Les partis religieux acceptent la création d’une commission sur les travaux pendant le Shabbat
Rechercher

Les partis religieux acceptent la création d’une commission sur les travaux pendant le Shabbat

Le gouvernement avait autorisé les travaux sur la ligne de train à grande vitesse pendant le weekend provoquant la colère des Ultra-orthoxes

Le dirigeant du parti Shas, Aryeh Deri (à droite),  en conversation avec celui du parti Yahadout HaTorah, Yaakov Litzman, lors de la session d'ouverture du parlement israélien, le 31 mars 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Le dirigeant du parti Shas, Aryeh Deri (à droite), en conversation avec celui du parti Yahadout HaTorah, Yaakov Litzman, lors de la session d'ouverture du parlement israélien, le 31 mars 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Les dirigeants des partis politiques ultra-orthodoxes ont convenu mardi de la création d’une commission chargée de définir quel type de travaux de construction publique sont considérés comme importants et donc autorisés le samedi, le jour de repos juif.

L’accord est intervenu après une réunion au bureau du Premier ministre entre le Shas et les dirigeants du parti Yahadout HaTorah et les principaux ministres du cabinet, a indiqué la radio israélienne.

La conférence a été organisée après que les partis religieux, des membres de la coalition au pouvoir, ont demandé une réunion urgente avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu suite à sa décision vendredi d’autoriser les travaux de construction d’une gare à Tel Aviv pendant le week-end en dépit de leurs objections.

Une déclaration du bureau du Premier ministre précisait que le report des travaux entraînerait un danger pour la sécurité et que donc les travaux seraient autorisés pendant le Shabbat. Les travaux pour le train ont entraîné la fermeture des sections de l’autoroute Ayalon, l’autoroute principale qui traverse Tel Aviv.

Travaux à la gare Shalom de Tel Aviv, le 27 août 2016. (Crédit : Israel Railways)
Travaux à la gare Shalom de Tel Aviv, le 27 août 2016. (Crédit : Israel Railways)

La nouvelle commission devrait être composée de directeurs du bureau du Premier ministre, des ministères des Transports, de la Santé et de l’Economie et des dirigeants des partis ultra-orthodoxes et de HaBayit HaYehudi. Des représentants du Rabbinat devraient également être présents.

Les partis ultra-orthodoxes ont exprimé dimanche leur indignation au sujet des travaux de construction autorisés pendant le Shabbat, avec plusieurs articles suggérant qu’ils réclamaient que le ministre des Transports Yisrael Katz soit renvoyé.

Katz a souligné son respect des valeurs religieuses et du caractère juif d’Israël mais a déclaré que le travail devait être effectué conformément à la loi et que ce n’était pas une violation du statu quo.

La police et les professionnels de la construction avaient déclaré « sans équivoque », a-t-il expliqué, que la réalisation des travaux pendant un jour de semaine créerait un énorme embouteillage à Tel Aviv et qu’ils entraveraient le travail des services de secours et qu’ils mettraient très probablement en danger la sécurité publique.

Lors de la réunion de mardi, les dirigeants ultra-orthodoxes ont exigé que le directeur général d’Israel Railways, Boaz Tzafrir, change la politique de l’entreprise ou qu’il démissionne, a signalé la radio israélienne.

Le président Reuven Rivlin, à gauche, avec le directeur du projet Fast Lane vers Jérusalem, Dror Sofro, pendant une visite du chantier du train à haute vitesse entre Tel Aviv et Jérusalem, le 1er juin 2016. (Crédit : Mark Neyman/GPO)
Le président Reuven Rivlin, à gauche, avec le directeur du projet Fast Lane vers Jérusalem, Dror Sofro, pendant une visite du chantier du train à haute vitesse entre Tel Aviv et Jérusalem, le 1er juin 2016. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Les travaux sur la station de Shalom font partie de la construction de la ligne de train à grande vitesse Jérusalem-Tel Aviv.

L’an dernier, le ministre de l’Economie de l’époque, Deri, avait ordonné l’arrêt de toute construction sur la ligne pendant Shabbat. Cette décision, avait mis en garde Israël Railways, retarderait le projet de deux ans.

La construction du chemin de fer interurbain devait à l’origine être terminée d’ici la fin 2017 ou au début de 2018.

L’autorité des ports et des chemins de fer a confirmé que cette décision aurait pour effet de reculer la fin du projet de 6 milliards de shekels – qui a commencé en 2001 – en 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...