Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Tsahal va intensifier ses frappes sur le Hamas malgré les attaques répétées du Hezbollah

Les premiers camions d'aide humanitaire venus d'Egypte entrent dans Gaza ; Un réserviste de 22 ans tué dans une frappe du Hezbollah ; Un haut fonctionnaire déclare que les États-Unis et l'UE poussent Israël à retarder l'incursion terrestre

  • Natalie Raanan, à gauche, et sa mère Judith Raanan parlant au téléphone avec le président américain Joe Biden, otages libérées du Hamas, le groupe terroriste qui dirige Gaza,  le 20 octobre 2023. (Crédit : Ambassade des États-Unis à Jérusalem/AFP)
    Natalie Raanan, à gauche, et sa mère Judith Raanan parlant au téléphone avec le président américain Joe Biden, otages libérées du Hamas, le groupe terroriste qui dirige Gaza, le 20 octobre 2023. (Crédit : Ambassade des États-Unis à Jérusalem/AFP)
  • Des manifestants pro-palestiniens manifestant devant la Maison Blanche, le 20 octobre 2023. (Crédit : Roberto Schmidt/AFP)
    Des manifestants pro-palestiniens manifestant devant la Maison Blanche, le 20 octobre 2023. (Crédit : Roberto Schmidt/AFP)
  • Des manifestants salafistes marocains participant à une manifestation dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste Hamas, qui sévit à Gaza dans la ville de Rabat, le 20 octobre 2023. (Crédit : Fadel Senna/AFP)
    Des manifestants salafistes marocains participant à une manifestation dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste Hamas, qui sévit à Gaza dans la ville de Rabat, le 20 octobre 2023. (Crédit : Fadel Senna/AFP)
  • Une vue aérienne des bâtiments détruits suite aux frappes israéliennes de la nuit dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas dans la ville d'al-Zahra, au sud de la ville de Gaza, le 20 octobre 2023. (Crédit : Belal Alsabbagh/AFP)
    Une vue aérienne des bâtiments détruits suite aux frappes israéliennes de la nuit dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas dans la ville d'al-Zahra, au sud de la ville de Gaza, le 20 octobre 2023. (Crédit : Belal Alsabbagh/AFP)
  • Une femme se tenant devant des photos de certaines personnes prises en otage par le Hamas, à Tel Aviv, en Israël, le 20 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari /Flash90)
    Une femme se tenant devant des photos de certaines personnes prises en otage par le Hamas, à Tel Aviv, en Israël, le 20 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari /Flash90)
  • Le système de défense anti-missile "Dôme de fer"
interceptant une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, le 20 octobre 2023. (Crédit : Avi Roccah/AP Photo)
    Le système de défense anti-missile "Dôme de fer" interceptant une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, le 20 octobre 2023. (Crédit : Avi Roccah/AP Photo)
  • Des camions palestiniens faisant la queue du côté de la bande de Gaza de la frontière avec l'Égypte pour acheminer l'aide humanitaire à Rafah, le 21 octobre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
    Des camions palestiniens faisant la queue du côté de la bande de Gaza de la frontière avec l'Égypte pour acheminer l'aide humanitaire à Rafah, le 21 octobre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
  • Un panache de fumée apparaissant à la suite d'une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
    Un panache de fumée apparaissant à la suite d'une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
  • Des manifestants scandant des slogans tout en brûlant une poupée avec une photo du Premier ministre Benjamin Netanyahu et un simulacre de drapeau israélien lors d'une manifestation de solidarité avec les Palestiniens dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste Hamas, qui dirige la bande de Gaza, à Istanbul, en Turquie, le 20 octobre 2023. (Crédit : Khalil Hamra/AP Photo)
    Des manifestants scandant des slogans tout en brûlant une poupée avec une photo du Premier ministre Benjamin Netanyahu et un simulacre de drapeau israélien lors d'une manifestation de solidarité avec les Palestiniens dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste Hamas, qui dirige la bande de Gaza, à Istanbul, en Turquie, le 20 octobre 2023. (Crédit : Khalil Hamra/AP Photo)
  • Les Palestiniens rassemblés devant les restes d'une maison détruite suite aux frappes aériennes israéliennes sur la ville de Gaza, le 21 octobre 2023. (Crédit : Abed Khaled/AP Photo)
    Les Palestiniens rassemblés devant les restes d'une maison détruite suite aux frappes aériennes israéliennes sur la ville de Gaza, le 21 octobre 2023. (Crédit : Abed Khaled/AP Photo)
  • Des jeunes hommes regardant des photos d'Israéliens disparus et retenus en otage à Gaza, affichées sur un mur à Tel Aviv, le 20 octobre 2023. (Crédit : Petros Giannakouris/AP Photo)
    Des jeunes hommes regardant des photos d'Israéliens disparus et retenus en otage à Gaza, affichées sur un mur à Tel Aviv, le 20 octobre 2023. (Crédit : Petros Giannakouris/AP Photo)
  • De la fumée s'élevant derrière des bâtiments détruits dans la partie nord-ouest de l'enclave palestinienne lors de frappes israéliennes sur le Hamas, le 21 octobre 2023 (Crédit : Aris Messinis/AFP)
    De la fumée s'élevant derrière des bâtiments détruits dans la partie nord-ouest de l'enclave palestinienne lors de frappes israéliennes sur le Hamas, le 21 octobre 2023 (Crédit : Aris Messinis/AFP)
  • Les tombes des soldats israéliens tués dans la guerre avec le Hamas, au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 20 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
    Les tombes des soldats israéliens tués dans la guerre avec le Hamas, au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 20 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
  • Des pompiers et des policiers israéliens inspectant un site frappé par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, dans le sud d'Israël, le 20 octobre 2023. (Crédit : Tsafrir Abayov/AP Photo)
    Des pompiers et des policiers israéliens inspectant un site frappé par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, dans le sud d'Israël, le 20 octobre 2023. (Crédit : Tsafrir Abayov/AP Photo)
  • Des personnes rassemblées lors d'un rassemblement pro-palestinien, à Sydney, le 21 octobre 2023. (Crédit : Rick Rycroft/AP Photo)
    Des personnes rassemblées lors d'un rassemblement pro-palestinien, à Sydney, le 21 octobre 2023. (Crédit : Rick Rycroft/AP Photo)
  • Des camions du Croissant Rouge égyptien transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza traversant la frontière de Rafah, à Rafah, en Égypte, le 21 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Asad/AP Photo)
    Des camions du Croissant Rouge égyptien transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza traversant la frontière de Rafah, à Rafah, en Égypte, le 21 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Asad/AP Photo)

Une organisation publie un dictionnaire pour parler de la guerre aux enfants

De grands ours en peluche recouverts de peinture rouge et portant des photos des enfants retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sont exposés place Dizengoff, à Tel Aviv, le 25 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
De grands ours en peluche recouverts de peinture rouge et portant des photos des enfants retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sont exposés place Dizengoff, à Tel Aviv, le 25 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Goshen, organisation pour la santé et le bien-être des enfants, a annoncé la publication d’un « dictionnaire » pour aider parents et soignants à parler de la guerre avec les enfants.

Le guide, validé par Tirtsa Joels, professeur de psychologie de l’Université de Haïfa, est indiqué pour les enfants de la maternelle à l’école primaire.
Il n’est pas destiné à être utilisé avec des enfants qui ont subi des traumatismes graves ou complexes liés à la guerre.

En introduction à son dictionnaire, Goshen rassure les parents en leur disant qu’il n’y a pas d’âge pour commencer à parler de la guerre avec les enfants. Toutefois, la terminologie utilisé par les adultes doit être adapté à l’âge.

