Le vote de procédure à la Knesset vient-il marquer la fin de l’ère Netanyahu ?
Rechercher
Analyse

Le vote de procédure à la Knesset vient-il marquer la fin de l’ère Netanyahu ?

Le Premier ministre a échoué 4 fois aux élections. Lundi, il a perdu le contrôle d'une commission parlementaire qui aurait pu lui offrir sa meilleure chance de rester au pouvoir

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) arrive à une réunion du parti Likud à la Knesset à Jérusalem, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) arrive à une réunion du parti Likud à la Knesset à Jérusalem, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Rien n’a changé. Et tout a changé. Tout à la fois.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a perdu un vote de procédure en séance plénière à la Knesset lundi soir, un vote qui ne change absolument rien aux mathématiques parlementaires de sa position politique.

Le Premier ministre israélien le plus pérenne, le chef de la plus grande faction parlementaire et le leader du bloc de taille à peu près identique qu’il a dirigé au cours de quatre élections indécises, est toujours tout cela à la fois.

Mais le vote a révélé la profondeur du problème politique de Netanyahu, et a modifié d’un seul coup la façon dont presque tout le monde, y compris les législateurs du parti Likud, pense maintenant à ses perspectives.

Netanyahu est tout aussi bloqué qu’il l’était avant lundi, sans possibilité de former un gouvernement sans que l’un ou l’autre des partenaires potentiels de la coalition ne rompe une promesse électorale fondamentale : si le parti d’extrême droite Bezalel Smotrich n’accepte pas une coalition soutenue par le parti islamiste Raam ; ou, alternativement, si l’ex-ministre du Likud Gideon Saar, l’homme qui a dit aux électeurs que « si vous voulez que Netanyahu soit Premier ministre, ne votez pas pour moi », n’accepte pas de servir sous les ordres de ce même Netanyahu – alors le leader israélien n’a pas de gouvernement.

Gideon Saar, dirigeant de Tikva Hadasha, au siège du parti à Tel Aviv, le 23 mars 2021. (Tomer Neuberg/Flash90)

Dans les 15 jours qui lui restent du mandat du président pour former une coalition, Netanyahu pourrait encore, en théorie, convaincre certains députés de quitter l’autre camp, ou inciter Saar ou Smotrich à revenir sur des promesses qui les ont définis politiquement.

Mais peu de gens croient aujourd’hui qu’il y a une chance, même infime, qu’il réussisse. Selon les mots du président de la coalition du Likud, le député Miki Zohar, après le vote de lundi, « Nous commençons à comprendre et à intérioriser que les partis de droite se dirigent vers l’opposition. Netanyahu sera le leader de l’opposition. »

Le vote

Il faut le dire : Netanyahu n’a pas remporté une élection israélienne sans appel depuis mai 2015. La principale raison de cet échec : une bonne vingtaine de sièges à la Knesset appartiennent désormais à des partis de droite qui s’opposent à lui à des degrés divers et qui ont fait campagne pour l’évincer. Les dirigeants de ces partis ont des griefs de longue date contre le Premier ministre. Il ne serait pas totalement injuste de suggérer que la situation difficile dans laquelle se trouve Netanyahu est de son fait.

Le vote de lundi a montré que la position de Netanyahu n’est pas seulement bloquée, elle s’aggrave. Son emprise sur le pouvoir semble s’effriter.

La salle plénière pendant la cérémonie de prestation de serment de la 24e Knesset, au Parlement israélien à Jérusalem, le 6 avril 2021. (Alex Kolomoisky/POOL)

Le drame s’est déroulé alors que le plénum de la Knesset se réunissait pour régler un débat sur la formule mathématique précise de répartition des sièges au sein de la toute première commission de la 24e Knesset, appelée « commission des Arrangements ».

Le panel est une entité éphémère créée par chaque nouvelle Knesset pour gérer l’ordre du jour du Parlement et mener une grande partie de ses activités entre la prestation de serment de la nouvelle Knesset et la formation officielle d’une coalition gouvernementale quelques semaines plus tard.

La commission est immensément puissante pendant la durée de sa brève existence. Elle est chargée d’établir les commissions de la nouvelle Knesset, de nommer leurs présidents et membres pour la période intérimaire et de coordonner l’agenda législatif entre les factions parlementaires et avec le gouvernement intérimaire.

Le résultat : Celui qui contrôle la commission des Arrangements contrôle le calendrier législatif.

Et c’est important, car lorsque Netanyahu a perdu la bataille sur la façon dont la commission serait dotée en personnel, il a presque certainement perdu sa capacité à légiférer une solution à sa situation difficile.

