous l’affrontons », a-t-il déclaré.

Ryad, qui considère l’Iran chiite comme une menace régionale majeure, fait partie des états sunnites qui ont rejoint Israël dans son opposition à cet accord.

Almoz a été le dernier de plusieurs responsables israéliens à accorder un entretien à Elaph, après des généraux de l’armée israélienne, des ministres, des députés et des diplomates, un signe du souhait d’Israël de forger des relations avec l’Arabie saoudite et d’autres états sunnites ces dernières années.

Une version précédente de cet article affirmait qu’Almoz avait mis en garde l’Iran, la dévastation de la bande de Gaza étant un rappel de la puissance militaire israélienne. L’unité des porte-paroles de l’armée israélienne a déclaré qu’il s’agissait d’une lecture incorrecte des remarques d’Almoz, et que sa réponse sur la bande de Gaza n’était pas liée à l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...