Il est préférable de commencer en demandant à l’enfant ce qu’il sait déjà, ce qu’il a entendu et s’il a des questions.

Le guide fournit des suggestions, en mettant l’accent sur l’importance de rassurer l’enfant et de lui dire la vérité, mais avec un phrasé et un niveau de complexité adaptés à son âge et son stade de développement.

Le dictionnaire répertorie 14 termes liés à la guerre, chacun avec une explication basique, intermédiaire, avancée et experte. L’adulte peut les lire et décider laquelle est la plus appropriée pour une conversation avec son enfant.

Certains termes, tels que sirènes, roquettes et pièce sécurisée, sont familiers à la plupart des jeunes enfants israéliens. D’autres le sont moins, comme invasion, terroristes, personnes disparues, captifs, otages, Tzav 8 (rappel urgent des réservistes), blessés, funérailles et shiva (la semaine de deuil qui suit l’inhumation).

Le dictionnaire est disponible ici.

Halevi : l’armée est prête à l’offensive sur Gaza, retardée pour des raisons « tactiques et stratégiques »

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, lors d'un briefing le 24 octobre 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israël)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, lors d'un briefing le 24 octobre 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israël)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a déclaré que le groupe terroriste du Hamas « se mordait les doigts » d’avoir déclenché les hostilités avec Israël et que l’incursion terrestre était retardée en raison de « considérations stratégiques ».

« Israël mène une guerre ouverte par le groupe terroriste du Hamas. Et il le regrette déjà », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse près de Gaza.

« Nous sommes prêts. Tsahal et le Commandement Sud ont préparé des plans offensifs de qualité pour atteindre les objectifs de guerre ». « L’armée israélienne est prête à l’offensive terrestre. Nous prendrons une décision avec l’autorité politique concernant la forme et le calendrier de la prochaine étape », a précisé Halevi.

Il a ajouté que des « considérations tactiques et stratégiques » retardaient l’incursion terrestre, mais qu’elles permettaient à Tsahal d’encore mieux se préparer.

« Nous profitons de chaque minute pour améliorer notre préparation », a-t-il dit. A chaque minute qui passe, nous frappons l’ennemi plus encore. Nous tuons des terroristes, détruisons leurs infrastructures et collectons des renseignements pour la prochaine étape ».

Syrie: les aéroports de Damas et d’Alep hors service après des frappes israéliennes

Des frappes israéliennes dimanche ont mis hors service les deux principaux aéroports de  Syrie, à Damas et Alep, ont rapporté les médias d’Etat en citant une source militaire.

« Vers 05H25 (02H25 GMT), l’ennemi israélien a mené une attaque aérienne visant les aéroports internationaux de Damas et d’Alep, causant la mort d’un employé à l’aéroport de Damas et en blessant un autre », a déclaré la source militaire, citée par l’agence officielle syrienne Sana. « Les dommages matériels causés aux pistes d’atterrissage des aéroports les ont mis hors service », selon la même source.

Un haut officiel qatari optimiste quant à la libération des otages civils

Le haut responsable qatari Majed Al-Ansari se dit optimiste quant à la libération prochaine de tous les otages détenus par le Hamas, indiquant que la libération de deux Américano-Israéliennes vendredi était un premier pas vers la libération d’autres otages civils.

« La libération a eu lieu dans un cadre qui confirme l’intention positive de libérer les otages », a-t-il déclaré au journal allemand Die Welt. « Nous sommes optimistes que les otages, en particulier les civils, seront libérés très prochainement. »

Al-Ansari, conseiller du ministère des Affaires étrangères du Qatar, affirme que Doha est l’une des nombreuses parties impliquées dans les négociations en vue de leur libération, mais qu’elle est unique dans la mesure où elle discute à la fois avec Israël et le Hamas.

« Oui, c’était particulièrement grave », dit-il en commentant les massacres perpétrés par le groupe terroriste palestinien. « C’était certainement pire que tout ce que nous avons vu auparavant. Mais quand Israël bombarde des maisons en sachant qu’elles abritent des enfants, des innocents sont également en jeu. Et aucune vie humaine n’est plus importante qu’une autre. »

Un terroriste du Jihad islamique tué dans le sud du Liban

Le Jihad islamique palestinien affirme qu’un membre syrien a été tué aujourd’hui dans le sud du Liban alors qu’il « effectuait le jihad ».

Muhammad Mahmoud Musa, 41 ans, aurait été tué lors d’une frappe aérienne israélienne.

L’armée israélienne a déclaré avoir frappé aujourd’hui trois cellules terroristes dans le sud du Liban qui étaient impliquées dans des tirs de roquettes et de missiles sur des positions militaires et des villes israéliennes.

Au moins six soldats israéliens, 16 terroristes du Hezbollah et six terroristes palestiniens ont été tués dans des échanges de tirs à la frontière au cours des deux dernières semaines. Un civil israélien a été tué dans une attaque du Hezbollah, et plusieurs civils libanais ainsi qu’un journaliste auraient également été tués par des frappes israéliennes.

La famille Raanan va aider à rapatrier les autres otages

Natalie Raanan, 3e à gauche, et Judith Raanan, à droite, à leur arrivée en Israël après avoir été libérées de la captivité du Hamas, alors que l'envoyé du gouvernement pour les otages, Gal Hirsch, au centre, leur tient la main, le 20 octobre 2023. (Autorisation)
Natalie Raanan, 3e à gauche, et Judith Raanan, à droite, à leur arrivée en Israël après avoir été libérées de la captivité du Hamas, alors que l'envoyé du gouvernement pour les otages, Gal Hirsch, au centre, leur tient la main, le 20 octobre 2023. (Autorisation)

La famille de Judith et Natalia Raanan tempère son soulagement suite à leur libération, affirmant qu’elle ne peut pas se réjouir alors que tant d’autres personnes sont toujours retenues en otage par le groupe terroriste du Hamas.

« La libération de Judith et Natalie est un moment de soulagement extraordinaire – bien au-delà de tout ce que nous pouvons exprimer avec des mots », ont déclaré les porte-parole de la famille Ayelet, Or et Limor Sella, dans un communiqué en anglais. « Malheureusement, nous n’avons pas le privilège de célébrer leur retour, ni de pleurer nos proches disparus. »

« Nous restons entièrement concentrés sur les efforts visant à garantir le retour des huit autres membres de notre famille restés captifs à Gaza, ainsi que des 192 autres personnes toujours détenues en otages, parmi lesquelles de nombreux Américains et de nombreuses personnes grièvement blessées et nécessitant des soins immédiats et un traitement médical », disent-ils.

Ils s’engagent à continuer à travailler avec d’autres familles pour la libération des otages et remercient l’administration américaine, le Congrès « et les nombreux autres acteurs dans le monde qui ont été impliqués dans les efforts délicats visant à rendre nos bien-aimées Judith et Natalie ».

Netanyahu s’entretient avec Meloni

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre la Première ministre italienne Giorgia Meloni à Tel Aviv, le 21 octobre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre la Première ministre italienne Giorgia Meloni à Tel Aviv, le 21 octobre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre son homologue italienne Giorgia Meloni au siège du ministère de la Défense à Tel Aviv, a indiqué son bureau.

Les deux se rencontreront d’abord seuls avant de tenir des pourparlers élargis, a indiqué le bureau du Premier ministre.

Tsahal va intensifier ses frappes sur le Hamas

Israël va intensifier ses frappes à Gaza pour accroître la pression sur le Hamas, a déclaré le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari.

