« Le syndrome de Jérusalem » en projection au Majestic de Passy
Rechercher

« Le syndrome de Jérusalem » en projection au Majestic de Passy

Du 14 octobre au 18 novembre, dans le cadre du cycle Regards Croisés, quatre films co-produits par la France et Israël seront projetés au Majectic et à l'Escurial à Paris

Dans le cadre de la saison-croisée France-Israël, et en partenariat avec le festival du film israélien de Paris, le cycle Regards Croisés projettera quatre co-productions franco-israéliennes et cinq courts-métrages du 14 octobre au 18 novembre.

Parmi les quatre long-métrages, on retrouve « Le syndrome de Jérusalem », prix du public aux festivals du film israélien de Sao Paolo et Paris.

Réalisé par Stéphane Belaisch, (collaborateur du Times of Israël en français) et Emmanuel Naccache « Le syndrome de Jerusalem » raconte l’histoire d’un Français, joué par le talentueux Lionel Abelanski, qui est  persuadé d’être le prophète Jonas.

« Il ne se souvient de rien, il ne sait plus qui il est, explique la production. Atteint du syndrome de Jérusalem, il cherche à éviter le service divin. Dans sa fuite, il va se trouver embarqué dans une aventure rythmée aux côtés d’un Tel Avivien de retour d’Inde, d’une prostituée russe, d’un jeune étudiant de yeshiva convoyeur de Streimel, d’une petite soldate au mauvais caractère et d’une serveuse new-age ».

Affiche du film « Le syndrome de Jérusalem » sorti en 2010 (Crédit: autorisation)

Ce film « qui a été une vraie aventure, notamment les scènes tournées dans le désert » a été pour ses deux auteurs le prétexte de venir vivre en Israël, explique Stéphane Belaisch.

« Je voulais faire mon alyah et je cherchais une idée de scénario pour réaliser un projet ».

Il sera présent aux côtés d’Emmanuel Naccache (Kidon, Carbone) au cinéma Le Majestic de Passy pour un débat avec les spectateurs après la projection, le dimanche 14 octobre à 11H.

Le festival présentera également les films Matchmaker, Watermarks, et Low Tide (toutes les informations sont disponibles ici).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...