Les femmes progressent, mais la Knesset reste un bon vieux club de garçons
Rechercher
Analyse

Les femmes progressent, mais la Knesset reste un bon vieux club de garçons

Merav Michaeli, du Parti travailliste, a mis fin à la pénurie de femmes à la tête du parti, mais même si des listes placent les femmes en tête, la véritable égalité reste un mirage

Merav Michaeli, membre du Parti travailliste, vote dans un bureau de vote du Parti travailliste à Tel Aviv, le 24 janvier 2021. (Miriam Alster/Flash90)
Merav Michaeli, membre du Parti travailliste, vote dans un bureau de vote du Parti travailliste à Tel Aviv, le 24 janvier 2021. (Miriam Alster/Flash90)

Sur la dizaine de partis qui devraient entrer à la 24e Knesset suite aux élections du 23 mars, un seul est dirigé par une femme.

C’est toujours un parti de plus dirigé par des femmes que lors des dernières élections, il y a moins d’un an. La Knesset reste un monde d’hommes, mais plusieurs listes de partis présentent des femmes bien placées et annoncent ce qui pourrait être un niveau record de représentation féminine.

La députée Merav Michaeli, qui a remporté les primaires pour la direction du Parti travailliste à la fin du mois dernier, n’est pas seulement un chef de parti qui se trouve être une femme qui brise un plafond de verre bas dans une mer de politique dominée par les hommes. C’est plutôt une militante féministe de longue date qui est devenue une icône pour d’autres, qui voient en elle l’avènement d’une renaissance de l’égalité des sexes à la Knesset.

La montée au pouvoir de Michaeli a contribué à redynamiser le Parti travailliste. Elle est la troisième femme à diriger le parti qui était autrefois une pierre angulaire de la politique de la Knesset. La première, Golda Meir, est devenue la seule femme Première ministre d’Israël. La seconde, Shelly Yachimovich, a dirigé l’opposition et a contribué à la réhabilitation du parti après avoir été réduit en pièces par l’ancien leader Ehud Barak qui refusait de quitter la présidence.

Le parti de Michaeli obtient entre six et sept sièges dans les sondages, un bond important par rapport au zéro qu’il obtenait il y a quelques semaines à peine, mais on peut dire sans risque de se tromper que pour l’instant, elle est plus susceptible de suivre les traces de Yachimovich que celles de Golda Meir.

La députée travailliste Merav Michaeli lors d’une conférence du Parti travailliste organisée par le député Amir Peretz à Tel Aviv, le 22 janvier 2019. (Flash90)

Si le Premier ministre Benjamin Netanyahu parvient à former un autre gouvernement après les élections, Michaeli et le Parti travailliste iront dans l’opposition, où elle est restée pendant la 23e législature de la Knesset, même après que le reste de son parti a soutenu la coalition de Netanyahu.

Mais même en marge, Michaeli a réussi à avoir un large impact sur la politique israélienne, au moins en partie grâce à son message clair sur les questions de genre.

Sa première annonce en tant que chef du Parti travailliste était un engagement à veiller à ce que la liste des candidats du parti soit équilibrée entre les sexes, allant au-delà du quota de 40 % de représentation féminine privilégié en Suède et dans d’autres pays. Elle s’est engagée à ce que cinq femmes figurent sur les dix premières places, une promesse qu’elle a tenue lorsque le parti a présenté sa liste jeudi.

Si le parti parvient à obtenir sept sièges, il aura quatre femmes à la Knesset, le seul parti qui compte plus de femmes que d’hommes.

Trois autres chefs de partis ont tenu à s’assurer que les échelons supérieurs de leurs listes de factions soient remplis d’une multitude de candidates : Yair Lapid de Yesh Atid, Gideon Saar de Tikva Hadasha et Naftali Bennett de Yamina. Ces trois partis font également partie des six partis qui ont un copilote féminin, avec le Meretz, le Parti sioniste religieux et Kakhol lavan.