« Nous devons entrer dans la prochaine phase de la guerre dans les meilleures conditions, et non selon ce que l’on nous dit. A partir d’aujourd’hui, nous multiplions les frappes et minimisons le danger », a déclaré Hagari lors d’une conférence de presse, faisant probablement référence à une incursion terrestre imminente.

Plus de 2 000 ultra-orthodoxes ont demandé à rejoindre l’armée ces derniers jours

Illustration. Soldats appartenant à l'unité ultra-orthodoxe Netzah Yehuda de Tsahal. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Illustration. Soldats appartenant à l'unité ultra-orthodoxe Netzah Yehuda de Tsahal. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que les demandes d’Israéliens ultra-orthodoxes visant à rejoindre l’armée se sont multipliées au milieu de la guerre.

L’armée israélienne a reçu plus de 2 000 demandes de Haredim ces derniers jours, et lundi, ils commenceront à être enrôlés comme volontaires, a indiqué Hagari.

De nombreuses communautés Haredi évitent le service militaire, ce qui provoque de graves divisions au sein de la société israélienne.

L’armée toujours concentrée sur Gaza, malgré les attaques répétées du Hezbollah

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée était toujours concentrée sur la bande de Gaza, malgré les attaques répétées du groupe terroriste Hezbollah depuis le Liban.

« Chaque jour, nous effectuons une évaluation du Nord. Nous sommes forts en défense et en attaque [à la frontière libanaise], mais la tâche principale sur laquelle nous nous concentrons est Gaza », a déclaré Hagari lors d’une conférence de presse.

Le Hezbollah et les groupes terroristes palestiniens alliés ont mené quotidiennement des attaques de missiles et de roquettes depuis le Liban contre des positions de Tsahal et des villes israéliennes au cours des deux dernières semaines.

L’armée israélienne a répondu par des frappes contre les sites et les membres du Hezbollah.

Blinken au Premier ministre libanais : songez à la façon dont une guerre affecterait votre peuple

Le Premier ministre libanais Najib Makiti pendant une session du parlement confirmant le nouveau gouvernement dans un théâtre de Beyrouth connu sous le nom de Palais de l'UNESCO, le 20 septembre 2021. (Crédit : AP/Bilal Hussein)
Le Premier ministre libanais Najib Makiti pendant une session du parlement confirmant le nouveau gouvernement dans un théâtre de Beyrouth connu sous le nom de Palais de l'UNESCO, le 20 septembre 2021. (Crédit : AP/Bilal Hussein)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a rappelé au Premier ministre libanais par intérim Najib Mikati lors d’un appel téléphonique plus tôt dans la journée « l’importance de respecter les intérêts du peuple libanais, qui serait affecté si le Liban était entraîné dans le conflit déclenché par l’attaque terroriste du Hamas sur Israël », déclare le Département d’État.

Blinken note son inquiétude croissante face aux tensions à la frontière israélo-libanaise et exprime « ses condoléances aux familles des civils libanais qui ont tragiquement perdu la vie à cause du conflit, soulignant le soutien continu des États-Unis aux forces armées libanaises et aux forces de sécurité intérieure, les seuls garants légitimes de la stabilité et de l’intégrité territoriale du Liban », selon un communiqué américain.

Des bi-nationaux empêchés de quitter Gaza, attendent à Rafah

Des Palestiniens attendant de pouvoir entrer en Égypte au poste-frontière de Rafah, le 16 octobre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP)
Des Palestiniens attendant de pouvoir entrer en Égypte au poste-frontière de Rafah, le 16 octobre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP)

Les Américains palestiniens et d’autres citoyens ayant la double nationalité se sont précipités vers le point de passage de Rafah, dans le sud de Gaza, avec l’Égypte.

Alors que les ambassades demandaient à leurs citoyens à Gaza de se tenir prêts à la frontière, des foules de Palestiniens déçus, détenteurs de passeports américains, canadiens, allemands et britanniques, ont attendu des heures en vain pour au moins la cinquième fois cette semaine.

« Le passage n’est pas ouvert et les souffrances sont les mêmes », déclare la citoyenne américaine Dina al-Khatib. « Ils communiquent avec nous, mais il n’y a aucun changement. »

Al-Khatib a déclaré qu’elle et sa famille cherchaient désespérément à s’en sortir.

« Ce n’est pas comme les guerres précédentes », a-t-elle déclaré. « Il n’y a pas d’électricité, pas d’eau, pas d’internet, rien. »

Il n’est pas clair dans l’immédiat si ce sont les Palestiniens ou les Égyptiens qui les empêchent de partir.

74 % des victimes civiles identifiées

Environ 1 033 corps de civils tués lors de l’attaque du Hamas du 7 octobre ont été retrouvés, dont 765 ont été identifiés.

Parmi eux, 668 ont été transférés aux familles pour être enterrés.

« Les 765 victimes représentent 74 % des civils (non militaires) tués dans les combats et dont les corps ont été amenés pour identification », précise un communiqué.

« Des milliers de policiers travaillent par équipes 24 heures sur 24, sept jours sur sept, et participent au difficile travail d’identification », indique la police. Certains corps ont été gravement brûlés ou détruits, ce qui rend leur identification extrêmement difficile.

Environ 300 soldats tués lors de l’assaut et des combats qui ont suivi à la frontière de Gaza ont également été identifiés par Tsahal, portant le bilan officiel à plus de 1 300 morts.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi que le bilan de ce carnage sans précédent était d’au moins 1 400 personnes, voire plus.

Le patron du Web Summit démissionne

Le PDG et fondateur du Web Summit, Paddy Cosgrave, donnant une interview lors de la plus grande conférence technologique d'Europe, le Web Summit, à Lisbonne, le 2 novembre 2022. (Crédit : Patricia De Melo Moreira/AFP)
Le PDG et fondateur du Web Summit, Paddy Cosgrave, donnant une interview lors de la plus grande conférence technologique d'Europe, le Web Summit, à Lisbonne, le 2 novembre 2022. (Crédit : Patricia De Melo Moreira/AFP)

Le patron du Web Summit, un des principaux rendez-vous mondiaux de l’économie numérique, a annoncé samedi avoir démissionné de ses fonctions en raison des positions qu’il avait prises publiquement sur le conflit entre Israël et le Hamas.

« Malheureusement, mes commentaires personnels sont devenus une distraction de l’évènement », a expliqué l’Irlandais Paddy Cosgrave dans un bref communiqué envoyé à l’AFP.

« Le Web Summit va nommer un nouveau directeur général dans les plus brefs délais » et l’édition de cette année, qui doit rassembler du 13 au 16 novembre quelque 2 300 start-up et plus de 70 000 participants, « se déroulera comme prévu », a indiqué un porte-parole de l’organisation.

Toutefois, plusieurs entreprises, dont les géants Google et Meta (Facebook, Instagram), et têtes d’affiche ont décidé de boycotter le rendez-vous après que son organisateur en chef eut affirmé sur X (ex-Twitter) être « choqué par la rhétorique et les actions de nombreux dirigeants et gouvernements occidentaux » en soutien à Israël.

Erdogan parle de la possibilité d’amener les blessés de Gaza en Turquie

Le bureau du président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré avoir discuté avec le chef de la branche politique du Hamas, Ismail Haniyeh, de la possibilité d’amener les blessés de Gaza en Turquie pour y être soignés.

« Le président Erdoğan a déclaré que la Turquie œuvrait pour garantir que l’aide humanitaire parvienne à Gaza, que les blessés soient soignés en Turquie si nécessaire et qu’un cessez-le-feu soit conclu dans la région le plus rapidement possible », a déclaré le bureau d’Erdogan dans un tweet.

