L’EI appelle à attaquer l’Arabie saoudite pour protester contre la normalisation
Rechercher

L’EI appelle à attaquer l’Arabie saoudite pour protester contre la normalisation

Le groupe terroriste qualifie les accords de "trahison" de l'Islam, accuse Ryad de complicité et demande que les sources de revenus du "gouvernement tyrannique" soient attaquées

Des manifestants scandent des slogans pro-État islamique alors qu'ils agitent les drapeaux du groupe devant le siège du gouvernement provincial à Mossoul, en Irak, le 16 juin 2014. (Photo AP, File)
Des manifestants scandent des slogans pro-État islamique alors qu'ils agitent les drapeaux du groupe devant le siège du gouvernement provincial à Mossoul, en Irak, le 16 juin 2014. (Photo AP, File)

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a fustigé dimanche les récents accords de normalisation des relations entre Israël et des pays du Golfe, et a appelé à mener des attaques en Arabie saoudite.

Dans un enregistrement audio diffusé sur la chaîne Telegram de l’organisation et attribué à son porte-parole Abou Hamza El Qourachi, l’EI estime que les Emirats arabes unis et Bahreïn ont trahi l’islam en normalisant leurs relations avec Israël.

Les Emirats arabes unis et Bahreïn sont tous deux alliés de l’Arabie saoudite dont les relations avec Israël ne sont officiellement normalisées mais existeraient en coulisses.

Le porte-parole de l’organisation jihadiste a de ce fait enjoint les combattants du groupe et les musulmans à mener des attaques dans le royaume saoudien, terre des lieux les plus saints de l’islam.

« Les cibles sont nombreuses… commencez par frapper et détruire les oléoducs, les usines et les infrastructures qui sont sources [de revenus] pour le gouvernement tyran », a-t-il dit selon une traduction proposée par Reuters.

Il a souligné que Ryad avait donné sa bénédiction aux accords en autorisant les vols reliant Israël et les Emirats à traverser son espace aérien.

Dans le dernier enregistrement du groupe, en janvier, le porte-parole de l’Etat islamique a appelé à attaquer des sites juifs pour lutter contre les propositions de paix du président américain Donald Trump.

Après avoir contrôlé un territoire à cheval entre l’Irak et la Syrie, l’EI a perdu son dernier gros bastion syrien en 2019, après avoir été complètement écrasé en Irak. Son ancien chef, Abou Bakr al-Baghdadi, a été tué en octobre 2019.

Leur « califat » autoproclamé en 2014 défait, de nombreux jihadistes de l’EI se terrent dans une vaste zone désertique près de la frontière irako-syrienne, d’où ils préparent et mènent des attaques régulières.

L’Arabie saoudite continue d’affirmer que la création d’un état palestinien est un prérequis à la normalisation avec Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...