Les feux d’artifices de Yom HaAtsmaout autorisés ; certaines villes y renoncent
Rechercher

Les feux d’artifices de Yom HaAtsmaout autorisés ; certaines villes y renoncent

Si certaines villes illumineront le ciel pour la fête d'Indépendance, la plupart des maires ont annulé le spectacle, craignant des mouvements de foule en pleine pandémie

Des Israéliens devant le feux d'artifice lors d'une soirée marquant le 70e anniversaire de l'indépendance d'Israël à Tel Aviv, le 18 avril 2018 (Miriam Alster / Flash90)
Des Israéliens devant le feux d'artifice lors d'une soirée marquant le 70e anniversaire de l'indépendance d'Israël à Tel Aviv, le 18 avril 2018 (Miriam Alster / Flash90)

Alors que le cabinet a voté la semaine dernière pour autoriser les municipalités à organiser leur feu d’artifice annuel à l’occasion de Yom HaAtsmaout, un nombre croissant de villes et de communes ont annoncé qu’elles renonçaient à la tradition cette année, compte tenu de la pandémie de coronavirus.

La question a été débattue par les ministres au cours des semaines passées, les représentants des forces de l’ordre et du ministère de la Santé craignant que les feux d’artifice en plein air n’entraînent des rassemblements que le gouvernement cherche à éviter depuis des mois. Certains ministres, emmenés par celle de la Culture Miri Regev, ont fait pression pour que les spectacles soient autorisés, en disant que la police pouvait s’assurer qu’il n’y ait pas de mouvement de foule.

Le lendemain de la décision du cabinet, la Fédération des autorités locales d’Israël, qui, avec le ministère de la Culture, a organisé les feux d’artifice de cette année dans tout le pays, a publié une déclaration disant que la décision de maintenir ou non les feux d’artifice était laissée à la discrétion des différentes municipalités.

Une longue liste de villes, dont Tel Aviv, Ashkelon, Bat Yam, Rishon Lezion, Ramat Gan, Hod Hasharon, Karmiel, Nes Ziona, Beer sheva, Petah Tikva, Netanya, Herzliya, Yavne, Raanana, ou Yehuda, et Givatayim ont déclaré qu’elles n’illumineraient pas le ciel cette année.

Le maire de Rishon Lezion, Raz Kinstlich, a pris cette décision après que les habitants ont voté massivement contre le spectacle lors d’un sondage qu’il a publié sur son profil Facebook. Au lieu de cela, a-t-il dit, l’argent qui aurait financé le spectacle sera consacré à l’achat d’ordinateurs pour les familles dans le besoin.

Les feux d’artifice lors d’un spectacle pour marquer le 71e anniversaire de l’indépendance d’Israël à Jérusalem le 8 mai 2019. (Crédit ; Hadas Parush/Flash90)

La maire de Haïfa, Einat Kalisch Rotem, a annoncé que le budget des feux d’artifice serait investi dans l’aide aux survivants de la Shoah.

Le maire de Karmiel, Moshe Kuninsky, a également cité la situation économique désastreuse pour expliquer sa décision d’annuler le spectacle, en disant que les fonds seraient utilisés pour aider les résidents dans le besoin.

Le maire de Hod Hasharon, Amir Kochavi, a déclaré que la décision du cabinet d’autoriser les feux d’artifice « est contraire, non seulement aux recommandations du ministère de la Santé et de la police, mais aussi au bon sens. »

« Les familles endeuillées n’ont pas le droit de se rendre sur les tombes de leurs proches tombés pour défendre l’État, et ce pour éviter la foule que les feux d’artifice provoqueraient », a-t-il ajouté.

Mais un certain nombre de maires, dont ceux de Jérusalem, Nof Hagalil, Holon et Beit El, ont annoncé avec défi qu’ils maintenaient les spectacles pyrotechniques comme prévu.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a déclaré que le spectacle de cette année serait « extrêmement satisfaisant et créatif », même si aucune foule ne sera autorisée.

Feux d’artifice tirés depuis le mont Herzl, vu au-dessus de la Knesset à Jérusalem, marquant le début des célébrations du 71e Yom HaAtsmaout, (fête de l’indépendance d’Israël), le 8 mai 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Répondant aux arguments des maires ayant choisi d’annuler les cérémonies, le président du conseil local de Beit El, Shai Alon, a déclaré que son « travail consiste à mettre un sourire sur le visage des habitants. Nous avons dépensé tant d’argent pour combattre le coronavirus. Je ne comprends pas cette frugalité soudaine et étrange. Ce sont des coûts raisonnables et vous devez vous rappeler que c’est l’argent des résidents qui est destiné à les rendre heureux ».

Lors de Yom HaZikaron, qui commence lundi soir et se termine le mardi à la tombée de la nuit, les visites dans les cimetières militaires et les sites commémoratifs seront interdites. Les déplacements interurbains seront interdits, à l’exception des sorties pour se rendre au travail et faire des achats essentiels. Pendant Yom HaAtsmaout, qui est célébré immédiatement après Yom HaZikaron, un couvre-feu général sera en vigueur, obligeant les Israéliens à rester dans un rayon de 100 mètres de leur domicile – sauf pour les besoins médicaux – et interdisant les déplacements interurbains, à l’instar du couvre-feu mis en place au début du mois pour la fête de Pessah. Les supermarchés ne seront pas ouverts au public.

Le couvre-feu de Yom HaAtsmaout commencera à 17 heures le 28 avril et prendra fin à 20 heures le lendemain.

L’un des principaux événements en Israël pour Yom HaAtsmaout est la cérémonie traditionnelle d’allumage des flambeaux au mont Herzl à Jérusalem, où les soldats effectuent régulièrement des défilés. Cependant, comme la cérémonie se déroule cette année dans un format limité et sans public, le commandement de la Défense passive a demandé aux familles de faire et d’enregistrer leurs propres exercices à la maison, et les vidéos seront utilisées lors de l’événement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...