L’économie israélienne a rebondi au 3e trimestre, après le 1er confinement
Rechercher

L’économie israélienne a rebondi au 3e trimestre, après le 1er confinement

Le PIB de juillet à septembre 2020 augmenté de 37,9 % par rapport au trimestre précédent, grâce à une augmentation de la consommation, des exportations et des investissements

L'autoroute déserte d'Ayalon à Tel Aviv le 8 avril 2020. (Miriam Alster/Flash90)
L'autoroute déserte d'Ayalon à Tel Aviv le 8 avril 2020. (Miriam Alster/Flash90)

L’économie israélienne a rebondi ce troisième trimestre, avec une croissance annualisée de 37,9 %, grâce à une forte hausse des dépenses de consommation, des exportations et des investissements, après que la pandémie de coronavirus eut durement frappé l’économie au cours du premier semestre.

Selon les données publiées par le Bureau central des statistiques lundi, le produit intérieur brut préliminaire a augmenté de 37,9 % pour la période de juillet à septembre par rapport au trimestre précédent, bien au-delà des 24 % de croissance prévus par Reuters dans un sondage réalisé auprès d’économistes.

Au troisième trimestre, la consommation privée a fait un bond de 42 % par rapport au trimestre précédent en 2020, et les exportations ont bondi de 44,6 %, tandis que les investissements en actifs fixes ont augmenté de 7,3 %.

Toutefois, par rapport au troisième trimestre de l’année dernière, le PIB du troisième trimestre 2020 a diminué de 1,4 %, et au cours des neuf premiers mois de 2020, l’économie s’est contractée de 3 % par rapport à la même période en 2019.

Israël, comme les autres pays du monde, a été confronté à la pandémie et a dû mettre en place deux confinements économiques – en mars et en septembre – pour contenir le virus. Les magasins ont progressivement commencé à rouvrir ce mois-ci. Les données du troisième trimestre reflètent l’état de l’économie à la sortie du premier confinement, et avant l’impact complet du second, qui a débuté le 18 septembre.

Vendredi, S&P a laissé la note de crédit d’Israël inchangée à AA- avec une perspective stable, et prévoit que l’économie se contractera cette année de 5 % en raison de la pandémie. Il a estimé une reprise en 2021, avec une augmentation du PIB de 4,5 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...