Les incidents antisémites atteignent un niveau record au Canada
Rechercher

Les incidents antisémites atteignent un niveau record au Canada

Bnai Brith Canada appelle à un « effort national concerté pour s'assurer que les éclosions antisémites ne deviennent pas une réalité de la vie »

Illustration : Courrier de haine antisémite reçu par le centre communautaire juif de Windsor, Ontario, Canada, le vendredi 16 février 2018 (Crédit : B'nai Brith Canada)
Illustration : Courrier de haine antisémite reçu par le centre communautaire juif de Windsor, Ontario, Canada, le vendredi 16 février 2018 (Crédit : B'nai Brith Canada)

MONTRÉAL — Le Canada a enregistré un nombre record d’incidents antisémites en 2017, indique le B’nai Brith Canada lors de son audit annuel.

Il y a eu 1 752 cas de harcèlement, de vandalisme et de violence, une augmentation de 1,4 % par rapport au record de 1 728 incidents enregistrés l’an dernier, selon l’audit des incidents antisémites publié mardi.

La grande majorité des incidents ont eu lieu dans les deux plus grandes provinces du Canada. L’Ontario a enregistré près de la moitié du total des incidents, avec 808 incidents, tandis que le Québec en comptait 474. Le reste des incidents était dispersé parmi les huit autres provinces du pays.

Les actes de vandalisme antisémites ont doublé pour passer de 158 à 322, ce que l’audit a qualifié de « hausse nationale énorme ».

L’audit a également considéré comme une « tendance antisémite inquiétante » une montée de l’antisémitisme à la fois de l’extrême droite et de l’extrême gauche au sein du spectre politique.

Le Québec, avec la seule population majoritairement francophone du Canada, « abrite des enclaves extrémistes islamistes, un milieu d’extrême droite sophistiqué et plusieurs des plus grands groupes anti-israéliens au Canada », a indiqué l’audit.

Pour contrer ces tendances, l’audit a proposé une installation en huit points pour accroître les ressources destinées aux services de police chargés des crimes motivés par la haine, un « plan d’action » national et d’autres mesures.

« L’antisémitisme est devenu une préoccupation sérieuse pour les juifs canadiens, les affectant à l’école, au travail et même dans leurs propres lieux de culte », a dénoncé le président de Bnai Brith Canada, Michael Mostyn.

« Nous avons besoin d’un effort national concerté pour faire en sorte que les épidémies antisémites ne deviennent pas une réalité pour les Juifs de ce pays, comme dans d’autres pays développés comme la France et la Suède ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...