Rechercher

Le Van Gogh spolié par les nazis aux Rothschild bat un record aux enchères

L'aquarelle "Meules de blé" se vend 35,9 millions de dollars, un record pour une aquarelle de Van Gogh ; une collection d'œuvres impressionnistes atteint 332 millions de dollars

La peinture « Meules de blé » (1888) de Vincent van Gogh, qui sera proposée dans la vente dédiée « The Cox Collection : The Story of Impressionism », à New York, le 11 novembre 2021. L'aquarelle, volée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, est estimé à 20-30 millions de dollars. (Crédit : Christie's)
La peinture « Meules de blé » (1888) de Vincent van Gogh, qui sera proposée dans la vente dédiée « The Cox Collection : The Story of Impressionism », à New York, le 11 novembre 2021. L'aquarelle, volée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, est estimé à 20-30 millions de dollars. (Crédit : Christie's)

Une aquarelle de Vincent van Gogh saisie par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale a été vendue aux enchères à New York jeudi pour 35,9 millions de dollars, dépassant son estimation, pour devenir l’aquarelle de Van Gogh la plus chère.

Les « Meules de blé » de 1888 font partie d’une série d’œuvres peintes dans les dernières années de la vie de Van Gogh qui ont atteint un total de 150 millions de dollars lors d’une vente aux enchères impressionnistes organisée par Christie’s à New York, tandis qu’une huile sur toile de Gustave Caillebotte a battu des records pour l’artiste français.

Les tableaux faisaient partie de la collection Cox d’art impressionniste, nommée en l’honneur de l’homme d’affaires texan Ed Cox, décédé en 2020 à l’âge de 99 ans.

« Meules de blé » a été inclus dans la vente aux enchères après que Christie’s a facilité les négociations entre les héritiers du pétrolier texan qui le possédaient et les héritiers de deux collectionneurs d’art juifs qui l’ont possédé à différentes époques avant qu’il ne soit pillé par les nazis. Les détails du règlement sont confidentiels, a déclaré un porte-parole de Christie’s.

« Meules de blé » aurait été acheté par la société londonienne Beaumont Nathan Art Advisory.

Plus de 20 pièces couvrant l’histoire de l’impressionnisme – y compris des œuvres de Claude Monet, Edgar Degas, Pierre-Auguste Renoir et Berthe Morisot – ont rapporté un total de 332 millions de dollars lors de la vente aux enchères, qui s’est déroulée au Rockefeller Center à Manhattan.

Le Getty Museum de Los Angeles a acheté le « Jeune homme à sa fenêtre » de Caillebotte pour 53 millions de dollars – plus du double du précédent record établi par le tableau de l’artiste « Rising Road », vendu 22 millions de dollars en 2019.

Jeune homme à la fenêtre de Gustave Caillebotte (Wikimedia commons)

La peinture à l’huile représente un homme dans un costume sombre, dos à l’observateur, qui semble regarder une femme au loin dans une rue parisienne à l’extérieur d’une grande fenêtre.

En annonçant que son offre avait été retenue, le musée a décrit l’œuvre comme un « chef-d’œuvre du 19e siècle du réalisme urbain moderne … considéré comme le plus important tableau d’un impressionniste français dans une collection privée ».

Parmi les œuvres de Van Gogh figurait son huile sur toile « Cabanes en bois parmi les oliviers et les cyprès », vendue 71,3 millions de dollars, devenant ainsi l’une des œuvres les plus chères du peintre.

Le « Jeune homme au bleuet », peint dans les semaines qui ont précédé la mort de l’artiste néerlandais à l’âge de 37 ans, a dépassé de loin les attentes pour atteindre 46,7 millions de dollars.

Mais l’intérêt s’est surtout porté sur « Meules de blé », qui a été acquis par un acheteur dont l’identité n’a pas été révélée.

L’œuvre représente trois meules de foin qui surplombent les moissonneurs par une belle journée d’été.

Elle a été achetée en 1913 par l’industriel Max Meirowsky, qui a fui l’Allemagne pour Amsterdam en 1938 par crainte des persécutions nazies.

Miriam Caroline Alexandrine de Rothschild (The Rothschild Archive)

Meirowsky a confié « Meules de blé » à un marchand d’art basé à Paris, qui l’a vendu à Alexandrine de Rothschild, membre de la célèbre famille juive.

Rothschild s’est enfuie en Suisse au début de la Seconde Guerre mondiale et sa collection d’art, dont l’aquarelle de Van Gogh, a été confisquée par les nazis pendant l’Occupation.

On ignore où se trouvait l’œuvre entre la fin de la guerre et les années 1970, mais Cox l’a achetée à la galerie Wildenstein à New York en 1979.

Giovanna Bertazzoni, vice-présidente de l’art des XXe et XXIe siècles chez Christie’s, a qualifié l’œuvre d’une des plus puissantes œuvres sur papier de Van Gogh jamais apparues sur le marché libre.

« Tout est à couper le souffle : le sujet emblématique, l’état parfait de la gouache, l’intensité de l’encre dans les hachures et les tourbillons qui définissent le paysage, l’échelle ambitieuse de la composition », a-t-elle déclaré avant la vente.

Avant la vente aux enchères, l’aquarelle était exposée chez Christie’s à Londres. C’était la première fois qu’elle était présentée au public depuis la rétrospective Van Gogh de 1905 au Stedelijk Museum d’Amsterdam.

Après plusieurs saisons tenues virtuellement en raison de la pandémie, la vente aux enchères s’est cette fois-ci déroulée dans un format hybride, certains enchérisseurs étant physiquement présents, tandis que d’autres ont placé des offres via des salles connectées à Londres et à Hong Kong, ainsi qu’en ligne.

« Nous savions que malgré le COVID, la demande restait très forte », a déclaré Guillaume Cerutti, directeur général de Christie’s. « L’année dernière, nous avons eu plus de difficultés du côté de l’offre, car les vendeurs voulaient attendre. Cette année, les éléments sont mieux alignés. « 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...