Les firmes technologiques israéliennes lèvent 1,61 milliard $ au 2e trimestre
Rechercher

Les firmes technologiques israéliennes lèvent 1,61 milliard $ au 2e trimestre

Avec l'aide des investisseurs chinois et européens, le total des investissements pour les six premiers mois de l'année atteint le montant record de 3,2 milliards de dollars

Des dollars. Photo d'illustration (Crédit : (choness, iStock by Getty Images)
Des dollars. Photo d'illustration (Crédit : (choness, iStock by Getty Images)

Les entreprises high-tech israéliennes ont levé la somme de 1,61 milliard en 170 accords contractés lors du deuxième trimestre de l’année, avec notamment les 300 millions de dollars collectés par Landa Digital Printing, qui constituent 19 % du montant total des capitaux investis lors du second trimestre de 2018.

Ces chiffres ont été rendus publics mardi sur la base d’un rapport établi par le centre de recherche IVC et par ZAG S&W (Zysman, Aharoni, Gayer & Co).

La somme totale levée lors du trimestre amène les fonds collectés par les entreprises high-tech lors du premier semestre 2018 à un montant record de 3,2 milliards de dollars – ce qui est plus élevé que le capital total annuel recueilli sur des années entières entre 2010 et 2013.

Mis à part le financement de Landa, le montant total investi dans la première moitié de l’année 2018 reste encore le plus important depuis le début de la décennie.

Lors du second trimestre, les entreprises débutant leurs activités (ou de phase A) ont soulevé 200 millions de dollars en 39 accords. Celles se trouvant en phase intermédiaire (B et C) ont attiré la somme de 857 millions de dollars en 47 accords, ce qui représente 53 % des capitaux totaux investis.

« La tendance à la croissance des investissements dans les entreprises de haute technologie israéliennes continue à s’affirmer », a déclaré Shmulik Zysman, partenaire de management à Zysman, Aharoni, Gayer & Co. (ZAG-S&W), dans un communiqué.

« A l’exception du deuxième trimestre de l’année 2016, ces trois derniers mois représentent les plus réussis au cours des six dernières années. Nous assistons également à une augmentation du capital recueilli auprès des investisseurs étrangers. A notre avis, cette croissance est également due à une hausse des investissements depuis la Chine ainsi que de la part d’investisseurs européens qui s’intéressent, entre autres choses, à la technologie automobile ».

Si cette activité de collecte de capitaux continue sur la même lancée, l’année 2018 devrait être une bonne année en termes de levée de fonds pour les entreprises en phase de lancement d’activités après que ces mêmes entreprises ont subi un déclin des investissements en 2017. Il y a eu 186 accords de financement pour ces firmes débutantes, qu’elles en soient au stade de projet ou commençant tout juste leurs opérations, pendant les six premiers mois de 2018, ce qui indique que cette tendance pourrait encore évoluer positivement, a dit IVC dans un communiqué.

Le nombre d’investisseurs impliqués dans ces accords a aussi augmenté.

« Depuis 2012, le nombre d’investisseurs impliqués sur le marché high-tech israélien a augmenté de manière exponentielle, atteignant un pic en 2017 », a noté Marianna Shapira, directrice de recherche à l’IVC, qui suit l’industrie technologique israélienne. « Dans la première moitié de 2018, le nombre d’investisseurs a déjà atteint 60 % de celui de ce pic de 2017 », a-t-elle ajouté.

Les données collectées par IVC montrent que 65 % des investisseurs pour la première moitié de 2018 étaient des fonds ce capital-risque et des sociétés, et que le nombre de compagnies d’investissement a aussi connu une hausse au niveau local au cours des quatre dernières années.

« Ces derniers temps, nous avons vu une variété plus large d’investisseurs prendre part à l’industrie high-tech israélienne, élargissant les portefeuilles dans des entreprises israéliennes innovantes. Les start-ups israéliennes n’ont jamais profité d’une communauté aussi vibrante et diversifiée d’investisseurs que ce n’est le cas aujourd’hui », a affirmé Shapira.

Les firmes de logiciels en tête

Ce sont les entreprises de logiciels qui ont soulevé le plus de fonds pendant le trimestre, s’adjugeant 584 millions de dollars en 65 transactions, ce qui représente 36 % du total des capitaux.

Les firmes travaillant dans les sciences de la vie ont également attiré l’attention des investisseurs, a dit l’IVC. Lors du second trimestre, les accords signés dans ce secteur se sont montés à 267 millions de dollars par le biais de 39 accords, ce qui est légèrement inférieur aux fonds soulevés par ces compagnies lors du trimestre précédent et lors du même trimestre, l’année dernière.

En ce qui concerne l’industrie verticale, les entreprises du secteur de l’intelligence artificielle (IA) ont été l’une des plus performantes en termes d’investissements durant le trimestre. Les firmes du secteur ont ainsi touché 426 millions de dollars en 45 accords. La collecte de fonds en faveur du secteur de la cybersécurité est également restée élevée, avec 30 accords portant sur un montant total de 394 millions de dollars, majoritairement pour des compagnies de taille moyenne (Série B).

Le financement pour les entreprises travaillant dans le domaine de l’Internet des objets et du FinTech ont connu un ralentissement au deuxième trimestre, les entreprises levant respectivement 214 millions de dollars et 150 millions de dollars à l’issue d’un premier trimestre fort, a commenté l’IVC.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...