Le roi de Jordanie appelle Abbas après un séjour à l’hôpital
Rechercher

Le roi de Jordanie appelle Abbas après un séjour à l’hôpital

Le président de l’Autorité palestinienne et Abdallah II discutent du mont du Temple et de Jérusalem ; ils vont bientôt se rencontrer à Amman

Le roi Abdallah II de Jordanie, à droite, avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avant une réunion au Palais Royal d'Amman, le 12 novembre 2014. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)
Le roi Abdallah II de Jordanie, à droite, avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avant une réunion au Palais Royal d'Amman, le 12 novembre 2014. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)

Le roi de Jordanie Abdallah II a téléphoné au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dimanche pour lui demander des nouvelles sur sa santé après que le dirigeant palestinien a été hospitalisé samedi.

Dans un tweet du compte officiel du roi on pouvait lire : « Lors d’un appel téléphonique, Sa Majesté le Roi Abdallah II a demandé des nouvelles sur la santé du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ».

Pendant l’appel, les deux ont également discuté de l’évolution de la situation sur le mont du Temple et Jérusalem et ont été d’accord pour se rencontrer rapidement à Amman, la capitale de Jordanie, selon le radiodiffuseur Kan.

Des docteurs et des officiels palestinens ont déclaré qu’Abbas, âgé de 82 ans, était épuisé ; il a dû faire un bilan médical dans un hôpital de Cisjordanie pendant le weekend.

Un docteur a déclaré qu’Abbas souffrait d’une inflammation de l’estomac, aggravée par le stress.

Tous se sont exprimés sous condition d’anonymat parce qu’ils n’avaient pas le droit de discuter de la santé d’Abbas dans les médias.

La visite médicale à l’hôpital a eu lieu deux semaines après de vives tensions entre Israël et des manifestants palestiniens sur les questions de sécurité sur le mont du Temple de Jérusalem, connu pour les Musulmans comme Haram al-Sharif (le Noble Sanctuaire).

Israël a installé des nouvelles mesures de sécurité autour de l’enceinte après la terrible attaque terroriste du 14 juillet, dans laquelle trois terroristes arabes israéliens ont tué deux officiers de police avec des armes qui étaient entrées en cachette sur le site. La semaine dernière, avec les pressions fortes de la part des Palestiniens, Israël a retiré les détecteurs de métaux et les caméras autour du lieu saint.

Les derniers problèmes de santé d’Abbas ont ravivé le débat sur sa succession.

Au pouvoir depuis 2005, il a refusé de soutenir un successeur. Dans la situation très complexe des institutions politiques palestiniennes, il n’y a pas de procédure très claire pour en choisir un.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...