Israël en guerre - Jour 293

Rechercher
'Nous sommes tous Juifs ici'

Le Sénat américain va honorer un soldat qui a protégé les prisonniers de guerre juifs

Roddie Edmonds, fait prisonnier par les Allemands en 1944, a refusé de dire lesquels de ses 1 292 soldats étaient juifs, sauvant ainsi la vie à 200 d’entre eux

Roddie Edmonds, sergent de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale , à une date inconnue. (Crédit : Mémorial de l'Holocauste Yad Vashem)
Roddie Edmonds, sergent de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale , à une date inconnue. (Crédit : Mémorial de l'Holocauste Yad Vashem)

Un projet de loi bipartisan présenté au Sénat américain a pour objectif de rendre hommage à un prisonnier de guerre américain qui a protégé 200 prisonniers de guerre américains juifs pendant la Seconde Guerre mondiale en lui remettant la Médaille d’or du Congrès. A titre posthume.

Le projet de loi rend hommage au sergent-chef Rodrick ‘Roddie’ Edmonds, qui a refusé de dire au commandant allemand du camp Stalag IXA lesquels de ses soldats étaient juifs.

La Médaille d’or du Congrès est l’une des distinctions civiles les plus prestigieusees des Etats-Unis.

Les sénateurs républicains du Tennessee Bob Corker et Lamar Alexander, et les sénateurs démocrates Ben Cardin du Maryland et Tim Kaine de Virginie ont présenté ce projet de loi.

Edmonds avait été capturé pendant la bataille des Ardennes par l’armée allemande le 19 décembre 1944. En tant qu’officier le plus haut gradé dans le camp de prisonniers de guerre, il était responsable des 1 292 Américains prisonniers. Le commandant du camp avait ordonné à Edmonds d’identifier les soldats juifs afin de les séparer des autres.

Quand Edmonds a refusé, le commandant a placé son pistolet sur sa tempe, et lui a à nouveau demandé d’identifier les soldats juifs. Edmonds a répondu « nous sommes tous Juifs ici », refusant de donner les noms des soldats juifs et leur sauvant ainsi la vie.

Après avoir survécu à 100 jours de captivité, Edmonds est retourné chez lui après la guerre, et n’a jamais raconté son histoire à sa famille. Il est mort en 1985, et ce n’est que bien longtemps après que ses actions héroïques ont été reconnues.

Le sergent-chef  Roddie Edmonds, entouré en rouge, au Camp Atterbury. (Crédit : Chris Edmonds)
Le sergent-chef Roddie Edmonds, entouré en rouge, au Camp Atterbury. (Crédit : Chris Edmonds)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.