Rechercher

Les députés de la 25e Knesset prêtent serment

La cérémonie s'est déroulée quelques heures après une attaque terroriste menée par un Palestinien de 18 ans qui a tué trois Israéliens

Les dirigeants de tous les partis politiques israéliens posent pour une photo de groupe après la cérémonie de prestation de serment des législateurs israéliens à la Knesset, le parlement israélien, à Jérusalem, le mardi 15 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Les dirigeants de tous les partis politiques israéliens posent pour une photo de groupe après la cérémonie de prestation de serment des législateurs israéliens à la Knesset, le parlement israélien, à Jérusalem, le mardi 15 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

Les nouveaux députés en Israël ont prêté serment mardi sur fond de difficiles tractations pour la formation d’un gouvernement mené par Benjamin Netanyahu, quelques heures après une attaque terroriste menée par un Palestinien de 18 ans qui a tué trois Israéliens.

Le président Isaac Herzog a donné le coup d’envoi de la prestation de serment de la nouvelle Knesset en évoquant l’attaque terroriste.

« Israël continuera à s’opposer fermement et avec assurance, partout et toujours, aux actes de terrorisme et de haine qui relèvent la tête et nous menacent tous. Au nom de tout le peuple israélien, je partage la profonde douleur des familles des victimes et de la ville d’Ariel, et je prie pour la santé des blessés », a-t-il déclaré.

Se tournant vers les législateurs, Herzog les a exhortés à modérer le discours politique.

« Les citoyens d’Israël sont aujourd’hui fiers de leur pays, qui célébrera cette année ses 75 ans d’indépendance, et ils croient en la justesse de sa cause ; mais en même temps, pour vous dire la vérité, ils sont épuisés par les luttes intestines et leurs retombées », dit-il.

« Maintenant, la responsabilité vous incombe d’abord et avant tout à vous, les représentants élus du public. La responsabilité d’essayer de nous sevrer de cette addiction aux conflits sans fin », ajoute le président.

Le président Isaac Herzog à la prestation de serment de la 25e Knesset (Crédit : capture d’écran de la chaîne de la Knesset)

Selon Herzog, les Israéliens veulent désormais que leurs politiciens « travaillent simplement pour eux ».

« Ils attendent de vous, de vous tous, que vous travailliez pour eux dans les commissions, dans le plénum et dans vos divers rôles publics et parlementaires. Ils attendent de nous, de nous tous, que nous nous levions tous les matins pour veiller sur eux », a-t-il poursuivi.

Il a également fait allusion aux appels lancés par les membres de la coalition naissante du Premier ministre désigné Benjamin Netanyahu en faveur d’une législation qui permettrait à la Knesset d’annuler les décisions de la Haute Cour.

« En ce jour de fête, il est tout à fait approprié de rappeler que le pouvoir de la législature fait partie d’un système nécessaire et plus large de contrôles et d’équilibres. Permettez-moi de souligner que non seulement le changement est possible, mais qu’il existe des endroits où le changement est approprié et souhaitable », a affirmé Herzog.

La salle plénière lors de la cérémonie de prestation de serment de la 25e Knesset, à Jérusalem, le 15 novembre 2022 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash 90)

« Mais nous devons le faire par l’écoute, par un dialogue ouvert, par un discours respectueux – et de manière équitable », a conclu le président.

Dans le sillage de cette attaque, l’extrême droite, forte d’un nombre record de sièges à la Knesset (14), a redit sa volonté d’instaurer la peine de mort pour les terroristes.

Avec 64 sièges sur les 120 du Parlement, le bloc de droite de Netanyahu est arrivé en tête des législatives du 1er novembre, le cinquième scrutin en trois ans et demi.

Premier ministre le plus pérenne de l’histoire d’Israël, au pouvoir de 1996 à 1999 puis de 2009 à 2021, Netanyahu a été mandaté dimanche pour former le gouvernement, malgré son inculpation pour corruption dans une série d’affaires.

Le président du Likud et député Benjamin Netanyahu, à l’occasion d’un événement célébrant la vente de 40000 exemplaires de son autobiographie, à Jérusalem, le 14 novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le camp de son rival centriste Yaïr Lapid, qui l’avait chassé du pouvoir en juin 2021, n’a lui obtenu que 51 sièges, malgré une parité dans le nombre de voix.

Les députés ont prêté serment en présence du président Isaac Herzog et dans une Knesset aux rangs de gauche clairsemés. Le parti Meretz est pour la première fois absent de l’hémicycle et les travaillistes sont passés de sept à quatre sièges.

Marchandages

Benjamin Netanyahu a promis d’être « le Premier ministre de tous », mais son gouvernement pourrait être le plus à droite de l’histoire d’Israël, ce qui a suscité des inquiétudes localement et à l’étranger.

L’attention se focalise sur la liste d’extrême droite HaTsionout HaDatit de Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, qui réclament des portefeuilles ministériels importants.

Le député Itamar Ben Gvir, à droite, et le député Bezalel Smotrich, à gauche, lors d’un événement de campagne électorale à Sderot, le 26 octobre 2022. (Crédit : Flash90)

Connu pour ses violentes diatribes, Ben Gvir cible le ministère de la Sécurité intérieure et Smotrich souhaite la Défense.

Mais selon la presse, M. Netanyahu est réticent à confier ce portefeuille très sensible, en première ligne du conflit israélo-palestinien, à Smotrich, qui serait prêt à accepter le ministère des Finances.

Problème : le chef du parti séfarade ultra-orthodoxe Shas, Arieh Dery, reconnu coupable de fraude fiscale en 2021 et auparavant emprisonné pour corruption mais revigoré par ses 11 sièges, lorgne lui aussi les Finances ou l’Intérieur, d’après la même source.

Netanyahu doit aussi contenter les membres de son parti, le Likud (32 sièges).

« Les partis commencent à parler d’une impasse dans les discussions », écrit Anna Barsky dans le journal Maariv.

Netanyahu a 28 jours pour former son équipe ministérielle, avec un supplément possible de 14 jours.

Il revient aux affaires malgré son inculpation pour corruption et alors que son procès est en cours. En Israël, le Premier ministre ne dispose d’aucune immunité judiciaire mais n’a pas à démissionner ni à se retirer pendant la durée de son procès.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

L’investiture au Parlement est intervenue quelques heures après une nouvelle attaque terroriste en Cisjordanie.

L’armée israélienne a fait état d’une « attaque au couteau » près de la zone industrielle d’Ariel. « Un terroriste est arrivé à l’entrée de la grille d’accès à la zone et a poignardé des civils. » « D’autres civils ont été poignardés dans une station-service voisine. Le terroriste a pris la fuite à bord d’une voiture volée, et a percuté un autre civil », a ajouté l’armée dans un communiqué.

Selon les secours israéliens, un homme est décédé après des coups de couteau et un autre a péri dans l’attaque à la voiture-bélier. Un troisième Israélien grièvement blessé avec un couteau, a succombé. Trois autres personnes ont été blessées dans l’attaque.

« Nous ne pouvons capituler devant les menaces terroristes des Palestiniens qui tentent d’interférer dans le processus de formation du nouveau gouvernement », a affirmé Smotrich après l’attaque.

« Trois juifs ont été tués dans une attaque méprisable. Ceci est un signal pour le futur gouvernement: nous devons adopter la peine de mort pour les terroristes », a tweeté Ben Gvir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...