Israël en guerre - Jour 253

Rechercher
Reportage

Les habitants proches de la barrière de sécurité réclament une sécurité accrue

Une brèche dans la frontière et des tirs réguliers près de la frontière de Cisjordanie depuis octobre font apparaître une nouvelle réalité et suscitent des craintes d'incursions

Des citoyens de la ville israélienne de Bat Hefer manifestant pour réclamer de meilleures mesures de sécurité le long de la barrière de sécurité, le 29 mai 2024, après que des terroristes du Hamas ont tiré sur la ville depuis Tulkarem, en Cisjordanie. (Crédit : Shahar Yaari/Flash90)
Des citoyens de la ville israélienne de Bat Hefer manifestant pour réclamer de meilleures mesures de sécurité le long de la barrière de sécurité, le 29 mai 2024, après que des terroristes du Hamas ont tiré sur la ville depuis Tulkarem, en Cisjordanie. (Crédit : Shahar Yaari/Flash90)

Protestant contre des mois d’intimidation par des Palestiniens armés auprès d’Israéliens vivant près de la barrière de sécurité de Cisjordanie, des dizaines de personnes se sont rassemblées à Bat Hefer pour exiger une plus grande présence de l’armée israélienne et pour mettre en garde contre ce qu’ils considèrent comme une crise sécuritaire imminente.

La manifestation de mercredi a eu lieu après la diffusion d’une vidéo montrant des hommes s’identifiant comme des éléments du groupe terroriste palestinien du Hamas tirant à l’arme automatique sur Bat Hefer depuis la ville palestinienne voisine de Tulkarem. Tsahal a confirmé que les tirs avaient été effectués par des terroristes du Hamas.

Une attaque similaire s’est produite lundi. Ce jour-là, une trentaine de terroristes palestiniens ont également franchi la barrière de sécurité, et au moins dix-neuf d’entre eux ont été appréhendés et arrêtés.

Ces attaques ont brièvement attiré l’attention des médias sur Bat Hefer et la région, qui ont fait l’objet d’une campagne d’intimidation de la part de terroristes armés provenant de villes palestiniennes, campagne qui a débuté le 7 octobre mais qui a été largement éclipsée par les combats qui ont éclaté à Gaza et dans le nord à la même date suite à l’assaut barbare et sadique du Hamas sur le sud d’Israël.

Dans le cadre de la campagne d’intimidation menée contre le Conseil régional d’Emek Hefer, ou Vallée de Hefer, situé à seulement 30 kilomètres au nord-est de Tel Aviv, les Palestiniens ont tiré des coups de feu et des coups de fusil, le plus souvent sans discernement, en direction des communautés israéliennes. Certaines maisons ont été touchées par des balles au cours des derniers mois, dont une au kibboutz Yad Hannah, non loin de Bat Hefer, mercredi dernier. Mais les terroristes ne semblent pas chercher à effectuer des tirs ciblés comme ceux qui ont tué des Israéliens lors de la Seconde Intifada.

Les coups de feu incessants et la capacité avérée des Palestiniens à franchir la barrière font craindre aux habitants de la région qu’ils ne soient pris pour cible lors d’une invasion de l’autre côté de la barrière, à l’instar de l’assaut meurtrier lancé par quelque 3 000 terroristes du Hamas le 7 octobre à partir de Gaza, au cours duquel ils ont tué près de 1 200 Israéliens et en ont enlevé 252 autres qui ont été emportés de force à Gaza.

Les manifestants, qui venaient de plusieurs communautés de la région d’Emek Hefer, situé à l’est de Netanya, ont demandé à l’armée de renforcer son déploiement dans la région et de prendre des mesures plus fermes pour mettre un terme à l’escalade des hostilités terroristes.

C’est le cœur du pays

Limor Rehney, qui vit à Bat Hefer depuis sa création en 1996, a déclaré qu’elle ne s’était jamais sentie aussi peu en sécurité qu’aujourd’hui, y compris pendant la Seconde Intifada qui a débuté en 2000 et s’est achevée en 2005, faisant plus de 1 000 victimes israéliennes et au moins 3 000 victimes palestiniennes.

« C’était effrayant, on se sentait en danger, mais l’armée était là. Des chars nous protégeaient. Nous ne nous sentions pas abandonnés comme nous le sommes aujourd’hui », a expliqué Rehney, 59 ans, à propos de la Seconde Intifada. Bat Hefer, qui compte environ 6 000 habitants, est située le long de la Route 6, à environ 13 kilomètres à l’est de Netanya, la sixième ville d’Israël.