Il n’y a aucune mention des efforts visant à libérer les otages enlevés par le Hamas en Israël, bien que la Turquie ait déclaré plus tôt qu’elle intercéderait en leur faveur.

Ankara a multiplié les critiques à l’égard d’Israël, son allié, ces derniers jours.

Une soirée « pour la libération des otages » mardi à l’Assemblée

Une soirée, en présence notamment de plusieurs ministres et personnalités politiques de tous bords, se tiendra mardi à l’Assemblée afin d’appeler à la « libération des otages » détenus par le Hamas depuis les attaques contre Israël, a annoncé samedi Radio J, organisateur de l’événement.

Sont attendus, selon la radio communautaire juive, l’ancien président François Hollande, les ministres actuels Éric Dupond-Moretti, Olivier Véran, Sabrina Agresti-Roubache, Gabriel Attal, mais également l’ex Premier ministre Bernard Cazeneuve, les patrons de LR et du PS Eric Ciotti et Olivier Faure, ainsi que plusieurs présidents de groupe à l’Assemblée, comme l’écologiste Cyrielle Chatelain.

Au total, sept ressortissants français sont portés disparus. Un seul, la jeune Mia Shem, a le statut d’otage. « Pour les six autres il y a une présomption de prise en otage mais sans certitude », a précisé vendredi soir Emmanuel Macron, se disant « confiant » dans les canaux activés pour obtenir leur libération.

A ce stade, 30 Français sont morts.

Dans ce cadre, le journaliste de Radio J Frédéric Haziza souligne qu’ « un appel en faveur de leur libération immédiate et sans condition soit lancé depuis l’Assemblée est un symbole fort. Une initiative qui pourrait d’ailleurs être reprise par les autres pays dont des ressortissants sont aux mains du Hamas », soit environ 200 otages.

Tomer Bar : « Nous attaquerons le Hamas comme s’il n’avait subi aucun dommage »

Le chef de l’armée de l’air israélienne, le général de division Tomer Bar, à droite, s'adressant aux troupes du Shaldag dans le sud d'Israël, le 14 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef de l’armée de l’air israélienne, le général de division Tomer Bar, à droite, s'adressant aux troupes du Shaldag dans le sud d'Israël, le 14 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef de l’armée de l’air israélienne a déclaré que l’armée, lors de la prochaine incursion terrestre dans la bande de Gaza, traitera le groupe terroriste palestinien du Hamas comme s’il n’avait pas été touché par les deux dernières semaines de frappes aériennes intensives sur ses installations et autres infrastructures.

« Je ne voudrais pas échanger de place avec l’ennemi et rencontrer une brigade ou une division de Tsahal », a déclaré le chef de l’armée de l’air, Tomer Bar, lors d’une réunion d’information avec les hauts commandants.

« Avec la détermination que je vois, je pars confiant et, aux côtés de l’armée de l’air, nous sommes une machine qui fonctionnera, je n’en doute pas », dit Bar.

« Jusqu’à présent, nous avons frappé le Hamas avec des milliers de frappes aériennes, des milliers de bombes qui ont frappé avec précision. Le Hamas ne part pas de zéro aujourd’hui », ajoute-t-il.

« Toutefois, nous le traiterons comme s’il n’avait subi aucun dommage », poursuit Bar. « Nous allons entrer avec toute notre puissance et frapper [le Hamas] comme s’il nous combattait au premier jour. »

La Maison Blanche diffuse l’entretien de Joe Biden avec les deux otages libérées

La Maison Blanche publie la conversation du président américain Joe Biden avec les otages libérées Judith et Natalie Raanan.

Le Hezbollah annonce la mort d’un membre tué « en faisant le djihad »

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah annonce la mort d’un de ses membres, tué alors qu’il « faisait le djihad ».

Le Hezbollah ne précise pas où Ismaïl Ahmed al-Zein a été tué, mais on pense qu’il a été tué par une frappe israélienne lors de récents échanges de feu à la frontière libanaise.

Au moins 14 terroristes du Hezbollah ont été tués dans des frappes de représailles israéliennes dans le sud du Liban au cours des deux dernières semaines, après que le groupe terroriste a lancé de nombreuses attaques de missiles contre le nord d’Israël.

https://twitter.com/political_aya__/status/1715749191547265045

Un drone israélien frappe une autre cellule antichar à la frontière libanaise

L’armée israélienne déclare avoir effectué une nouvelle attaque de drone contre un groupe de terroristes au Sud-Liban qui préparait une attaque de missiles guidés antichar.

Tsahal publie des images de l’attaque contre le groupe, près du mont Dov.

C’est la troisième fois que l’armée israélienne prend pour cible un groupe de terroristes dans le sud du Liban aujourd’hui.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a revendiqué plusieurs attaques de missiles contre des positions de Tsahal et des villes israéliennes aujourd’hui, ainsi qu’au cours des deux dernières semaines.

Israël a donné son feu vert à l’aide à Gaza il y a plusieurs jours – fonctionnaire

Des travailleurs humanitaires égyptiens célébrant le passage d'un camion d'aide vers l'Égypte par le poste frontière de Rafah avec la bande de Gaza, le 21 octobre 2023. (Crédit : Kerolos Salah/AFP)
Des travailleurs humanitaires égyptiens célébrant le passage d'un camion d'aide vers l'Égypte par le poste frontière de Rafah avec la bande de Gaza, le 21 octobre 2023. (Crédit : Kerolos Salah/AFP)

Israël a donné son feu vert au passage de l’aide humanitaire par le point de passage égyptien de Rafah vers la bande de Gaza il y a plusieurs jours, a déclaré un responsable israélien au Times of Israel sous le couvert de l’anonymat.

Les 20 premiers camions d’aide sont passés de l’Égypte à Rafah ce matin, à une heure fixée par l’Égypte, selon le fonctionnaire.

L’aide a été l’un des premiers sujets abordés entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président américain Joe Biden, dans un contexte d’inquiétude croissante pour le bien-être des deux millions de Palestiniens de la bande de Gaza assiégée.

Leur crise a été exacerbée par les bombardements du groupe terroriste palestinien du Hamas sur les lignes d’eau et d’électricité à l’intérieur de la bande de Gaza, selon le responsable israélien.

Israël détient un droit de veto informel sur l’aide qui peut être transférée à Gaza, conformément aux accords conclus avec l’Égypte. Israël est particulièrement préoccupé par la contrebande d’armes dans la bande de Gaza ou par le détournement de l’aide au profit de l’effort de guerre du Hamas. Il a également exclu de laisser entrer du carburant dans la bande de Gaza.

L’Égypte, ajoute le fonctionnaire, craint que des réfugiés palestiniens ne pénètrent sur son territoire. Aucune personne n’a évacué Gaza par Rafah aujourd’hui, alors que l’on s’attendait à ce que les citoyens étrangers puissent être autorisés à partir.

Le Hamas affirme avoir pris pour cible un char israélien à la frontière de Gaza

Le groupe terroriste palestinien du Hamas affirme avoir pris pour cible un char israélien avec un missile guidé antichar à la frontière de Gaza, près de la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza.

Tsahal n’a pas encore commenté.

Un missile antichar tiré sur une ville à la frontière libanaise ; l’armée riposte par des tirs

L’armée israélienne déclare qu’un missile guidé antichar a été tiré depuis le Liban sur la zone proche de la ville de Baram, dans le nord du pays.

