Rechercher

Le traitement des femmes par les talibans, potentiel « crime contre l’humanité » – G7

Le groupe a averti Kaboul de conséquences : "la persécution sexiste peut constituer un crime contre l'humanité en vertu du Statut de Rome, auquel l'Afghanistan est un Etat partie"

Des étudiantes afghanes arrêtées par des talibans chargés de la sécurité à côté d'une université à Kaboul, le 21 décembre 2022. (Crédit : Wakil KOHSAR / AFP)
Des étudiantes afghanes arrêtées par des talibans chargés de la sécurité à côté d'une université à Kaboul, le 21 décembre 2022. (Crédit : Wakil KOHSAR / AFP)

Les mesures prises par les talibans contre les femmes en Afghanistan peuvent constituer « un crime contre l’humanité », ont mis en garde les ministres des Affaires étrangères du G7 dans un communiqué diffusé jeudi.

Les ministres, qui se sont réunis par vidéoconférence, ont appelé le régime taliban à revenir sur sa décision d’interdire aux femmes d’étudier à l’université et de bannir les filles de l’enseignement secondaire.

Et ils avertissent Kaboul d’éventuelles conséquences devant la Cour pénale internationale de La Haye: « la persécution sexiste peut constituer un crime contre l’humanité en vertu du Statut de Rome, auquel l’Afghanistan est un Etat partie ».

« Les politiques des talibans visant à effacer les femmes de la vie publique auront des conséquences sur les relations de nos pays avec les talibans », préviennent-ils.

« Les récentes mesures prises par les talibans, qui s’ajoutent aux précédentes mesures cumulées restreignant l’exercice des droits de l’homme et des libertés fondamentales des femmes et des filles en Afghanistan, sont extrêmement préoccupantes et semblent constituer une politique systématique », déplorent-ils.

Des femmes afghanes se tiennent devant un parc d’attractions, à Kaboul, en Afghanistan, le 10 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Ebrahim Noroozi)

Lors d’un point presse à Berlin avec son homologue danois, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a enfoncé le clou, qualifiant les récentes décisions des talibans contre l’éducation des femmes « d’un nouveau pas en direction de l’époque des cavernes ».

Mais ce n’est pas le seul, a-t-elle dit, rappelant que ces derniers mois, les talibans avaient multiplié les restrictions de liberté imposées aux femmes: « non seulement elles n’ont plus le droit d’étudier, mais elles n’ont plus le droit d’aller dans des parcs, sortir de chez elles sans voile ».

L’interdiction faite aux Afghanes d’accéder à l’université, décidée par le régime des talibans, a suscité de très nombreuses critiques dans le monde occidental. Elle a été aussi condamnée par la Turquie et l’Iran.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.