Les habitants profiteront-ils du gigantesque centre high-tech à Jérusalem-Est ?
Rechercher

Les habitants profiteront-ils du gigantesque centre high-tech à Jérusalem-Est ?

Pour les urbanistes, le projet "Silicon Wadi" ne répond pas aux besoins des résidents de Wadi Joz, il doit inclure des logements ; 200 entreprises palestiniennes seront expulsées

Le projet de développement high-tech du Silicon Wadi à Wadi Joz, Jérusalem Est. (Capture d'écran de la vidéo de promotion de la municipalité de Jérusalem)
Le projet de développement high-tech du Silicon Wadi à Wadi Joz, Jérusalem Est. (Capture d'écran de la vidéo de promotion de la municipalité de Jérusalem)

Au début de ce mois, la municipalité de Jérusalem a annoncé des plans pour un investissement sans précédent dans les quartiers palestiniens négligés de la ville, créant un pôle technologique avec 10 000 emplois bien rémunérés.

Mais alors que le maire de droite et certains propriétaires palestiniens locaux sont enthousiasmés par ce projet, de nombreuses questions subsistent quant à l’impact de la nouvelle zone « Silicon Wadi » (« wadi » signifie vallée en arabe, en référence à la « Silicon Valley » américaine) proposée dans le Wadi Joz sur la vie des habitants de Jérusalem-Est – et si le développement répond vraiment aux besoins de la population locale.

Si le projet se concrétise, le Silicon Wadi pourrait être l’un des plus gros investissements publics jamais réalisés à Jérusalem-Est. Au total, 200 000 mètres carrés seront consacrés aux entreprises de haute technologie, 50 000 aux hôtels et 50 000 autres aux espaces commerciaux, le tout au cœur du Wadi Joz. Une fois terminé, le complexe serait deux fois plus grand que la Grand Central Station de New York.

Avec l’augmentation des transports publics, des espaces verts, un tout nouveau collège technique pour former « des milliers d’habitants de Jérusalem-Est aux technologies de pointe » et des incitations pour « accroître l’intégration des femmes dans la main-d’œuvre à l’Est de la ville », le plan aspire non seulement à créer des milliers de nouveaux emplois à Jérusalem-Est, mais aussi à chambouler totalement la zone.

« L’idée est maintenant de développer des industries de haute technologie et autres qui permettront aux habitants de Jérusalem-Est de trouver un emploi à Jérusalem. J’ai rencontré de nombreux Palestiniens talentueux qui travaillent à Ramallah et dans d’autres endroits parce qu’il n’y a pas beaucoup de haute technologie à Jérusalem, et ce qui existe est par et pour les Israéliens [juifs] », a déclaré Laura Wharton (Meretz), membre du conseil municipal de Jérusalem.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, lors de la 17e conférence annuelle de Jérusalem du groupe « Besheva », le 25 février 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

En raison d’une négligence municipale chronique, Jérusalem-Est n’a jamais bénéficié des ressources institutionnelles et financières des quartiers juifs de la ville. En 2016, le taux de pauvreté parmi les Palestiniens de Jérusalem-Est était de 72,9 %, contre 29,8 % dans les communautés juives. Israël s’est emparé de Jérusalem-Est en 1967 et l’a annexée en 1980, ce qui n’a pas été reconnu par la communauté internationale. La plupart des habitants de Jérusalem-Est sont des Palestiniens résidant en Israël.

Le projet Silicon Wadi fait partie d’une initiative gouvernementale de
2,1 milliards de shekels (525 millions d’euros) sur cinq ans visant à réduire les écarts entre la Jérusalem israélienne et la Jérusalem palestinienne, l’une des nombreuses initiatives que le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a promu au cours des derniers mois. M. Lion espère que ces projets permettront de réduire la méfiance et les inégalités entre Jérusalem-Est et Jérusalem-Ouest.

« Le gouvernement s’est finalement réveillé il y a quelques années et a réalisé que laisser Jérusalem-Est dans l’état où elle se trouve est mauvais pour tout le monde, et qu’il est temps que le gouvernement s’implique », a déclaré Mme Wharton.