Le rabbin Yosef Karasik s’exprimant dans un mégaphone lors d’un rassemblement de protestation, devant Bat Hefer, le 29 mai 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

« Ce n’est pas le nord. Ce n’est pas le sud. Ce n’est pas une implantation [de Cisjordanie]. C’est le cœur du pays, et si nous ne pouvons pas le défendre, je ne veux pas penser à ce que cela signifie pour notre avenir », a déclaré Yosef Karasik, le rabbin de Bat Hefer, lors de la manifestation.

« Tout comme les communautés de l’enveloppe de Gaza [la région connue en hébreu sous le nom d’Otef Azza] ont été abandonnées avant le 7 octobre, nous, dans les communautés de l’enveloppe de Samarie, sommes abandonnés avant un futur 7 octobre qui se prépare déjà sous nos yeux », a déclaré Rehney, un comptable père de deux filles.

Tsahal a déployé plusieurs dizaines de soldats à Bat Hefer après le 7 octobre. Mais ces dernières semaines, les troupes ont quitté Bat Hefer.

La vie a radicalement changé à Bat Hefer immédiatement après le 7 octobre, a déclaré Rickie Barda, une habitante de longue date.

« Les tirs qui ont éclaté le 7 octobre se poursuivent chaque nuit, parfois même le matin », a déclaré Barda, qui est également comptable et mère de deux enfants.

Avant le 7 octobre, elle avait l’habitude de conseiller à ses amis et à sa famille de s’installer à Bat Hefer.

« C’est un endroit où l’on peut élever des enfants, disais-je. Mais maintenant, je ne le recommanderais à personne. Si je pouvais transporter ma maison par magie, je le ferais sans hésiter », a déclaré Barda. Elle a obtenu un permis de port d’arme à feu et un pistolet après le 7 octobre.

« Une mère de 49 ans [originaire] de la périphérie de Netanya avec une arme. C’est ridicule », a-t-elle déclaré.

Limor Rehney participant à un rassemblement de protestation pour réclamer de meilleures mesures de sécurité le long de la barrière de sécurité, à Bat Hefer, le 29 mai 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Des enfants en danger

La fusillade de mercredi s’est produite alors que des lycéens étaient rassemblés non loin de la barrière, à un arrêt de bus, et attendaient le bus scolaire.

« Ils ont commencé à courir dans tous les sens, à la recherche d’un abri », a déclaré Karasik, le rabbin de Bat Hefer et père de onze enfants, alors qu’il se rendait à la synagogue locale depuis la manifestation organisée devant le portail jaune de la ville.

La sécurité a toujours été un problème à Bat Hefer, qui a été construite avec une solide barrière orientale des années avant qu’elle ne soit intégrée à la barrière de sécurité plus large qui sépare la majeure partie de la Cisjordanie d’Israël. Pendant des années, les habitants ont placé des mannequins vêtus d’uniformes le long de la clôture métallique derrière le mur de la barrière pour tromper les infiltrés potentiels et leur faire croire que l’endroit était plus lourdement gardé qu’il ne l’était.

Des terroristes du Hamas tirant sur la ville israélienne de Bat Hefer depuis la région de Tulkarem, en Cisjordanie. (Crédit : Capture d’écran X ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Mais aujourd’hui, certains quittent déjà la ville, selon Karasik.

« Les 20 % les plus riches, qui peuvent se permettre de louer à l’extérieur de Bat Hefer, l’ont déjà fait », a-t-il déclaré. Une femme, qui s’est adressée au Times of Israel sous couvert d’anonymat lors de la manifestation, a déclaré qu’elle faisait partie de ceux qui envisageaient de partir. « J’en ai assez de vivre comme ça, je cherche à louer ailleurs et peut-être à vendre un jour », a-t-elle affirmé.

Des informations ont fait état de bruits de creusement venant de tunnels à Bat Hefer depuis Tulkarem. Plusieurs opérations de ratissage menées par l’armée et les conseils régionaux locaux dans le but de localiser les tunnels n’ont rien révélé, avait déclaré le conseil en décembre.

« Je ne l’exclus pas », a déclaré Barda à propos de la possibilité que des tunnels terroristes soient creusés. Je ne fais plus confiance aux chefs de notre armée depuis le 7 octobre et je ne fais certainement plus confiance à nos hommes politiques. Nous sommes dans le noir. »

Limor Efraïm devant sa voiture, au centre commercial de Bat Hefer, le 29 mai 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Contactée par le Times of Israel, l’unité du porte-parole de Tsahal a déclaré  disposer à tout moment de plus de 1 000 soldats prêts à être déployés pour la « défense régionale » au sein du Commandement du Centre.

