Les ministres approuvent des confinements à Nazareth et Isfiya
Rechercher

Les ministres approuvent des confinements à Nazareth et Isfiya

La décision prise par le panel est entrée en vigueur samedi matin et durera cinq jours ; les fermetures de deux villes arabes israéliennes, Qalansawe et Buqata, sont prolongées

Une vue générale du village arabe israélien d'Iksal, près de Nazareth, dans le nord d'Israël, le 27 septembre 2019. (Crédit : AP/Oded Balilty)
Une vue générale du village arabe israélien d'Iksal, près de Nazareth, dans le nord d'Israël, le 27 septembre 2019. (Crédit : AP/Oded Balilty)

Un panel de ministres a approuvé, vendredi, la recommandation faite par le ministère de la Santé d’imposer des confinements dans les villes de Nazareth et d’Isfiya, dans le nord du pays, en raison du nombre croissant de malades du coronavirus dans ces localités majoritairement arabes et druzes israéliennes.

Ces fermetures sont entrées en vigueur samedi dès 8 heures du matin et elles dureront cinq jours.

Les ministres ont aussi approuvé le prolongement d’une semaine des confinements imposés à la ville arabe israélienne de Qalansawe et à Buqata, une communauté druze du nord de l’Etat juif.

Jeudi, le vice-ministre de la Santé, Yoav Kisch, avait déclaré qu’il s’inquiétait de plus en plus de l’éventuelle nécessité de mettre en place un troisième confinement en Israël dans l’objectif de contenir la pandémie, disant qu’il était défavorable à de nouveaux allègements des restrictions avant que le chiffre des infections ne baisse.

« Je constate une hausse du taux de morbidité, je constate que nous continuons à lever le confinement, je vois les centres commerciaux décidant seuls de rouvrir sans aucune directive », avait-il déploré devant les caméras de la Douzième chaîne. Il avait ajouté que si les choses continuaient ainsi, « il est probable qu’un troisième confinement doive être imposé ».

Kisch, membre du parti du Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, avait paru critiquer le rythme de la levée des restrictions qui avaient été mises en place pendant le deuxième confinement national.

« Nous avons abandonné la politique consistant à ne pas rouvrir avant d’assister à un déclin du taux de morbidité », avait-il dit.

Le député Yoav Kisch (Likud), président de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 29 janvier 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Pour sa part, le directeur-général du ministère de la Santé a été interrogé sur un possible confinement pendant la fête de Hanoukka qui, cette année, aura lieu du 10 au 18 décembre.

« Je ne sais pas s’il y aura un confinement pendant Hanoukka », a répondu Chezy Levy pendant une conférence de presse.

« Je ne sais absolument pas si une hausse du taux de morbidité pourra entraîner le retour des restrictions ou de nouvelles, et nous assistons aujourd’hui à une hausse du taux de morbidité. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...