Silicon Wadi East Jerusalem

#0202_West_JerusalemJerusalem Municipality Announces Economic Plan for East Jerusalem "Silicon Wadi [lit.valley in Arabic]: The urban project that will turn the Wadi Joz neighborhood [1] into East Jerusalem’s business and trade center. The Jerusalem Municipality announced the launch of the ‘Silicon Wadi’ program – the municipality's flagship project in the city’s east which is expected to increase employment, trade, and hotel space on a large scale. Within a few years, some 200,000 square meters of industrial space will be built, with an emphasis on the high-tech sector, alongside 50,000 square meters of commercial space and another 50,000 square meters for hotels.The project, initiated by Jerusalem Mayor Moshe Lion, is part of the government's five-year plan to reduce socio-economic gaps and increase economic development in East Jerusalem (resolution 3790). This is one of the most complex projects to be carried out in Jerusalem in recent decades, and all the planning bodies, landowners, professional training bodies, and high-tech companies have joined together to take part in it. The goals of the project, among other things, are to create about 10,000 high-quality workplaces in East Jerusalem, increase levels of trust between East Jerusalemites and the municipality and government, increase the employment rate of East Jerusalem women, and to strengthen the status of the Israeli educational curriculum in East Jerusalem as a gateway to higher education and employment [2].Jerusalem Mayor Moshe Lion said: ‘We are taking an additional step towards fulfilling a historic plan in East Jerusalem, and are able to announce exciting news about Jerusalem’s economy in general and East Jerusalem’s economy in particular. We will make sure to bring the economy’s leading companies and the highest quality manpower to the East. We will work with absolute cooperation with the planning, employment, and training factors, in order to revolutionize and create hope in East Jerusalem. "▶️Source: The State of Jerusalem מדינת ירושלים—0202 Editor’s Notes:[1] Wadi Joz, (lit. Valley of the Walnuts in Arabic), is a Palestinian neighborhood in East Jerusalem, located at the head of the Kidron Valley, north of the Old City. The population of Wadi Joz is 13,000. Wadi Joz made Israeli headlines this week as the residence of Iyad Al-Halak, a 32-year-old autistic man from East Jerusalem who was shot dead by Israeli police. For previous posts on this subject see https://bit.ly/2XyVUnu and https://bit.ly/2AELiuk[2] Most schools in East Jerusalem teach according to the Palestinian curriculum, the Tawjihi, also used in Jordan. But there are schools that teach for the matriculation of the Israeli education system.#Silicon_Wadi #Wadi_Joz #Economy #Development #Employmenthttps://bit.ly/302gy0V

פורסם על ידי ‏‎0202 – Points of View from Jerusalem‎‏ ב- יום שישי, 5 ביוני 2020

Maire de droite qui dirige une coalition de partis ultra-orthodoxes au sein du conseil municipal, Lion semblait peu susceptible de franchir la ligne de démarcation de Jérusalem. Mais depuis son entrée en fonction, il a tendu la main aux habitants de Jérusalem-Est de manière inattendue.

En février, il a gelé les démolitions de maisons à Issawiya après avoir consulté les dirigeants locaux. Il a rendu visite à Malek Issa, un jeune garçon qui a perdu son œil à cause d’une balle en caoutchouc tirée par la police des frontières. La coopération de son administration avec les autorités sanitaires de Jérusalem-Est pendant la pandémie de coronavirus a été largement saluée par les militants palestiniens, selon le journal Haaretz.

200 entreprises de Jérusalem-Est vont être déplacées

De nombreux détails doivent encore être réglés, cependant, pour garantir qu’un plan destiné à apporter la prospérité à Jérusalem-Est ne dépossédera pas les résidents et les entreprises palestiniens existants sans compensation. Il n’est pas non plus certain que le développement évitera de remplacer les locaux palestiniens par des entreprises de haute technologie employant principalement des Israéliens juifs, ce que certains considéreraient comme la même vieille dépossession dans un nouvel habillage techno-utopien.

