6 mois d’événements culturels et scientifiques en France et en Israël
Rechercher
Saison croisée

6 mois d’événements culturels et scientifiques en France et en Israël

De la danse contemporaine israélienne à Saumur à la rencontre entre les créateurs et acteurs de Fauda et du Bureau des Légendes à Haïfa, la Saison croisée s'annonce chargée

En fait, le grand projet avait été un peu oublié. En novembre 2013, François Hollande en visite en Israël l’avait promis : « nous ferons une saison croisée avec Israël ». Et puis quelques temps plus tard, le journaliste israélien Emmanuel Halpérin, un neveu de Menahem Begin qui se trouve aussi être féru de culture française, retombe sur cette déclaration du président français. Il en parle à quelqu’un du ministère des Affaires étrangères israélien, qui contacte son homologue français. « Eux aussi semblaient l’avoir un peu oublié, » s’amuse-t-il. Finalement la machine se met en marche. Une grosse machine.

De juin à novembre se tiendront six mois d’événements croisés entre plusieurs villes françaises et israéliennes, inaugurés le 5 juin prochain et en grande pompe au Grand Palais à Paris en présence d’Emmanuel Macron et de Benjamin Netanyahu.

Une fausse note seulement : Le lancement israélien du 1er juin qui aurait dû réunir Benjamin Netanyahu et le Premier ministre français a été annulé après qu’Edouard Philippe a dû renoncer à venir pour des « problèmes d’agenda intérieur, » dit-on depuis Matignon. Tant pis, la saison aura été lancée le 30 mai au soir par La nuit de la philosophie à Tel Aviv, avant les grandes pompes du 5 juin.

Des événements parmi les plus emblématiques des rendez-vous culturels français se dérouleront en Israël, et inversement. Ainsi le Festival des Francofolies emblématique de la ville de La Rochelle se tiendra cet été à Ashdod, « une ville à l’image du pays où se croisent des personnes de toutes origines dont 50 000 francophones dont la langue donne une couleur un peu plus romantique à la ville, » explique le maire de la ville.

Hélène Le Gal, ambassadrice de France en Israël se dit ravie que La Folle journée de Nantes, un festival de musique classique pensé pour le grand public, se déroule cette année à Zirkhon Yaakov, une petite ville à l’air provençale nichée sur les contreforts du mont Carmel.

Sur le sol français, expliquent Cécile Caillou-Robert, commissaire général pour la France, et Emmanuel Halpérin, commissaire pour Israël, se dérouleront « deux tournées majeures : celles de la Compagnie de danse Batsheva et de l’Orchestre de Jérusalem East and West, deux ensembles qui s’illustrent par la force de leur langage et la virtuosité de leurs interprètes ».

En tout, expliquent-ils, le programme de cette saison croisée, pour laquelle chaque pays aura déboursé 1,5 million d’euros, comprend plus de 400 manifestations.

Tilla Rudel, attachée culturelle et directrice adjoint de l’Institut culturel français de Tel Aviv explique qu’au-delà du culturel, les domaines scientifiques et éducatifs seront également bien représentés : « il y aura un événement français au festival de l’innovation DLD à Tel Aviv, une journée de l’innovation lorsque le président français viendra à l’automne, un projet croisé franco-israélien autour du satellite Venus, un hackathon. Les événements couvrent tous les échanges existants entre les deux pays ».

Le public israélien a pu aussi découvrir une rétrospective de l’artiste plasticien français Christian Boltanski vendredi au musée d’Israël à Jérusalem et profiter du festival de musique de La Rochelle, les Francofolies, qui sera répliqué à Ashdod, dans le sud de Tel Aviv, fin septembre.

Par ailleurs, la participation des membres de l’équipe du tournage de la série française Le bureau des légendes est prévue au Festival international du film de Haïfa, lors d’une rencontre avec l’équipe de la série israélienne Fauda qui a connu un grand succès en France.

La compagnie de danse israélienne Batsheva se produira à Paris, Créteil, Montpellier et Lyon jusqu’en décembre, des grands noms du jazz israélien seront à l’honneur au festival de jazz de Juan-les-Pins et le Festival Lettres d’Israël recevra des auteurs français à Paris, Lille, Aix-en-Provence et Strasbourg.

Dans le cadre de la Saison France-Israël 2018, le Centre national d’études spatiales (Cnes) organise ou participe à plusieurs événements en lien avec l’Agence spatiale israélienne (ISA) autour de Venµs (Vegetation and Environment monitoring on a New Microsatellite), une mission franco-israélienne d’observation à haute résolution spatiale et haute fréquence temporelle, de sites scientifiques pour l’étude de la végétation.

Hélène Le Gal mise sur le fait que les rencontres organisées entre les jeunes des deux pays, notamment le 7 juin autour du volontariat français en Israël, se poursuivront « longtemps après la fin de la saison croisée ».

Face à un mouvement BDS qui tente de s’organiser, quelques artistes ont lancé une pétition contre la tenue de cet événement, l’ampleur de la saison croisée laisse présager un resserrement des mailles qui unissent déjà les deux pays. « Il s’agit aussi de diplomatie culturelle, » affirme Halpérin. De fait, Israël sera présent durant plusieurs mois à Paris bien sûr, mais aussi en province, à Rennes, Grenoble, Saumur…

« Il est des amitiés que ne peuvent altérer ni les turbulences de l’Histoire ni les profondes transformations que connaissent nos sociétés. Il en va ainsi de l’amitié entre Israël et la France. Elle est un point fixe et assuré dans un monde en mouvement, une constante de notre identité ».

Les mots forts choisis par Emmanuel Macron pour présenter la tenue de la saison montrent, même s’ils sont des mots de circonstance, que la critique de la politique israélienne du gouvernement français, ne veut en rien entacher les liens qui unissent les deux pays.

Sur un ton plus léger, « cette saison croisée va permettre aux Israéliens de remettre à jour leur répertoire de musique française, » s’amuse une responsable de l’Institut français. « Ils vont découvrir que des choses se sont produites depuis Edith Piaf et Jacques Brel ».

La Saison sera clôturée en novembre 2018 par un concert à Paris de la chanteuse israélienne Noa, entourée de musiciens des deux pays.

Le programme est disponible ici et sur le site Israelfranceseason.com.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...