Tsahal ne fournit pas d’informations sur d’éventuelles victimes pour l’instant.

L’armée affirme que les troupes répondent par des tirs d’artillerie à la source du lancement du missile.

Netanyahu hué lors d’une visite du cabinet de guerre dans le sud avant l’incursion terrestre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les membres du cabinet de guerre se sont rendus dans le sud d’Israël aujourd’hui pour voir les préparatifs de l’armée en vue de l’incursion terrestre prévue à Gaza.

Le principal organe de sécurité est composé de Netanyahu, du ministre de la Défense Yoav Gallant et du ministre Benny Gantz.

À l’annonce de l’arrivée de Netanyahu au Commandement du Sud à Beer Sheva, plusieurs Israéliens sont venus protester contre lui et l’ont appelé à démissionner.

« Ce sont les derniers jours de votre régime corrompu », a crié l’un d’entre eux à l’attention du Premier ministre.

France : l’expulsion d’une terroriste du FPLP suspendue, l’Etat fait appel

Mariam Abou Daqqa. (Crédit : capture d’écran YouTube / Ivan Marin)
Mariam Abou Daqqa. (Crédit : capture d’écran YouTube / Ivan Marin)

Mariam Abou Daqqa a obtenu vendredi une suspension de l’arrêté d’expulsion qui la vise, la justice française estimant qu’il y a eu « une atteinte grave » à la liberté d’expression de la part du ministère de l’Intérieur qui a annoncé faire appel de cette décision.

Daqqa a été interdite d’accès à l’Assemblée nationale.

La participation de Daqqa à une conférence à l’Université Lyon-II avait par ailleurs créé une polémique la semaine dernière.

Plusieurs proches d’un ex-membre du Congrès US tués lors des frappes sur Gaza

Justin Amash, ancien membre du Congrès américain, affirme que plusieurs membres de sa famille ont été tués en début de semaine à la suite d’une frappe aérienne israélienne à Gaza.

« J’ai maintenant la confirmation que plusieurs membres de ma famille (dont Viola et Yara sur la photo) ont été tués à l’église orthodoxe Saint Porphyrius de Gaza, où ils avaient trouvé refuge, lorsqu’une partie du complexe a été détruite à la suite d’une frappe aérienne israélienne », tweete Amash, le premier membre palestinien américain du Congrès.

« La communauté chrétienne palestinienne a tant enduré. Notre famille souffre beaucoup. Que Dieu veille sur tous les chrétiens de Gaza et sur tous les Israéliens et Palestiniens qui souffrent, quelle que soit leur religion ou leur croyance », ajoute-t-il.

Amash était entré au Congrès en 2011 en tant que représentant républicain du troisième district du Michigan, mais il avait quitté le parti et s’était inscrit en tant qu’indépendant pendant les deux dernières années de sa décennie à la Chambre des représentants.

Blinken se félicite de l’aide à Gaza, s’efforce toujours d’en faire sortir les étrangers

Des camions transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza arrivant d'Égypte, à Rafah, le 21 octobre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)
Des camions transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza arrivant d'Égypte, à Rafah, le 21 octobre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)

Les États-Unis se félicitent de la livraison d’un convoi de 20 camions transportant de l’aide humanitaire pour les civils de Gaza par le point de passage égyptien de Rafah, pour la première fois depuis l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken dans un communiqué.

Blinken remercie l’Égypte, Israël et les Nations unies d’avoir assuré l’acheminement de cette aide qui, selon lui, permettra de commencer à résoudre la crise humanitaire à Gaza, où les habitants n’ont pas accès à suffisamment de nourriture, d’eau, de soins médicaux et d’abris sûrs.

Blinken explique que la réouverture de Rafah fait suite à plusieurs jours d’engagements diplomatiques « exhaustifs » des États-Unis avec Israël et l’Égypte, et il appelle les deux parties à faire leur part pour maintenir Rafah ouvert afin que davantage d’aide puisse être acheminée à Gaza.

« Le Hamas ne doit pas entraver l’acheminement de cette aide vitale », déclare Blinken. « Les civils palestiniens ne sont pas responsables de l’horrible terrorisme du Hamas et ils ne doivent pas souffrir de ses actes dépravés. »

« Comme l’a déclaré le président Biden, si le Hamas vole ou détourne cette aide, il aura démontré une fois de plus qu’il ne se soucie pas du bien-être du peuple palestinien et, dans la pratique, il empêchera la communauté internationale de fournir cette aide », ajoute-t-il.

Blinken indique que les États-Unis continueront à œuvrer à l’établissement de zones de sécurité à Gaza où les civils pourront se rendre pour se mettre à l’abri du danger, à permettre aux citoyens américains désireux de quitter la bande de Gaza de le faire et à obtenir la libération des otages.

Les ressortissants étrangers n’ont pas été autorisés à quitter la bande de Gaza aujourd’hui, lorsque l’Égypte a brièvement ouvert la frontière pour permettre l’entrée du premier convoi.

Une vidéo de l’armée montre une frappe à la frontière libanaise

L’armée israélienne publie une vidéo montrant une frappe aérienne contre une escouade de missiles guidés antichars dans le sud du Liban qui a lancé un missile sur Margaliot, blessant deux travailleurs thaïlandais.

Des images publiées par les médias libanais montrent une voiture en feu dans le village de Houla, dans le sud du Liban.

Dans une autre vidéo publiée par Tsahal, on voit un poste d’observation du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban frappé par des membres de l’unité d’élite Maglan.

L’armée israélienne affirme qu’un de ses chars a bombardé un autre poste du Hezbollah dans la région en réponse aux récentes attaques de missiles.

Washington exhorte toutes les parties à laisser ouvert le poste-frontière de Rafah

Des camions du Croissant Rouge égyptien transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza traversant la frontière de Rafah, à Rafah, en Égypte, le 21 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Asad/AP Photo)
Des camions du Croissant Rouge égyptien transportant de l'aide humanitaire pour la bande de Gaza traversant la frontière de Rafah, à Rafah, en Égypte, le 21 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Asad/AP Photo)

Les Etats-Unis ont exhorté samedi toutes les parties prenantes au conflit israélo-palestinien et à la guerre entre l’Etat hébreu et le groupe terroriste du Hamas à laisser ouvert le poste-frontière de Rafah, après l’entrée du premier convoi humanitaire dans la bande de Gaza en provenance d’Egypte.

« Nous pressons toutes les parties de laisser le point de passage de Rafah ouvert pour que soit acheminée de manière continue une aide indispensable au bien-être de la population de Gaza », a déclaré dans un communiqué le secrétaire d’Etat Antony Blinken qui est revenu d’une tournée régionale au Proche-Orient et alors que le président Joe Biden était à Tel-Aviv mercredi.

Des roquettes tirées sur Tel Aviv et le sud du pays

Une importante salve de roquettes est tirée sur le sud et le centre d’Israël.

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent à Tel Aviv, Bat Yam, Ashdod et Yavne.

Il n’y a pas d’informations immédiates sur des impacts directs ou des victimes.

2 travailleurs thaïlandais blessés lors d’un tir de missile du Hezbollah au nord

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) indique que deux travailleurs thaïlandais, âgés de 35 ans, ont été blessés par des éclats d’obus lors d’une attaque de missiles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah en provenance du Liban dans la région de Margaliot, dans le nord d’Israël.

L’un d’eux se trouve dans un état modéré après avoir été blessé à la poitrine, et l’autre est légèrement blessé, précise MDA.

Tous deux sont évacués dans un hôpital proche.