Pas moins de 200 entreprises appartenant à des Palestiniens – pour la plupart des ateliers de réparation automobile qui n’ont plus de garages – doivent être démolies dans le cadre du Silicon Wadi. En outre, le terrain destiné à Silicon Wadi contient la seule zone industrielle appartenant à des Palestiniens à Jérusalem-Est. Certains des propriétaires d’entreprises ont déjà reçu des ordres d’évacuation d’ici la fin de 2020.

Alors que la municipalité a déclaré que le Silicon Wadi est un « projet par consentement », les propriétaires d’entreprises de Wadi Joz ont semblé être pris totalement par surprise lorsque les ordres de départ sont apparus sur le pas de leur porte.

Ce projet pourrait signifier la mort du garage familial de Fathi al-Kurd, 77 ans, qui a pignon sur rue depuis 1966 à Wadi al-Joz. « Nous ne pouvons pas faire face à ce gouvernement, mais nous souhaitons au moins qu’il nous offre une alternative », confie M. Al-Kurd à l’AFP. « Mon fils a quatre enfants, s’il ne travaille pas une semaine, lui et les siens auront faim. » « Un employé municipal est déjà venu nous voir l’été dernier pour nous dire que l’expulsion se préparait », dit son fils, Mohannad.

« L’idée de la haute technologie, en particulier, est nouvelle et les habitants n’ont pas été suffisamment consultés à ce sujet. Elle n’a fait partie d’aucune des discussions avec les résidents », a déclaré l’urbaniste Murad Natsheh, spécialiste de Wadi Joz.

Les propriétaires palestiniens pourraient être les grands gagnants de l’histoire, car la valeur de leurs terres s’apprécierait énormément si les immeubles de bureaux financés par l’État remplaçaient de simples garages, a déclaré M. Natsheh.

La municipalité a déclaré qu’elle étudiait plusieurs options pour indemniser les propriétaires d’entreprises, notamment en déplaçant les garages ailleurs. Lorsqu’on lui a demandé si les entreprises seraient expulsées – car la procédure était censée être consensuelle – la municipalité a refusé de commenter.

Pour l’économiste Mohammed Qirsh, si les propriétaires sont expulsés sans contrepartie, les pertes financières leur seront « désastreuses ». Ceux qui ont reçu un avis d’expulsion envisagent de former un comité pour contester la décision.

Mme Wharton, membre du conseil municipal de Jérusalem, a déclaré que l’engagement du public pouvait être amélioré, mais a ajouté que les fonctionnaires municipaux responsables du projet avaient pris contact avec les propriétaires fonciers palestiniens de la région et les avaient consultés pendant un certain temps avant l’annonce de la semaine dernière.

Le récit édifiant au coin de la rue

À quelques rues seulement du futur centre de haute technologie se trouve une autre sorte d’avertissement pour le nouveau projet, soulignant combien le chemin du communiqué de presse au changement réel peut être tortueux. Un autre quartier commercial qui devrait également se trouver à Wadi Joz, Maar Mizrah, est coincé dans les limbes du développement depuis plus d’une décennie. Le quartier proposé était un centre historique de la vie urbaine de Jérusalem-Est qui était tombé en ruine. Les urbanistes espéraient reconstruire le quartier pour en faire un centre d’affaires et d’institutions culturelles doté d’infrastructures et de transports modernes.

Dans les années qui ont suivi, trois planificateurs principaux sont venus et sont repartis sans qu’une seule pelletée de terre ne soit nécessaire pour un nouveau développement. Proposé pour la première fois il y a plus de 20 ans, Maar Mizrah n’a toujours pas été ouvert aux commentaires du public – une période obligatoire pendant laquelle le public peut déposer des objections avant que les premières grues de construction n’emménagent.

