Le terroriste du Hamas dit qu’il se battra « jusqu’à la dernière goutte de sang »
Rechercher

Le terroriste du Hamas dit qu’il se battra « jusqu’à la dernière goutte de sang »

Qais Sa’adi s'est exprimé depuis sa cachette ce dimanche

Elhanan Miller est notre journaliste spécialiste des affaires arabes

Les membres de la brigade Al-Qassam, participant au défilé marquant les 27ème de la création du mouvement islamiste le 14 décembre à Gaza (Crédit : AFP/Mahmud Hams)
Les membres de la brigade Al-Qassam, participant au défilé marquant les 27ème de la création du mouvement islamiste le 14 décembre à Gaza (Crédit : AFP/Mahmud Hams)

Qais Sa’adi, un membre de l’aile militante du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, fustige l’Autorité palestinienne, qu’il accuse d’être derrière la tentative avortée de l’armée israélienne pour l’arrêter la nuit dernière dans le camp de réfugiés de Jénine.

« Tout le monde est visé par l’Autorité palestinienne, » affirme Saadi à un média du Hamas, depuis sa cachette ce dimanche.

« Espérons que l’occupation par l’Autorité palestinienne opérant sous l’occupation israélienne va disparaître ».

Sa’adi ajoute que « l’occupation ne connaît pas d’autre langage que la force », promettant de poursuivre la lutte contre Israël jusqu’à sa « dernière goutte de sang ».

« Les enfants [sic] et les maisons ne sont pas importants. La seule chose importante est de rester une épine dans le pied de l’occupation et de ses collaborateurs de l’AP ».

Le gouvernement palestinien dénonce « l’escalade » israélienne

Le gouvernement palestinien a dénoncé dimanche « l’escalade » d’Israël à Jérusalem et en Cisjordanie face à la montée des tensions ayant conduit à l’exceptionnelle fermeture de la Vieille Ville de Jérusalem aux Palestiniens.

“Le gouvernement palestinien dénonce la politique d’escalade des autorités d’occupation israéliennes contre notre peuple à Jérusalem et en Cisjordanie occupée », a-t-il dit dans un communiqué, où il en appelle à la protection de la communauté internationale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...