Le récit de l’embauche express de Laurence Haïm par Emmanuel Macron
Rechercher

Le récit de l’embauche express de Laurence Haïm par Emmanuel Macron

L'ex-voix de Washington du groupe Canal Plus est revenu sur les détails de son embauche en tant que porte-parole d'En Marche ! et sur sa réelle nationalité

Laurence Haim (Crédit : capture d'écran YouTube)
Laurence Haim (Crédit : capture d'écran YouTube)

La journaliste expérimentée Laurence Haïm a rejoint début janvier les troupes d’Emmanuel Macron, en devenant sa porte-parole.

Chez En Marche ! on avait confirmé l’information du Monde : « Après 23 ans passés aux Etats-Unis, elle avait envie de faire autre chose et elle nous a proposé ses services. Elle a une expérience de l’international qui sera précieuse. »

Après 23 ans passés comme correspondante à Washington pour le groupe Canal Plus, la journaliste âgée de 50 ans se retrouve de l’autre côté du micro.

Un flou entourait la nationalité de la journaliste, décrite comme franco-israélienne par la notice du site de l’agence de conférenciers Speakers Academy auquel il lui est arrivé de collaborer, et par sa fiche Wikipédia. Mais Laurence Haïm dément.

« C’est complètement faux ! a-t-elle expliqué à l’hebdomadaire Actualité juive. Mon lieu de naissance se situe à Paris. Je suis française et de confession juive. Mon rapport avec le judaïsme est fort et en même temps complexe. J’ai beaucoup travaillé en Israël mais aussi très souvent dans les conflits aux côtés des Palestiniens à Gaza, Ramallah et Bethléem. Mes opinions sur ce sujet relève de ma vie privée. »

Emnanuel Macron et Francis Kalifat lors de la soirée débat au Grand Hotel Intercontinental de Paris, en mars 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)
Emnanuel Macron et Francis Kalifat lors de la soirée débat au Grand Hotel Intercontinental de Paris, en mars 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)

Dans cette interview on apprend aussi avec quelle rapidité Emmanuel Macron a décidé de l’embauche de l’ex-voix de Washington :

« Je téléphone à un membre de son équipe et en moins de 48 heures, je parviens à rencontrer Emmanuel Macron. Cet entretien d’une demi-heure n’aura fait que conforter mon souhait de travailler à ses côtés. »

« J’ai apprécié le fait qu’il me reçoive dans des délais rapides. Cela correspond bien à ce qui se pratique outre-Atlantique : c’est direct et ça va vite », conclut-elle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...