Le prix des logements et le coût de la vie continuent de grimper en Israël
Rechercher

Le prix des logements et le coût de la vie continuent de grimper en Israël

Hausse des prix dans tout le pays ; l'indice des prix à la consommation a augmenté de 1,6 % depuis le début de l'année

Un chantier de construction de nouveaux logements résidentiels à Be'er Yaakov, dans le centre d'Israël, le 26 mars 2020.(Crédit: Flash90) 
Un chantier de construction de nouveaux logements résidentiels à Be'er Yaakov, dans le centre d'Israël, le 26 mars 2020.(Crédit: Flash90) 

Les prix des logements en Israël ont continué à augmenter en avril et mai, affichant un bond de 7,2 %, en moyenne, par rapport à la même période de l’année dernière, selon les dernières données du Bureau central des statistiques (CBS).

Les prix ont augmenté dans tout le pays, la hausse la plus forte étant enregistrée dans le nord du pays (8,8 %). 

À Tel Aviv, les prix ont augmenté de 1,3 % au cours de la seule période mars-avril.

Le nouveau ministre des Finances, Avigdor Liberman (Yisrael Beytenu), a déclaré la semaine dernière qu’il était très préoccupé par la flambée des prix du logement et qu’il travaillait avec le ministre du Logement, Zeev Elkin (Tikva Hadasha), pour trouver des solutions. 

Les données du Bureau central des statistiques ont également montré que l’indice des prix à la consommation en Israël a augmenté de 1,6 % depuis le début de l’année.

Les prix des logements en Israël n’ont cessé de grimper ces dernières années, et l’augmentation du coût de la vie dans le pays a alimenté une série de protestations en Israël au cours de la dernière décennie. 

Les ventes de logements ont chuté à leur plus bas niveau depuis près de deux décennies pendant la pandémie de COVID l’année dernière. Il y a eu 16 800 appartements achetés au cours du deuxième trimestre de 2020, soit une baisse de 27 % par rapport au même trimestre de 2019. 

Les ventes ont rebondi au cours de l’été, et les Israéliens ont fini par contracter un montant record de prêts immobiliers en 2020, malgré le chaos économique causé par la pandémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...