Les chrétiens de Gaza dans l’attente de pouvoir entrer à Jérusalem pour Pâques
Rechercher

Les chrétiens de Gaza dans l’attente de pouvoir entrer à Jérusalem pour Pâques

Un député a envoyé une lettre au vice-ministre de la Défense demandant que les pèlerins de l'enclave côtière aient le droit de pénétrer en Cisjordanie et en Israël

Le patriarche latin de Jérusalem Fuad Twal, le chef de l'église catholique romaine en terre sainte, lors d'une messe d'avant Noël à l'église latine de Gaza, le 16 décembre 2012 (Crédit :  Abed Rahim Khatib/Flash90)
Le patriarche latin de Jérusalem Fuad Twal, le chef de l'église catholique romaine en terre sainte, lors d'une messe d'avant Noël à l'église latine de Gaza, le 16 décembre 2012 (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le ministère de la Défense doit encore approuver les permis d’entrée en Israël et en Cisjordanie des chrétiens vivant dans la bande de Gaza pour la fête de Pâques. Elle a lieu dans moins de cinq jours.

Le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) a annoncé mardi qu’il octroierait 200 permis aux chrétiens palestiniens de Gaza âgés de 55 ans et plus qui pourront ainsi se rendre au poste-frontière d’Allenby entre Israël et la Jordanie pour Pâques, mais il n’a fait aucune mention d’éventuelles autorisations délivrées aux chrétiens de la bande pour qu’ils puissent se rendre en Cisjordanie et à Jérusalem.

Le COGAT, une instance du ministère de la Défense responsable de la liaison avec les Palestiniens, n’a pas répondu à une demande de commentaires.

La majorité des chrétiens vont fêter Pâques ce dimanche, fête qui marque la résurrection de Jésus, mais certaines communautés orthodoxes chrétiennes – qui suivent un calendrier différent – la célébreront le 20 avril.

Un responsable de l’Autorité palestinienne chargée de demander les permis auprès du COGAT et qui a demandé à conserver l’anonymat a indiqué au Times of Israël qu’aucun chrétien palestinien de Gaza n’avait reçu la permission de voyager en Cisjordanie ou en Israël pour Pâques.

Il a néanmoins ajouté qu’il était « encore possible » que l’Etat juif accorde les autorisations nécessaires qui permettraient aux chrétiens palestiniens de l’enclave côtière de se rendre en Cisjordanie et en Israël avant les festivités.

Des fidèles palestiniens grecs-orthodoxes lors d’un service de Noël à l’église grecque-orthodoxe de Gaza City, le 7 janvier 2011. (Crédit : Mohammed Othman/Flash90)

Gisha, un groupe israélien de défense des droits de l’Homme qui se penche sur les problèmes de liberté de déplacement des Palestiniens, a indiqué dans un courriel qu’il n’avait pas connaissance d’un précédent semblable – d’une situation dans laquelle Israël aurait refusé à tous les chrétiens palestiniens de Gaza de se rendre en Cisjordanie et en Israël pour les fêtes de Pâques.

Israël maintient de lourdes restrictions sur les mouvements des biens et des personnes vers et depuis la bande de Gaza. Les responsables israéliens affirment que ces limitations ont pour objectif d’empêcher le trafic d’armement au sein de l’enclave côtière de la part des groupes terroristes.

Pour Gisha, toutefois, refuser « les déplacements de la communauté chrétienne toute entière de Gaza ne peut se justifier par des raisons liées à la sécurité ».

Selon un rapport émis au mois de février 2018 par le Bureau central des statistiques de l’Autorité palestinienne, 1 138 chrétiens vivent dans la bande de Gaza.

La députée Aida Touma-Sliman, ex-représentante au Parlement de la Liste arabe unie et qui rejoint la prochaine Knesset sous l’étiquette de Hadash-Taal, a envoyé un courrier au vice-ministre de la Défense Eli Ben-Dahan, lui demandant de « passer immédiatement à l’action pour permettre l’entrée en Israël et en Cisjordanie ».

Un chrétien palestinien de la bande de Gaza a déclaré ressentir de la frustration de ne pas avoir reçu d’autorisation de se rendre en Cisjordanie pour Pâques.

« Je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas eu de permis. Je suis une personne âgée et je n’ai rien fait de mal », a confié ce chrétien palestinien qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat lors d’un entretien téléphonique. « Je veux voir mes proches à Ramallah et passer la fête à leurs côtés ».

De nombreux chrétiens palestiniens de Gaza comptent des membres de leur famille en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...