Sondage : Les Israéliens préfèreraient Hillary comme présidente
Rechercher

Sondage : Les Israéliens préfèreraient Hillary comme présidente

La candidate à l'investiture démocrate devance Trump de 15 points, obtenant même 25 % de soutien des électeurs de droite

La candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton devant ses partisans, accompagnée de l'ancien président américain Bill Clinton et de sa fille Chelsea Clinton, dans le centre Olmsted à l'Université Drake le 1er février 2016 à des Moines, Iowa. (Crédit : Win McNamee / Getty Images / AFP)
La candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton devant ses partisans, accompagnée de l'ancien président américain Bill Clinton et de sa fille Chelsea Clinton, dans le centre Olmsted à l'Université Drake le 1er février 2016 à des Moines, Iowa. (Crédit : Win McNamee / Getty Images / AFP)

Les Israéliens seraient plus favorables à l’élection de la candidate à l’investiture démocratique en vue des présidentielles, Hillary Clinton, pour succéder au président américain Barack Obama, mais avec une courte majorité, de nombreux israéliens affirment que les intérêts d’Israël seraient mieux servis si le candidat républicain controversé Donald Trump était choisi en tant que prochain commandant en chef, selon un nouveau sondage.

L’enquête, commandée par le site Walla, menée jeudi a révélé que 38 % des Israéliens espéraient une victoire de Clinton aux élections présidentielles en novembre 2016, suivi à la deuxième place par Trump avec 23 %.

Les candidats Bernie Sanders, Ted Cruz et Marco Rubio sont loin derrière avec respectivement 7 %, 5 % et 4 %. Le candidat républicain John Kasich ne figurait pas parmi les noms proposés.

Près d’un quart des sondés, soit 23 %, ont déclaré qu’ils ne savaient pas qui ils préféraient voir élu.

Les sondeurs ont interrogé un échantillon de 601 personnes, parmi eux 499 Juifs et 102 Arabes.

Le candidat pour l'investiture républicaine Donald Trump lors d'un meeting électoral  à Newton, dans l'Iowa, le 19 novembre 2015 (Crédit photo: Scott Olson / Getty Images / AFP)
Le candidat pour l’investiture républicaine Donald Trump lors d’un meeting électoral à Newton, dans l’Iowa, le 19 novembre 2015 (Crédit photo: Scott Olson / Getty Images / AFP)

L’étude a été menée par le professeur Camil Fuchs et a été réalisée dans le cadre du projet Midgam dirigée par le Dr Ariel Ayalon.

Les Arabes israéliens penchent plus fortement pour Clinton que les juifs. Parmi les Arabes, Clinton devance Trump avec 44 % et Trump a obtenu 7 %. L’avance se rétrécit, mais ne disparaît pas, parmi les Juifs, avec 37 % pour Clinton et 26 % pour Trump.

Plus de la moitié des sondés, 51 %, qui ont déclaré voter pour les partis centristes ou de gauche préfèrent Clinton bien que le soutien pour Clinton était encore plus significatif parmi les Israéliens qui se disaient de droite, 25 % – et cela malgré des années de relations conflictuelles entre Benjamin Netanyahu du Likud et le démocrate Barack Obama.

Le soutien pour Trump était plus élevé chez les Israéliens de droite, où il a bénéficié d’un soutien de 33 % que parmi les voteurs de gauche ou pour les partis centristes. Seuls 18 % étaient pour l’élection de Trump.

Ces résultats semblent contredire une autre conclusion d’un sondage paru jeudi : Trump et Clinton étaient au coude à coude sur la question de savoir si leur présidence serait bonne pour Israël.

Lorsqu’on leur a demandé quel candidat serait le meilleur pour défendre les intérêts d’Israël, Trump a reçu 25 % de soutien alors que Clinton a reçu 24 % de réponses positives. Parmi les Juifs, Trump menait avec 28 % et 22 % pensaient que Clinton servirait mieux les intérêts des Israéliens ; parmi les Arabes, Clinton devançait Trump avec 33 % contre les 13 % de Trump.

Quand on a demandé d’expliquer l’écart d’au moins 14 % entre les sondés qui ont déclaré qu’ils soutenaient Clinton mais qu’ils ne croyaient pas qu’elle était la meilleure candidate pour Israël, un écart qui a atteint 15 points parmi les sondés juifs, Fuchs a répondu à Walla la marque Clinton était forte en Israël en raison de la popularité continue du mari de Clinton, l’ancien président Bill Clinton.

Et puis, Trump est un inconnu pour les Israéliens et il est considéré par beaucoup comme une variable inconnue en ce qui concerne ses politiques étrangères et ses liens avec Israël.

Le soutien pour le candidat républicain pourrait être plus élevé, a spéculé Fuchs, si le candidat à l’investiture républicaine était plus conventionnel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...