Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Les formules religieuses seront autorisées sur les tombes militaires

Le changement de politique annoncé par la Défense fait suite au tollé suscité par le refus de la famille d'un soldat haredi tué d'ajouter la phrase ""Dieu vengera son sang" à son épitaphe

La pierre tombale vierge du soldat israélien Israel Yudkin, tué au combat dans la bande de Gaza. La famille souhaite écrire "Que Dieu venge son sang" sur la pierre tombale, mais le ministère de la Défense ne l'autorise pas, au cimetière militaire du Mont Herzl à Jérusalem.23 juin 2024. (Crédit  : Chaim Goldberg/FLASH90)
La pierre tombale vierge du soldat israélien Israel Yudkin, tué au combat dans la bande de Gaza. La famille souhaite écrire "Que Dieu venge son sang" sur la pierre tombale, mais le ministère de la Défense ne l'autorise pas, au cimetière militaire du Mont Herzl à Jérusalem.23 juin 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/FLASH90)

Les pierres tombales des soldats tombés au champ d’honneur peuvent contenir la phrase « Dieu vengera sa mort » ou un acronyme de celle-ci, a déclaré mardi le ministre de la Défense Yoav Gallant après le tollé provoqué par le refus initial de son ministère d’autoriser l’épitaphe.

L’annonce de ce changement de politique a fait suite à l’indignation de la famille haredi du capitaine Yisrael Yudkin, tombé à Gaza le 22 mai, ainsi que de nombreux politiciens et citoyens après le refus de leur demande.

Le ministre Gallant a renvoyé la question à une commission ministérielle chargée des questions de commémoration, qui a recommandé d’ajouter à la liste des termes et honneurs autorisés sur les pierres tombales militaires la phrase Hashem Yikom Damo/Dama, une formulation standard dans les cercles religieux pour les juifs assassinés ou morts en raison de leur foi. L’acronyme des lettres hébraïques Hey Yud Daled est également utilisé, HY « D, H.Y.D ou HYD.

Selon Dubi Yudkin, l’un des frères de Yisrael Yukin, la famille a été informée que la raison du refus de sa demande était d’ordre procédural et ne concernait pas le contenu de la phrase.

« Ils ont dit que ce n’était pas sur la liste et que seul ce qui est sur la liste peut figurer sur la pierre tombale », a-t-il déclaré à la Quatorzième chaîne le mois dernier.

Un autre ajout à la liste est Zichrono/Zichrona liVracha, signifiant « de mémoire bénie », a déclaré un porte-parole du ministère de la Défense dans un communiqué mardi. Le ministère rédigera de nouveaux règlements et les soumettra à l’approbation de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, a ajouté le communiqué.

Le capitaine Israel Yudkin (Autorisation)

Au moins une autre famille, celle du sergent-chef Eli Lahem HaCohen, tombé en 2003, a l’intention de demander au ministère d’ajouter les mots à son épitaphe suite au changement de politique, a écrit Yinon Magal, un journaliste de Quatorzième, sur X. Leur demande d’ajouter la phrase immédiatement après sa mort avait également été refusée, a écrit la mère du défunt soldat, Naza Lahem, dans un courriel à Magal.

Yigal Malka, un éminent militant de droite, a qualifié le refus du ministère de la Défense, qui dure depuis des années, de « lutte longue et insensée », affirmant que « ce qui reste de la logique de l’armée, HYD, a été enterré profondément, profondément sous terre dans cette affaire. »

Pour de nombreux Israéliens, le refus initial d’ajouter l’acronyme à la pierre tombale de Yudkin souligne la nécessité pour l’establishment de la Défense de répondre aux besoins des troupes ultra-orthodoxes et autres troupes pratiquantes, alors que l’on réclame une plus grande participation de leur part au « fardeau » du service militaire et national.

« En ce moment même, à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, nous sommes en train de réfléchir à la meilleure façon d’intégrer les haredim dans l’armée israélienne, et ce, dans des conditions adéquates et respectueuses », a expliqué le député Simcha Rothman, président de la commission Constitution, Droit et Justice de la Knesset, lors d’un discours prononcé en plénum la semaine dernière. « Cette décision lamentable de refuser à une famille en deuil la possibilité d’inscrire cette phrase typiquement juive sur une épitaphe est la meilleure façon de se tirer une balle dans le pied. »

Dans un arrêt spectaculaire rendu la semaine dernière, la Haute Cour de justice a déclaré qu’il n’y avait pas de base juridique pour les dizaines d’années d’exemptions de conscription accordées aux hommes ultra-orthodoxes, déclarant explicitement que le gouvernement devait « agir pour faire appliquer la loi sur le service militaire aux étudiants de yeshivot », obligeant les organismes publics à prendre des mesures actives pour enrôler ces hommes dans le service de Tsahal.

Des Juifs ultra-orthodoxes bloquent une autoroute lors d’une manifestation contre la conscription des étudiants de yeshivot dans Tsahal, à Bnei Brak, le 20 juin 2024. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Ceci a déclenché des protestations des haredim et menace de déstabiliser la coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui s’appuie sur le soutien de deux partis ultra-orthodoxes et qui avait fait avancer la législation visant à poursuivre les exemptions massives pour les étudiants de yeshivot.

Tant les opposants que les partisans de l’enrôlement d’un plus grand nombre d’hommes ultra-orthodoxes reconnaissent que cela pourrait nécessiter certaines adaptations, parfois controversées, des procédures et de la culture de l’armée, notamment en ce qui concerne l’observance du Shabbat, la non-mixité et la casheroute.

De nombreux dirigeants de communautés haredi, en particulier ceux des congrégations isolationnistes et très pieuses, s’opposent au service militaire des hommes de leurs communautés, en invoquant ce qu’ils considèrent comme des effets corrupteurs sur leur niveau d’observance. Ils considèrent également l’étude de la Torah comme une noble mission dont la contribution à la sécurité et à la prospérité des Juifs est égale ou supérieure au service militaire.

Plus de 300 soldats sont morts dans la campagne terrestre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, lancée après l’attaque du 7 octobre, au cours de laquelle les terroristes palestiniens ont assassiné près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et pris 251 otages. De nombreux soldats assassinés venaient de foyers haredim et certains étaient membres d’unités spéciales de Tsahal créées pour intégrer des soldats très pieux dans l’armée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.