Élection directe

Le Premier ministre ne veut pas d’une cinquième élection parlementaire, une cinquième occasion de montrer qu’il n’a toujours pas assez de partisans pour gagner la bataille. Une nouvelle élection pourrait également faire traîner l’impasse jusqu’à la mi-novembre, lorsque Benny Gantz, toujours Premier ministre d’alternance, atteindrait enfin, contre toute attente, le moment de rotation prévu par la loi, remplaçant ainsi Netanyahu au poste de Premier ministre d’Israël.

Pour empêcher la rotation de Gantz, Netanyahu doit voir se former un autre gouvernement, n’importe quel gouvernement, même pour un court instant. C’est son seul moyen de réinitialiser les règles du dernier gouvernement, y compris la rotation.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à la cérémonie du Prix Israël à Jérusalem, avant le 73e Yom HaAtsmaout d’Israël, le 11 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

La semaine dernière, les planificateurs du Likud ont trouvé une curieuse solution au problème, une idée si singulière que personne ne savait vraiment quoi en faire.

La proposition, rédigée par le Likud et soumise à la Knesset lundi par le Shas, était simple : La Knesset adopterait une loi fixant une élection directe du Premier ministre dans 30 jours, le Parlement étant exclu de cette élection.

Le projet de loi « résout l’impasse dans laquelle se trouve Israël », a déclaré le chef du Shas, Aryeh Deri, en annonçant l’initiative. « Cela ne change pas les règles », a-t-il insisté. Dans le cas contraire, a-t-il prévenu, « nous sommes confrontés à une cinquième élection [législative], qui ne sera que la préparation d’une sixième. »

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, dirige une réunion de la faction Shas à la Knesset à Jérusalem, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Comme tant d’initiatives au cours des deux dernières années visant à accorder à Netanyahu plus de temps au pouvoir, le projet de loi était sans précédent. Il est vrai que l’élection d’un Premier ministre seul n’est pas un fait inédit – Israël a brièvement adopté cette idée lors de trois élections entre 1996 et 2001 – mais cette fois-ci, le projet de loi serait unique. Pour une fois seulement, il permettrait au peuple de régler la question que les factions parlementaires rivales n’ont pas pu résoudre : qui serait le Premier ministre.

Le projet de loi a été raillé par beaucoup et critiqué par beaucoup d’autres. Il semblait conçu uniquement pour répondre aux besoins de Netanyahu, stipulant que le candidat qui obtiendrait les voix de 40 % de l’électorat – soit à peu près le soutien des sondages à Netanyahu comme Premier ministre – deviendrait Premier ministre. Si aucun candidat n’y parvient, le projet de loi stipule qu’ils procéderont à un second tour.

Des agents comptent les votes lors des élections nationales israéliennes à la Knesset à Jérusalem, le 25 mars 2021. (AP Photo/Maya Alleruzzo)

Afin de s’assurer que personne n’interprète la nouvelle élection directe instantanée comme une « cinquième » élection, le projet de loi stipule même qu' »une personne ayant le droit de voter à l’élection de la 24e Knesset, et seulement ceux qui ont ce droit, ont le droit de voter à l’élection directe. »

C’est-à-dire que le Parlement se retourne effectivement vers le peuple avec la question : Qui voulez-vous pour vous diriger ? Nous sommes incapables de décider.

Questions difficiles, vérités difficiles

Le projet de loi est à bien des égards une décision choquante et stupide. Il laisse un grand nombre de questions sans réponse, y compris la plus fondamentale : Est-il légitime de modifier la nature des choix offerts aux électeurs après le vote ? Les électeurs ont choisi leur parti le 23 mars sur la base des informations dont ils disposaient sur les politiques, la loyauté et les perspectives de coalition de ces partis. Un camp politique qui ne parvient pas à obtenir une majorité par cette méthode peut-il ensuite demander de reconsidérer une partie des résultats de l’élection sur la base de règles différentes ?

Qu’en est-il de ceux qui ont atteint l’âge de voter entre le 23 mars et la date de l’élection directe proposée à la fin mai ou au début juin ? De quel droit seraient-ils exclus, comme le stipule le projet de loi ?

Et comment, en fin de compte, une telle élection permettrait-elle au vainqueur de gouverner au sein d’une Knesset encore fragmentée ?

Netanyahu est connu pour sortir des lapins politiques de son chapeau proverbial, pour ses manœuvres imprévues de dernière minute qui laissent ses adversaires dans la poussière. La manœuvre de l’élection directe était-elle vraiment tout ce qu’il pouvait faire ?

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu vote dans un bureau de vote à Jérusalem, le 23 mars 2021. (Marc Israel Sellem/Pool)

Selon M. Netanyahu lui-même, lundi, l’objectif de cette mesure était d’empêcher les petits partis de lui extorquer un accord de rotation.

