Le Premier ministre de l’AP attendu à Gaza après des concessions du Hamas
Rechercher

Le Premier ministre de l’AP attendu à Gaza après des concessions du Hamas

Le Hamas a annoncé la dissolution d'un conseil controversé perçu comme une entrave à l'unité palestinienne et appelé le Fatah à engager des nouvelles discussions de réconciliation

Rami Hamdallah, Premier ministre de l'Autorité palestinienne, en visite à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 9 octobre 2014. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Rami Hamdallah, Premier ministre de l'Autorité palestinienne, en visite à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 9 octobre 2014. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne (AP), Rami Hamdallah, est attendu prochainement dans la bande de Gaza après un geste d’assouplissement du Hamas à l’égard du Fatah, au pouvoir en Cisjordanie, a indiqué lundi un haut responsable.

Reconnue par la communauté internationale, l’AP du président Mahmoud Abbas est à couteaux tirés avec le Hamas, groupe terroriste islamiste, depuis que celui-ci l’a évincée de la bande de Gaza au prix d’une quasi-guerre civile en 2007.

Dimanche, le Hamas a annoncé la dissolution d’un conseil controversé perçu comme une entrave à l’unité palestinienne et appelé le Fatah à engager des nouvelles discussions de réconciliation.

Hamdallah va rencontrer à Gaza des responsables du Hamas et réaffirmer l’autorité du gouvernement sur les ministères, a déclaré à des journalistes à Ramallah un haut conseiller de Mahmoud Abbas, Nabil Shaath.

Nabil Shaath, commissaire en charge des relations extérieures du Fatah, dans son bureau de Ramallah, en Cisjordanie, le 18 janvier 2012. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Nabil Shaath, commissaire en charge des relations extérieures du Fatah, dans son bureau de Ramallah, en Cisjordanie, le 18 janvier 2012. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Nous attendons [de voir] les premières étapes sur le terrain. Nous voulons voir M. Hamdallah reçu par le Hamas et les portes de tous les ministères ouvertes, a-t-il poursuivi. Cela pourrait avoir lieu dans les prochaines 24 heures. »

Il s’agira de la première visite du Premier ministre de l’AP dans la bande de Gaza depuis 2015, année durant laquelle une précédente tentative de réconciliation avait échoué.

L’annonce dimanche de la dissolution du « comité administratif » par le Hamas a été favorablement accueillie l’ONU et le Fatah, qui l’avait perçu comme un gouvernement parallèle entravant la réconciliation, ce que le groupe terroriste avait nié.

Depuis la création de ce comité en mars, Abbas s’était efforcé d’affaiblir le Hamas, bloquant notamment les versements de la facture de l’électricité fournie par Israël à Gaza, qu’il réglait.

Ahmed Aboul Gheit, dirigeant de la Ligue arabe, en avril 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Ahmed Aboul Gheit, dirigeant de la Ligue arabe, en avril 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Lundi, le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit a salué « les évolutions positives importantes » vers la réconciliation entre les deux rivaux. Ces derniers « ont adopté la bonne attitude en privilégiant l’intérêt supérieur de la Palestine », a-t-il indiqué dans un communiqué de l’organisation panarabe basée au Caire.

Ismaïl Haniyeh, le chef du Hamas, s’est rendu la semaine dernière en Egypte.

Abbas doit s’exprimer mercredi à l’assemblée générale de l’ONU à New York, après une rencontre avec le président américain Donald Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...