« Les processus latéraux continuent d’améliorer les composantes de la sécurité dans les communautés, des postes de surveillance et de détection aux obstacles et aux positions fortifiées », a-t-il déclaré au Times of Israel.

« J’ai vraiment cru que c’était la fin »

Dans le centre commercial de Bat Hefer, les commerçants, qui dépendent des clients de Netanya et Hadera, commencent à ressentir les effets de la situation sécuritaire, a déclaré Limor Efraïm, qui travaille dans une boutique de la franchise d’habillement Idit. « Cette semaine en particulier, les ventes ont été lentes », a-t-elle déclaré. Efraïm vivait à Bat Hefer mais a récemment déménagé à Herzliya – un déménagement non lié à la situation sécuritaire, a-t-elle précisé.

La silhouette en forme de faucille de Bat Hefer comprend des rangées de maisons de campagne dans des rues formant un demi-cercle autour de son parc central soigné et de ses installations communautaires, se redressant le long de la barrière. Les maisons situées dans le panache sud sont les plus proches de Tulkarem et les plus exposées aux tirs de snipers provenant des grands immeubles de la ville. Certains parents ont interdit à leurs enfants de s’aventurer vers le sud.

Shelley Levin Hatam tenant sa fille lors d’un rassemblement de protestation, à Bat Hefer, le 29 mai 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

« Nous avions l’habitude d’organiser des activités communes tout le temps. Surtout pour les enfants. Aujourd’hui, c’est beaucoup moins. Qui voudrait que ses enfants participent à une fête de classe dans le parc alors qu’on entend des coups de feu tout le temps ? », a déclaré Barda, dont la plus jeune fille vit avec elle. « Elle a une vingtaine d’années et ne se sent pas en sécurité lorsqu’elle est laissée seule à la maison. »

Malgré tous ses problèmes, Bat Hefer jouit d’une meilleure sécurité que certaines des plus petites communautés de la région d’Emek Hefer, ont déclaré les habitants de ces localités lors de la manifestation.

Mercredi matin, Shelley Levin Hatam, 40 ans, mère de trois enfants du kibboutz Yad Hannah, au sud de Bat Hefer, s’est réveillée en entendant des coups de feu si proches qu’elle était persuadée que des terroristes se trouvaient dans sa rue.

Vue de la communauté de Bat Hefer. (Crédit : CC BY-SA GevBen/Wikipedia)

« J’ai vraiment cru que c’était la fin, qu’ils allaient tous nous assassiner dans notre maison », a déclaré Levin Hatam, une ingénieure en gestion qui est en congé maternité. Ses enfants aînés ont 5 et 8 ans et elle aime être dehors avec eux, car la maison familiale, dont la construction s’est achevée il y a seulement deux mois, est l’une des plus à l’est du kibboutz. « Si nous sommes dehors, nous sommes au plus profond du kibboutz », a-t-elle expliqué.

Yad Hannah dispose d’une équipe d’urgence d’environ cinq hommes et n’a aucune présence militaire.

« C’est insensé. Si trente hommes munis d’échelles franchissent la clôture demain, nous serons envahis et à leur merci », a-t-elle ajouté, notant qu’une balle qui a touché l’une des maisons de l’est de Yad Hannah avait été retrouvée mercredi.

Les habitants s’inquiètent des tirs de snipers, y compris des tirs de RPG – ou lance-roquettes individuels –, mais leur pire cauchemar reste un assaut transfrontalier.

À Shaar Efraïm, un moshav de quelque 600 personnes situé à environ 8 kilomètres au sud de Bat Hefer, « nous aimerions tous avoir les dispositions de sécurité qu’ils ont ici à Bat Hefer », a déclaré Nir Bazak, un conseiller juridique qui a déménagé à Shaar Efraïm il y a deux ans.

Le moshav, qui est situé à environ un kilomètre de la barrière, n’a pas d’équipe d’urgence. Bazak garde régulièrement l’entrée de sa propre initiative, armé seulement d’une arme de poing.

Un passant qui l’a entendu décrire cette activité lors de la manifestation s’est approché de Bazak et l’a félicité d’avoir pris cette initiative.

« Ouais, eh bien, j’essaie seulement de protéger mes enfants », a répondu Bazak en haussant les épaules.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.