Alors que la municipalité a indiqué que le projet pourrait finalement atteindre ce stade dans les semaines ou les mois à venir, il pourrait s’écouler des années avant que la construction ne commence, a déclaré au Times of Israel Sari Kronish, urbaniste du groupe Bimkom-Planners for Planning Rights, spécialisé dans Jérusalem-Est.

Maar Mizrah et Silicon Wadi sont entremêlés, a déclaré Yaron Lofo, porte-parole de la municipalité de Jérusalem, au Times of Israel, tous deux faisant partie du même plan global d’amélioration de la zone de Wadi Joz. Lofo a décrit Maar Mizrah comme « étant avancé avec une coordination globale et totale avec le public ».

Même si le projet va de l’avant, on peut se demander sérieusement si des projets comme celui de Silicon Wadi méritent le terrain, les dépenses et le temps qu’ils consomment. Le besoin fondamental des habitants de Jérusalem-Est aujourd’hui n’est pas la haute technologie mais le logement, a déclaré M. Natsheh.

« Bien sûr, les gens veulent développer leurs entreprises et améliorer leurs revenus, et nous devons améliorer les infrastructures défaillantes, la pollution, etc., mais le besoin le plus urgent aujourd’hui est d’augmenter le nombre de logements. La municipalité n’a pas répondu à cette demande », a déclaré M. Natsheh.

Jérusalem-Est croupit depuis des décennies dans une crise prolongée du logement. Les résidents palestiniens de Jérusalem-Est, soit près de 40 % des habitants de la ville, sont entassés dans 50 000 logements, soit environ 25 % des habitations de la ville. Une population croissante, combinée aux difficultés byzantines liées à l’obtention d’un permis, a entraîné une grande quantité de constructions illégales et des démolitions périodiques par Israël de maisons construites illégalement.

Les ordures empilées dans le quartier de Wadi Joz, à Jérusalem, sur un côté de la rue, le 23 septembre 2018. (Crédit : Adam Rasgon/Times of Israel)

Le Silicon Wadi est une proposition énorme qui couvre de multiples domaines de préoccupation. Malgré cela, le projet de Silicon Wadi laisse de côté tout projet de construction de nouvelles unités de logement ou de légalisation des unités existantes.

La controverse sur le nombre de logements à inclure est l’une des questions qui a torpillé Maar Mizrah, a déclaré Kronish. L’éminent architecte palestinien Sinan Abd al-Qader, le concepteur principal du centre commercial, a quitté le projet lorsque la municipalité a décidé de retirer plusieurs centaines de nouvelles unités de logement de la proposition.

Au final, après 20 ans de querelles, Maar Mizrah ne devrait permettre la construction que de quelques dizaines de nouvelles unités de logement, rapportait Walla News en janvier.

Dans une déclaration au Times of Israel, la municipalité a déclaré que le Silicon Wadi faisait partie d’un plan plus large de « rénovation urbaine » à Wadi Joz. Le plan dans son ensemble va créer de nouveaux logements, a déclaré la municipalité, une référence possible aux unités de Maar Mizrah.

Mais les centres-villes comme le Silicon Wadi ont besoin de logements pour prospérer, a déclaré Kronish, c’est pourquoi des tours résidentielles sont construites dans les quartiers commerciaux de Jérusalem-Ouest. À Jérusalem-Est, en revanche, l’urbanisme continue d’être très différent.

« Si vous n’allez pas construire de nouveaux logements, à qui sont vraiment destinés ces quartiers commerciaux ? » a déclaré Kronish.

Wharton dit que, bien qu’elle reconnaisse que les bonnes intentions ne suffisent pas pour faire la différence à Jérusalem-Est, elle croit en la valeur de projets comme le Silicon Wadi. Plus important encore, elle pense que la municipalité est sérieuse cette fois-ci.

« Il est bon de développer ces domaines. C’est une bonne idée de fournir de bons emplois aux habitants de Jérusalem-Est. Je pense que les objectifs sont louables, mais je ne suis pas encore sûr que la ville sera en mesure de répondre à tous les espoirs et à toutes les promesses. J’espère que ce sera le cas », a déclaré Mme Wharton.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...