Un missile antichar tiré sur Margaliot, 2 blessés dont un grave

L’armée déclare qu’un missile guidé antichar a été tiré depuis le Liban sur Margaliot, dans le nord d’Israël.

Tsahal déclare avoir effectué une attaque de drone contre la cellule qui a lancé le missile.

Séparément, un autre missile a été lancé depuis le Liban vers Hanita, indique l’armée, ajoutant que les troupes ont répondu par des tirs d’artillerie à la source du lancement du missile.

Tsahal signale deux travailleurs étrangers blessés, dont un grave.

Dans une autre attaque de drone, l’armée dit avoir touché une cellule qui lançait des roquettes depuis le Liban dans la région du mont Dov, à la frontière.

Tsahal publie une vidéo montrant l’attaque de drone contre la cellule terroriste lançant des roquettes dans le sud du Liban.

La préparation et l’entraînement se poursuivent pour l’incursion terrestre – armée

L’armée déclare qu’elle continue de se préparer à l’incursion terrestre prévue dans la bande de Gaza, des « plans pour l’expansion des combats » ayant été approuvés ces derniers jours.

Les troupes « s’entraînent conformément aux plans opérationnels approuvés », indique Tsahal.

L’armée a déployé des dizaines de milliers de soldats à la frontière de Gaza ces derniers jours, en prévision d’une incursion terrestre majeure qui, selon les responsables, débutera « bientôt ».

68 terroristes du Hamas arrêtés en Cisjordanie et une maison de terroriste démolie

Une femme drapée dans un drapeau palestinien se préparant à lancer des pierres en direction des forces israéliennes lors d'affrontements avec elles à l'entrée nord de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 20 octobre 2023 (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Une femme drapée dans un drapeau palestinien se préparant à lancer des pierres en direction des forces israéliennes lors d'affrontements avec elles à l'entrée nord de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 20 octobre 2023 (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

L’armée israélienne déclare que les troupes ont arrêté 670 Palestiniens recherchés en Cisjordanie, dont plus de 450 affiliés au groupe terroriste palestinien du Hamas, depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza le 7 octobre.

Au cours de la nuit, 68 terroristes du Hamas ont été arrêtés, selon l’armée.

Toujours dans la nuit, Tsahal déclare que les troupes ont démoli la maison du terroriste du Hamas Maher Shalloun – dans le camp de réfugiés d’Aqabat Jabr – qui est accusé d’avoir tué le citoyen israélo-américain Elan Ganeles sur la Route 90 en février.

Elan Ganeles, tué dans une fusillade terroriste en Cisjordanie, le 27 février 2023. (Crédit : Consulat général d’Israël à New York)

Au cours des deux dernières semaines, il y a eu plusieurs affrontements entre Tsahal et des Palestiniens armés en Cisjordanie, ainsi que plusieurs tentatives d’attaques terroristes, selon l’armée.

Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP), au moins 84 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués par l’armée israélienne et les résidents d’implantations depuis le 7 octobre.

Des roquettes tirées sur le mont Dov ; les troupes répondent par des tirs

La clôture d'une position militaire israélienne endommagée après que le Hezbollah l'a ciblée par des roquettes sur le mont Dov à la frontière libanaise, le 8 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)
La clôture d'une position militaire israélienne endommagée après que le Hezbollah l'a ciblée par des roquettes sur le mont Dov à la frontière libanaise, le 8 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

L’armée israélienne déclare qu’un certain nombre de roquettes ont été lancées depuis le Liban sur la zone du mont Dov, à la frontière, où se trouvent plusieurs sites militaires et aucune ville.

Tsahal indique que les troupes répondent par des tirs d’artillerie sur les sources des tirs de roquettes.

La zone contestée du mont Dov a été attaquée à plusieurs reprises ces derniers jours.

Une maison de Sderot touchée par une roquette, aucun blessé à déplorer

Une maison de Sderot touchée par des tirs de roquettes en provenance de la bande de Gaza, le 21 octobre 2023. (Crédit : Municipalité de Sderot)
Une maison de Sderot touchée par des tirs de roquettes en provenance de la bande de Gaza, le 21 octobre 2023. (Crédit : Municipalité de Sderot)

Une maison de la ville de Sderot, dans le sud du pays, a été touchée par une roquette lancée lors de la dernière salve de roquettes en provenance de la bande de Gaza, selon la municipalité.

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) indique qu’il n’y a pas de blessés.

Important tir de roquettes sur le centre d’Israël

Des terroristes palestiniens de Gaza tirent une importante salve de roquettes sur le centre d’Israël.

Plusieurs fortes explosions sont entendues, apparemment causées par les interceptions du Dôme de Fer.

Les sirènes d’alerte à la roquette se déclenchent à Rishon Letzion, Ness Tziona, Yehud et dans d’autres villes de la région.

Il n’y a pas encore d’information sur d’éventuels dégâts matériels ou blessés.

L’arrivée d’aide humanitaire à Gaza est un pas « important », dit Olaf Scholz

Le chancelier allemand Olaf Scholz monte à bord de son avion, le 17 octobre 2023, près de Berlin, pour se rendre en Israël. (Crédit : Michael Kappeler / POOL / AFP)
Le chancelier allemand Olaf Scholz monte à bord de son avion, le 17 octobre 2023, près de Berlin, pour se rendre en Israël. (Crédit : Michael Kappeler / POOL / AFP)

L’arrivée dans la bande de Gaza contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas de premiers camions transportant de l’aide humanitaire est un pas « important », a estimé samedi le chancelier allemand Olaf Scholz.

« Il est bon et important qu’une première aide humanitaire arrive maintenant pour les habitants de Gaza. Ils ont besoin d’eau, de nourriture et de médicaments – nous ne les laissons pas seuls », a écrit le dirigeant allemand sur X (ex-Twitter), ajoutant que l’Allemagne « continue à s’engager par tous les moyens pour atténuer les souffrances dans ce conflit ».

Les premières livraisons d’aide à Gaza sont « un signe d’espoir en ces heures difficiles », a réagi la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock dans un message également posté sur X.

« Nous continuons à travailler d’arrache-pied à l’extension des livraisons. Car la population civile de Gaza manque de tout », a-t-elle ajouté.

4 hôpitaux du nord de Gaza refusent d’évacuer, le Hamas les utilisant comme boucliers

Un Palestinien marchant avec un enfant tandis qu'une femme en réconforte un autre à l'extérieur de l'hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza, le 12 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Un Palestinien marchant avec un enfant tandis qu'une femme en réconforte un autre à l'extérieur de l'hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza, le 12 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Un responsable israélien de la sécurité déclare que plusieurs hôpitaux du nord de la bande de Gaza n’ont pas encore été évacués malgré l’appel de l’armée israélienne à se déplacer vers le sud.

« Dans le nord de la bande de Gaza, il y a 20 hôpitaux. À l’heure actuelle, six ont déjà été évacués, dix ne l’ont pas encore été et quatre refusent de le faire », déclare le responsable.

Il ajoute qu’il est difficile pour certains hôpitaux de déplacer des patients gravement blessés ou malades, mais que l’armée est « en contact direct avec presque tous les directeurs d’hôpitaux et nous les encourageons à évacuer ».

Le responsable accuse également le groupe terroriste palestinien du Hamas d’utiliser certains hôpitaux comme abris, « parce qu’il sait qu’il s’agit d’un site sensible que nous éviterons d’attaquer ».