Le député du Likud Gideon Saar vu avec des partisans du Likud lors d’un événement dans la ville de Hod Hasharon, le 25 novembre 2019. En arrière-plan, on peut voir une affiche du Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Yossi Zeliger/Flash90)

Les trois sont considérés comme étant à la pointe de l’importance du féminisme en politique. Lapid a été le tout premier ministre des Finances à nommer une femme au poste de directeur du Trésor. Saar a été le premier député homme à présider la commission de la Knesset pour la promotion de la femme et l’égalité des genres en 2007. (Lorsqu’un autre homme, Oded Forer, a été appelé à la tête de la commission l’année dernière, il a dû faire face à une réaction de rejet attendu). Bennett est toujours fier de son ancienne partenaire en affaires Michal Tsur – une co-fondatrice de Cyota. Il travaillé en étroite collaboration avec Ayelet Shaked et ont formé la faction Yamina.

Yesh Atid, qui a promis de garantir que sa liste contienne au moins 40 % de femmes, s’est vanté la semaine dernière que sa liste de candidats était divisée à parts égales entre les femmes et les hommes. Trois des quatre candidats qui suivent Lapid sur la liste sont des femmes, mais elles sont plus rares après dans la liste.

La parité n’est atteinte qu’en ayant des femmes fortement surclassées par rapport aux hommes plus bas sur l’échelle, sans aucune chance qu’elles parviennent réellement à entrer à la Knesset. Sur les 20 derniers noms sur les 120 que le parti a soumis, au moins 16 sont des femmes.

Les membres de la Knesset Miki Haimovich et Meirav Cohen à la Knesset, le 29 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

En réalité, il y a peu de chances pour que le seuil des 40 % soit atteint si l’on ne compte que ceux qui deviendront membres de la Knesset. Le parti obtient de 16 à 18 sièges dans les sondages ; s’il remporte 18 sièges, six d’entre eux seront occupés par des femmes, soit 33 %. S’il passe à 16 sièges, il ne comptera que quatre femmes – 25 %. Mais s’il arrive à 20 sièges, huit seront occupés par des candidates – 40 %.

Le parti Tikva Hadasha de Saar compte deux femmes dans son top 5 et quatre dans son top 10. Le parti obtient entre 14 et 16 sièges dans les sondages. S’il arrive à 16 sièges, il aura cinq femmes députées, soit 31 %. S’il tombe à 14 sièges, il n’aura que quatre femmes, soit 29 %.

De gauche à droite : Naftali Bennett, Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich lors d’un événement de campagne dans l’implantation d’Elkana, en Cisjordanie, le 21 août 2019. (Crédit : Ben Dori/Flash90)

Le parti Yamina de Bennett ne compte qu’une seule femme, Shaked, dans son top 5 et trois dans son top 10, bien qu’il ait huit femmes députées potentielles dans son top 20. Toutefois, le parti ne devrait obtenir que 11-12 sièges si des élections avaient lieu aujourd’hui. S’il en obtient 12, il aura quatre femmes députées, soit 33 %. Mais s’il tombe à 11, il n’en aura que trois, soit 27 %.

Le Likud, tout comme le Parti travailliste, a des primaires, et il n’est donc pas aussi simple d’adapter les listes de candidats à l’égalité des sexes, mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu a pris note de la façon dont le vent souffle et a utilisé deux des créneaux réservés qui lui sont offerts pour placer plus de femmes sur la liste du parti.

Il a placé la romancière et commentatrice Galit Distel Atbaryan à la place numéro 10, et a accordé à la députée Orly Levy-Abekasis, qui a parcouru le spectre politique depuis sa séparation d’avec Yisrael Beytenu, la 26e place.

