Le taux quotidien de tests positifs dépasse les 2 %, première fois depuis mars
Rechercher

Le taux quotidien de tests positifs dépasse les 2 %, première fois depuis mars

Le nombre de cas graves s'élève à 108, et un expert de haut niveau préconise des mesures pour endiguer l'épidémie ; 12 cas récents de Delta Plus ont été identifiés

Des personnes, dont certaines portent des masques, marchent dans la rue Jaffa à Jérusalem, le 25 juillet 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des personnes, dont certaines portent des masques, marchent dans la rue Jaffa à Jérusalem, le 25 juillet 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le taux quotidien de tests positifs à la COVID-19 en Israël a dépassé les 2 % pour la première fois depuis mars, selon les données du ministère de la Santé publiées lundi matin. 

Il y a eu 1 398 nouveaux cas identifiés dimanche parmi 67 676 tests, soit un taux de positivité de quelque 2,07 %. En outre, 506 cas ont été diagnostiqués entre minuit et 10 heures du matin lundi. 

Cela a porté le nombre de cas actifs à 11 606, alors que ce chiffre était d’environ 200 il y a moins de six semaines. 

Le nombre de cas graves est passé à 108, dont 25 sont dans un état critique. 

Le bilan total des décès s’élève à 6 461, le pays ayant enregistré un total de 861 516 cas depuis le début de la pandémie. 

Le professeur Galia Rahav, directrice de l’unité des maladies infectieuses au centre médical Sheba, a déclaré au radiodiffuseur public Kan que l’augmentation des cas graves – ils ont atteint un minimum de 19 le mois dernier – était préoccupante et nécessitait une action. 

« Nous devons convaincre les personnes non vaccinées de se faire vacciner », a-t-elle déclaré. « Si nous atteignons l’immunité de groupe, nous éviterons les confinements à l’avenir. »

La professeure Galia Rahav, responsable de l’unité et du laboratoire des maladies infectieuses du centre médical Sheba, examine les données relatives aux patients atteints de la COVID-19. (Autorisation du centre médical Sheba)

 
Le nombre de patients COVID dans un état grave a doublé au cours des dix derniers jours, mais il ne représente qu’une fraction du pic observé lors de la troisième vague, en janvier, avec plus de 1 200 cas graves. Pendant la deuxième vague, à l’automne, les cas graves ont atteint un pic de 850 en octobre. 

Au début du mois, le cabinet sur le coronavirus a convenu que « le paramètre principal » pour l’instauration de nouvelles restrictions sur la COVID serait la mesure des cas graves. Lors de la réunion du cabinet de dimanche, le Premier ministre Naftali Bennett a promis de continuer à « insister pour le maintien des moyens de subsistance, de l’économie, de l’éducation et de la liberté des citoyens israéliens » en favorisant le port du masque et la vaccination, plutôt qu’en instaurant de nouvelles mesures de confinement.

Les médias israéliens ont rapporté que, parmi les cas récents, 12 étaient du variant dit Delta Plus, une nouvelle mutation de la souche ultra-infectieuse Delta. La plupart de ces cas concernaient des rapatriés de Géorgie, et il semblerait qu’il y ait plus d’une chaîne d’infection. 

Les autorités sanitaires ne savent toujours pas si ce variant est plus infectieux ou plus dangereux que le variant Delta. 

Cependant, à partir de lundi soir, les voyageurs ne seront pas autorisés à se faire accompagner ou accueillir par d’autres personnes à l’intérieur des terminaux de l’aéroport Ben Gurion, afin de tenter de minimiser les infections à cet endroit. Les personnes accompagnant un mineur ou une personne ayant des besoins particuliers seront exemptées de cette règle.

Un jeune israélien reçoit le vaccin contre le coronavirus à Petah Tikva, le 19 juillet 2021. (Crédit : Flash90)

Les chiffres du ministère de la Santé publiés la semaine dernière pour la période du 20 juin au 17 juillet indiquent que l’efficacité du vaccin COVID était tombée à seulement 39 % pour la prévention de la transmission face au variant Delta, mais qu’il restait efficace à plus de 91 % pour la prévention des cas graves. Cependant, certains analystes ont averti que les chiffres sur l’efficacité du vaccin étaient sujets à d’importantes inexactitudes en raison d’une série de facteurs – et notamment le niveau d’infection parmi les personnes non vaccinées. 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...