Yaël Braun-Pivet en Israël de samedi soir à dimanche soir – sources

Yael Braun-Pivet, avec une fleur en papier offerte par un homme au 'Centre de Rétention Administrative' (CRA), une structure de détention des migrants à Vincennes, à l'est de Paris, le 18 septembre 2019. (Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP via Getty Images)
Yael Braun-Pivet, avec une fleur en papier offerte par un homme au 'Centre de Rétention Administrative' (CRA), une structure de détention des migrants à Vincennes, à l'est de Paris, le 18 septembre 2019. (Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP via Getty Images)

La présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, va se rendre en Israël de samedi soir à dimanche soir pour un voyage « de soutien » et « humanitaire », a-t-on appris samedi de sources parlementaires.

Mme Braun-Pivet sera accompagnée du président de LR et député Eric Ciotti, du député des Français de l’étranger Meyer Habib, et du député Renaissance Mathieu Lefèvre, président du groupe d’amitié France-Israël.

La délégation prévoit de se rendre dans les kibboutz en bordure de la bande de Gaza, où ont eu lieu les massacres du 7 octobre perpétrés par le mouvement islamiste palestinien Hamas, avec le président de la Knesset Amir Ohana, et de rencontrer des parlementaires israéliens.

Une dizaine de parlementaires français LR, Renaissance et Horizons se sont déjà rendus en Israël en début de semaine, accompagnés de l’ancien Premier ministre Manuel Valls, pour manifester leur solidarité auprès du peuple israélien et rencontrer des proches des victimes ou des otages français.

Le président de la République Emmanuel Macron a affirmé vendredi qu’il n’excluait pas un déplacement au Proche-Orient « dans les prochains jours, les toutes prochaines semaines », s’il parvenait à « obtenir des choses utiles » grâce à ce voyage.

Yohav Gallant : Le Hezbollah paie un « lourd tribut » pour ses attaques contre Israël

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant à des soldats au camp de Biranit, à la frontière libanaise, le 21 octobre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant à des soldats au camp de Biranit, à la frontière libanaise, le 21 octobre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, déclare que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah  a payé « un lourd tribut » pour ses attaques de missiles, de roquettes et de tirs contre des sites militaires israéliens, des troupes et des villes israéliennes dans le nord d’Israël au cours des derniers jours.

« Le Hezbollah a décidé de participer aux combats, nous lui faisons payer un lourd tribut », déclare le général Gallant aux troupes de la 91e division territoriale, dans le camp de Biranit, à la frontière libanaise.

Plus de 13 terroristes du Hezbollah ont été tués dans des frappes de représailles israéliennes dans le sud du Liban au cours des deux dernières semaines.

Un réserviste israélien de 22 ans a été tué suite à un missile anti-char.

« Les défis deviendront plus importants [qu’ils ne le sont actuellement], et vous devez en tenir compte, afin d’être prêts, tel un ressort, à faire face à n’importe quelle situation. »

Hagari : 550 roquettes tirées depuis Gaza sont retombées dans la bande de Gaza

Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza en direction d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Dahman/AP Photo)
Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza en direction d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Dahman/AP Photo)

Le porte-parole de l’armée, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré qu’au cours de la journée écoulée, un cinquième des roquettes lancées par les groupes terroristes palestiniens à Gaza ne sont pas sorties de la bande de Gaza.

« Plus de 550 roquettes lancées par le Hamas et le Jihad islamique palestinien sont retombées [dans la bande], tuant des civils innocents à Gaza », souligne Hagari.

« Ils tuent leurs propres civils. »

La presse tait un attentat au Royaume-Uni pour venger Gaza

Des manifestants brandissant des fusées lors d'une manifestation pro-palestinienne à Londres, le 14 octobre 2023. (Crédit : Kin Cheung/AP Photo)
Des manifestants brandissant des fusées lors d'une manifestation pro-palestinienne à Londres, le 14 octobre 2023. (Crédit : Kin Cheung/AP Photo)

Le quotidien britannique Daily Telegraph rapporte qu’un attentat terroriste a été perpétré en Grande-Bretagne par un demandeur d’asile qui prétendait vouloir venger Gaza.

Le journal affirme que les détails de l’attentat ne sont pas rendus publics pour des raisons de sécurité.

Le quotidien indique que l’homme a été arrêté et qu’il a déclaré à la police qu’il l’avait fait « pour la Palestine ».

L’article cite Iain Duncan Smith, l’ancien chef du Parti conservateur, qui a déclaré que la population avait le droit d’être informée des menaces.

« Je pense que le peuple a le droit de savoir que quelque chose s’est produit. S’ils s’inquiètent d’une réaction, les gens ont besoin de savoir si leurs rues sont sûres », a-t-il déclaré au Daily Telegraph.

L’article fait état des grandes manifestations anti-Israël qui ont eu lieu à Londres la semaine dernière et de celles qui sont prévues aujourd’hui.

Des gens manifestant, avec un énorme drapeau palestinien, à l’occasion d’une « marche pour la Palestine » à Londres, le 14 octobre 2023. (Crédit : Adrian Dennis/AFP)

Un responsable israélien de la sécurité : « Il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza »

Des employés du Croissant-Rouge palestinien déchargeant des camions transportant de l'aide humanitaire après leur entrée dans la bande de Gaza depuis l'Égypte via le poste-frontière de Rafah, le 21 octobre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des employés du Croissant-Rouge palestinien déchargeant des camions transportant de l'aide humanitaire après leur entrée dans la bande de Gaza depuis l'Égypte via le poste-frontière de Rafah, le 21 octobre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Un responsable israélien de la sécurité affirme qu’il n’y a pas de crise humanitaire dans la bande de Gaza, alors que l’armée continue d’ordonner aux Palestiniens de se déplacer vers le sud.

Selon l’armée israélienne, quelque 700 000 personnes, sur une population estimée à 1,1 million d’habitants dans le nord de la bande de Gaza, ont évacué vers le sud ces derniers jours.

« À l’heure actuelle, je peux vous dire qu’il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza. Il est difficile de déplacer les gens en quelques jours vers le sud de la bande de Gaza, mais la population s’en sort », a déclaré le responsable à la presse.

« Il n’y a pas de pénurie d’eau à Gaza, il y a suffisamment de nourriture pour les semaines à venir, sans compter l’approvisionnement en médicaments qui, pour autant que nous le sachions, ne manquent pas dans les hôpitaux », poursuit-il.

Il ajoute que le groupe terroriste palestinien du Hamas tente toujours d’empêcher les gens de se déplacer vers le sud.

Pendant ce temps, le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré lors d’une conférence de presse que la nourriture, l’eau et l’aide médicale entreront dans la partie sud de Gaza par le point de passage égyptien de Rafah.

« Le carburant n’entrera pas dans la bande de Gaza », a déclaré Hagari.

Hagari précise que l’armée « poursuivra ses frappes sur les bastions du Hamas dans le nord de la bande de Gaza ».

Les familles de 210 otages informées que leurs proches sont détenus à Gaza

Des partisans et des membres des familles des otages israéliens enlevés par le groupe terroriste palestinien du Hamas manifestant devant la base militaire israélienne Kirya, dans le centre de Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)
Des partisans et des membres des familles des otages israéliens enlevés par le groupe terroriste palestinien du Hamas manifestant devant la base militaire israélienne Kirya, dans le centre de Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée avait jusqu’à présent informé les familles de 210 otages que leurs proches étaient actuellement détenus dans la bande de Gaza.

Il précise que ce nombre n’est pas définitif car l’armée étudie de nouvelles informations sur les disparus.