« Il y a une solution à ce casse-tête politique, et une énorme majorité la soutient », a-t-il affirmé, bien que le fondement de cette affirmation ne soit pas clair. « Au lieu de mettre en place des gouvernements absurdes, par exemple avec un Premier ministre qui n’a remporté que sept sièges aux élections [c’est-à-dire Naftali Bennett de Yamina], il y aurait une élection directe du Premier ministre. »

Il a demandé à Bennett de faire deux choses : soutenir la proposition du Likud concernant la formule de dotation en personnel au sein de la commission des Arrangements, qui favorise les partis pro-Netanyahu, et soutenir le projet de loi sur la direction des élections.

« S’il ne le fait pas », a déclaré Netanyahu, « cela signifie qu’il se joint à la gauche ».

La pression publique de Netanyahu sur Bennett s’est avérée déplacée. En fin de compte, Bennett a voté avec le Likud sur la question de la commission des Arrangements, après que le Likud a promis de lui donner l’un de ses propres sièges au sein du panel, pour que Yamina en ait deux au total.

Mais Netanyahu a négligé le parti islamiste Raam. Et Mansour Abbas n’a pas apprécié d’être ignoré. Le leader de l’opposition Yair Lapid a fait une meilleure offre à Abbas, et le vote de Raam avec le centre-gauche s’est avéré décisif, infligeant à la droite sa première défaite nette dans la nouvelle Knesset.

Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, prend la parole lors d’une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 12 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Il s’est avéré que Bennett ne pouvait pas donner à Netanyahu le contrôle de la commission des Arrangements, et donc du processus de contournement législatif de Netanyahu, même s’il le voulait.

La commission nouvellement nommée est maintenant effectivement paralysée. Comme Netanyahu détient le mandat, la commission est actuellement présidée par Zohar, du Likud, qui peut décider de son ordre du jour et empêcher tout vote indésirable. Mais elle est composée d’une majorité de membres du bloc anti-Netanyahu. Le parti du Premier ministre est donc bloqué dans l’avancement de toute proposition que ses adversaires ne veulent pas qu’il fasse – y compris presque certainement la manœuvre de l’élection directe.

Un point de bascule ?

Netanyahu s’est accroché à un récit clair sur les quatre dernières élections. Lors de la campagne d’avril 2019, le refus d’Avigdor Liberman de rejoindre son gouvernement l’a pris par surprise et l’a contraint à déclencher de nouvelles élections anticipées, a-t-il fait valoir. La deuxième campagne, en septembre, a été un échec en raison d’une campagne terne. Il pouvait faire mieux. Les élections de mars 2020 ont abouti au gouvernement d’unité formé en mai – et à sa déroute rusée face au naïf Gantz qui a cru à son offre de rotation.

Mais cette fois-ci, les choses allaient être différentes. Après une campagne de vaccination de premier plan, des accords de paix avec plusieurs pays arabes, l’éclatement des partis arabes israéliens et l’effondrement de l’alliance Kakhol lavan, autrefois redoutable, et avec elle une opposition de centre-gauche cohérente, Netanyahu était censé remporter une victoire sans appel. Il semblait vraiment y croire.

Le fait que les résultats globaux du 23 mars aient été, en fin de compte, presque identiques à ceux de toutes les élections de ces deux dernières années va à l’encontre de cette thèse.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu évoque une décision de la Cour pénale internationale ouvrant la voie à une enquête sur des crimes de guerre présumés commis par Israël, le 6 février 2021. (Capture d’écran)

Il s’avère que ce qui empêche Netanyahu de l’emporter n’a pas grand-chose à voir avec la politique de Liberman, avec les partis arabes qui s’unissent ou se divisent, ou même avec la croissance ou l’effondrement de Kakhol lavan. C’est un problème plus fondamental, profondément ancré dans le paysage électoral israélien. Les lignes de bataille sont résistantes, les électeurs refusent de changer d’avis, même si les noms des partis et les stratégies de campagne changent. La coalition de Netanyahu ne semble pas plus proche aujourd’hui qu’il y a quatre élections.

Le chef de Raam, Mansour Abbas (g) et le chef de Yesh Atid, Yaïr Lapid (d), à Jérusalem, le 19 avril 2021. (Crédit : Yesh Atid)

Lundi, alors que Netanyahu découvrait à quel point ses perspectives politiques étaient compromises, Yair Lapid et ses alliés du « camp du changement » ont poursuivi leurs efforts pour le bloquer à tout moment. Le leader de Yesh Atid a rencontré les dirigeants de diverses factions, et a notamment annoncé publiquement et photographié des entretiens avec les députés arabes de la Liste arabe unie et de Raam, autrefois tabous.

Lapid est impatient de s’engager dans la brèche. Comme tout député du Likud à qui l’on a parlé après le vote désastreux de lundi à la Knesset, il parie que Netanyahu vient de jouer sa dernière carte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...