Le prix des logements continue à grimper, en dépit des réformes

Rechercher

Le prix des logements continue à grimper, en dépit des réformes


Bien que les prix de l’immobilier continuent à monter, ils ont aussi montré de légers signes de ralentissement

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

La nouvelle construction d'immeubles d'appartements à Derech Kfar Nachman dans la ville israélienne de Raanana (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
La nouvelle construction d'immeubles d'appartements à Derech Kfar Nachman dans la ville israélienne de Raanana (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Malgré les promesses faites par les politiciens pour contrôler le marché, le prix des logements en Israël ont continué à augmenter au cours du deuxième trimestre de 2016, selon un nouveau rapport du gouvernement.

Les prix des maisons ont augmenté en moyenne de 2,5 % depuis avril, et un total de 8 % l’année dernière, selon les chiffres publiés par le bureau de l’évaluateur en chef du gouvernement.
 


Les données montrent une hausse de 4 % pour les appartements de quatre pièces dans 16 villes israéliennes, y compris les nouvelles résidences déjà construites. Seulement deux de ces villes n’ont pas vu une hausse des prix, alors qu’aucune n’a vu une baisse des prix.


Au cours du trimestre, le prix d’une maison à Herzliya a augmenté de 3 % soit 2,4 millions de NIS (633 000 $) en moyenne ; à Jérusalem, il a augmenté de 1 % soit 1,95 million de NIS ; et à Petah Tikva, il a augmenté de 1 % soit 1,62 million de NIS.


À Tel-Aviv, en moyenne, un appartement de quatre pièces coûte maintenant 3,09 millions de NIS, soit une hausse de 4 % par rapport au dernier trimestre et de 13 % par rapport à 2015.



Alors que les prix ont continué à augmenter, ils ont montré une légère diminution des augmentations, avec une baisse de 0,3 % du taux de la hausse pour la période mai-juin par rapport aux mêmes mois en 2015.


Les derniers chiffres ont particulièrement une importance symbolique, venant exactement cinq ans après les protestations sociales massives qui ont éclaté à travers Israël demandant au gouvernement d’aider à faire baisser les prix du logement ainsi que le coût de la vie.

Depuis lors, le coût élevé du logement est devenu un enjeu politique central dans le pays, avec de jeunes familles déclarant qu’ils sont incapables de devenir propriétaires et même locataires dans le centre économique du pays.


Le ministre des Finances Moshe Kahlon, qui a fait des promesses au début de son mandat pour régler les problèmes de l’immobilier en Israël, a promulgué une série de programmes de logements abordables, y compris un programme dans lequel les développeurs reçoivent des terres à des tarifs réduits et ils doivent en contrepartie vendre des appartements à un prix réduit aux acheteurs qui font leur première acquisition.

Tal Aldroti, le chef évaluateur de l’Etat, a écrit dans le rapport qu’il était trop tôt pour voir l’influence du programme sur le marché. Elle a fait des commentaires similaires après que les prix ont augmenté au cours du premier trimestre de 2016.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...