Ce nombre ne comprend pas Judith Raanan et sa fille Natalie qui ont été relâchées la nuit dernière par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Un engin artisanal explose près de l’ambassade d’Israël à Chypre ; aucun blessé

Les médias locaux rapportent qu’un engin explosif a explosé cette nuit près de l’ambassade d’Israël à Nicosie, à Chypre, sans faire de blessés.

Selon les informations, l’engin artisanal n’a pas causé de dommages significatifs.

La police a arrêté quatre personnes, d’origine syrienne, soupçonnées d’être impliquées dans l’attentat.

Le ministère des Affaires étrangères n’a pas encore confirmé l’information.

Israël appelle ses citoyens à quitter immédiatement l’Egypte et la Jordanie

Manifestation anti-Israël devant l'ambassade d'Israël à Amman, le 18 octobre 2023. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)
Manifestation anti-Israël devant l'ambassade d'Israël à Amman, le 18 octobre 2023. (Crédit : Khalil MAZRAAWI / AFP)

Israël a appelé samedi ses citoyens se trouvant en Egypte et en Jordanie à les quitter « le plus rapidement possible » en raison d’une « aggravation des manifestations contre Israël ».

Une alerte similaire, de niveau 4, le plus élevé, avait déjà été émise pour la Turquie et les recommandations ont été relevées au niveau 3 pour le Maroc, conseillant aux Israéliens de ne pas s’y rendre.

« En raison de la poursuite de la guerre, et d’une aggravation significatives ces derniers jours des manifestations contre Israël (…) et des manifestations d’hostilité et de violence contre les symboles israéliens et juifs », l’ensemble du « Moyen-Orient et des pays arabes » sont déconseillés aux Israéliens, a mis en garde le Conseil national de sécurité israélien dans un communiqué.

Deux touristes israéliens et leur guide égyptien avaient été tués par un policier à Alexandrie le 8 octobre, au lendemain des massacres du Hamas sur Israël.

Les premiers camions d’aide humanitaire venus d’Egypte entrent dans Gaza

Les premiers camions transportant de l’aide humanitaire sont entrés samedi dans la bande de Gaza depuis l’Egypte, au quinzième jour de la guerre entre Israël et le Hamas au pouvoir dans le territoire palestinien.

Cinq premiers camions chargés d’aide ont franchi le terminal de Rafah frontalier de l’Egypte, ouvert exceptionnellement pour cette opération humanitaire, et ont pénétré en territoire palestinien, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Frappes nocturnes à Gaza : L’armée affirme avoir touché de nombreux sites du Hamas

L’armée israélienne affirme avoir mené des frappes contre de nombreux sites du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza au cours de la nuit.

Les sites comprennent des centres de commandement et d’autres infrastructures appartenant au groupe terroriste, indique Tsahal.

L’armée ajoute qu’elle a également frappé un certain nombre de sites de lancement de missiles antichars et des positions de tireurs d’élite dans de hauts immeubles.

Tsahal publie des images des frappes.

Tsahal annonce la mort d’un réserviste le long de la frontière libanaise

De la fumée s’élevant à l'intérieur d'une position de l'armée israélienne qui a été touchée par des missiles lancés par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, vue du village de Tair Harfa, un village libanais frontalier avec Israël, au Sud-Liban, le 20 octobre 2023. (Crédit : Hassan Ammar/AP Photo)
De la fumée s’élevant à l'intérieur d'une position de l'armée israélienne qui a été touchée par des missiles lancés par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, vue du village de Tair Harfa, un village libanais frontalier avec Israël, au Sud-Liban, le 20 octobre 2023. (Crédit : Hassan Ammar/AP Photo)

Un soldat de réserve israélien a été tué vendredi lors d’une attaque au missile antichar le long de la frontière avec le Liban, selon l’armée israélienne.

Il s’agit du sergent-chef Omer Balva, 22 ans, originaire de Herzliya.

Washington et l’UE pousseraient Israël à retarder l’incursion terrestre – haut fonctionnaire

Des soldats israéliens déplaçant un char dans une zone de rassemblement près de la frontière avec la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
Des soldats israéliens déplaçant un char dans une zone de rassemblement près de la frontière avec la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)

Après la libération de deux otages de Gaza par le groupe terroriste palestinien du Hamas, les États-Unis et plusieurs gouvernements européens font discrètement pression sur Israël pour qu’il attende avant de lancer une invasion terrestre de Gaza, craignant que l’incursion ne fasse échouer les efforts visant à obtenir d’autres libérations d’otages dans un avenir prévisible, a déclaré un haut fonctionnaire diplomatique au Times of Israel.

Les gouvernements occidentaux qui font actuellement pression sur Israël ont tous des citoyens parmi ceux qui manquent à l’appel et pensent que plus le temps passe, plus il sera difficile d’obtenir la libération des otages, a déclaré le fonctionnaire.

Les gouvernements reconnaissent qu’une incursion terrestre est très probable et ne disent pas à Israël de ne pas la lancer, mais plutôt d’attendre pour essayer de voir si des efforts diplomatiques supplémentaires peuvent être couronnés de succès, a déclaré le haut fonctionnaire diplomatique.

Biden établit un lien entre l’assaut du Hamas et l’éventuel accord israelo-saoudien

Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une réunion avec la Commission de l'Europe, à la Maison Blanche, à Washington, le 20 octobre 2023. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)
Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une réunion avec la Commission de l'Europe, à la Maison Blanche, à Washington, le 20 octobre 2023. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)

Le président américain Joe Biden déclare lors d’une collecte de fonds de campagne, « l’une des raisons pour lesquelles le Hamas s’en est pris à Israël (…) est qu’ils savaient que j’allais m’asseoir avec les Saoudiens ».

« Devinez quoi, les Saoudiens voulaient reconnaître Israël », a-t-il ajouté, donnant des détails sur les efforts américains visant à négocier un accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite, qui semblent avoir été mis en suspens à la suite de l’assaut meurtrier du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre.

L’Arabie saoudite s’est montrée très critique à l’égard des représailles israéliennes sur Gaza au cours des deux dernières semaines et les responsables américains ont reconnu que l’effort de normalisation n’était plus une priorité immédiate.

Les fonctionnaires de l’administration Biden ont suggéré que le sabordage de l’effort de normalisation pourrait avoir été une motivation du Hamas, mais les remarques du président semblent être la raison la plus claire que quiconque dans son administration ait avancée pour suggérer une corrélation directe.

Sommet « pour la paix » en Egypte au 15e jour de guerre Israël-Hamas

L’Egypte accueille samedi des dirigeants et représentants de pays arabes et occidentaux pour un « Sommet pour la paix ».

Le patron de l’ONU Antonio Guterres, qui était vendredi à Rafah, le poste-frontière entre l’Egypte et Gaza, sera présent, ainsi que les dirigeants européens Charles Michel et Josep Borrell.

Le roi de Jordanie Abdallah II et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et des chefs de diplomatie, notamment de France, de Grande-Bretagne et d’Allemagne participeront également au sommet qui se tiendra dans la Nouvelle capitale qui borde Le Caire.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avait initialement annoncé une conférence internationale sur « l’avenir de la question palestinienne » avant d’opter pour un « Sommet pour la paix ».

Premier pays arabe à avoir signé la paix avec Israël en 1979, Le Caire est un médiateur traditionnel entre Israël et les Palestiniens – notamment le Hamas.

L’Egypte tient également l’unique ouverture sur le monde de la bande de Gaza qui ne soit pas contrôlée par Israël, Rafah. Et c’est par là que l’aide alimentaire et humanitaire commençait à être acheminée samedi. C’est aussi vers l’Egypte que les étrangers et binationaux de Gaza devraient sortir.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.