La ministre du Likud Miri Regev lors d’une fête de la Mimouna, le 27 avril 2019. (Crédit : Flash90)

Dans la liste du Likud, une femme figure parmi les cinq premières – Miri Regev – et trois parmi les dix premières, dont Distel Atbaryan. Les sondages donnent 29 sièges au parti, ce qui place sept femmes à la Knesset, soit 24 %. C’est loin d’être la parité, mais c’est à peu près la même chose pour la Knesset.

La Liste arabe unie, qui regroupe trois partis arabes différents, compte une femme dans ses cinq premiers rangs et trois femmes dans ses dix premiers rangs.

La députée de la Liste arabe unie Heba Yazbak serre la main du député Benny Gantz à la Knesset, le 13 mai 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le parti obtient environ neuf sièges dans les sondages, et tous les trois seraient retenus s’il remporte effectivement les neuf sièges, ce qui fait que sa faction à la Knesset est composée à 33 % de femmes.

Yisrael Beytenu, d’Avigdor Liberman, ne compte qu’une seule femme dans son top cinq, et elle occupe la cinquième place. Il y a trois femmes dans le top 10, mais le parti ne devrait obtenir que sept sièges, ce qui signifie qu’il n’y aurait qu’une seule femme députée.

Le Meretz, un parti traditionnellement équilibré entre les sexes, compte deux femmes députées dans son top 5, et cinq femmes dans son top 10. Le parti obtient quatre sièges dans les sondages, ce qui lui donnerait deux femmes députées.

La liste du Parti sioniste religieux de Bezalel Smotrich, qui comprend le parti kahaniste Otzma Yehudit et le parti anti-gay Noam, compte également deux femmes dans son top cinq. Le parti a cependant quatre sièges, ce qui signifie qu’une seule femme pourrait y entrer.

Bezalel Smotrich, député HaBayit HaYehudi, à la Knesset, le 8 juin 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Tout comme le Parti sioniste religieux, le parti du ministre de la Défense Benny Gantz, Kakhol lavan, oscille autour du seuil de 3,25 % des voix pour entrer à la Knesset. Il compte également deux femmes dans ses cinq premiers rangs, et s’il se serre les coudes avec quatre sièges, l’une d’entre elles entrera à la Knesset.

Le Raam, un parti islamiste qui s’est séparé de la Liste arabe unie, n’est actuellement pas censé entrer à la Knesset, et même s’il réussit à s’en sortir et à obtenir quatre sièges, ce ne sera pas suffisant pour sa seule candidate parmi les cinq premiers.

Ne vous embêtez pas à essayer de compter combien de femmes sont très bien placées dans les partis ultra-orthodoxes Shas ou Yahadout HaTorah. Il n’y en a aucune, nulle part sur leur liste. Les deux partis ont une politique stricte contre les députées femmes.

Selon les estimations prudentes des sondages, 30 femmes seraient investies pour la 24e Knesset, ce qui correspond au record de 30 femmes qui avaient prêté serment un an plus tôt pour la 23e Knesset.

Mais les sondages montrent aussi qu’une Knesset avec 34 femmes qui prêtent serment est tout à fait possible. Ce chiffre signifierait une représentation féminine de 28,3 %, mais ce serait quand même la première fois qu’elles franchiraient la moitié du chemin vers les 60 sièges qui refléteraient une véritable parité.

Les députés observent une minute de silence lors d’une cérémonie commémorative marquant les 24 ans de l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, le 10 novembre 2019. (Yonatan Sindel/FLASH90)

Néanmoins, la 24e Knesset devrait compter 30 femmes députées en tout, aux côtés de 90 députés hommes. Ce nombre représentera un maigre quart des 120 membres de la législature.

En 2019, l’Union interparlementaire [Inter-Parliamentary Union – IPU] a classé Israël au 54e rang mondial en termes de parité des sexes parmi les députés. En 2020, Israël avait élu deux femmes de plus à la Knesset que lors du second vote en 2019, mais il a chuté jusqu’à la 83e place du classement de l’IPU.

Qu’est-ce qui a changé ? Le monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...