Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Les prisonniers palestiniens libérés accueillis en « héros » sous des feux d’artifice

La foule rassemblée à Beitunia arbore essentiellement le drapeau du groupe terroriste palestinien du Hamas

  • À Baytunia, en Cisjordanie, des prisonniers palestiniens (portant des pulls gris) brandissent des drapeaux palestiniens et du Hamas le 24 novembre 2023 après avoir été libérés de la prison militaire israélienne d'Ofer, en échange d'otages innocents libérés par le groupe terroriste palestinien qui les avaient capturés le 7 octobre et détenus depuis à Gaza. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    À Baytunia, en Cisjordanie, des prisonniers palestiniens (portant des pulls gris) brandissent des drapeaux palestiniens et du Hamas le 24 novembre 2023 après avoir été libérés de la prison militaire israélienne d'Ofer, en échange d'otages innocents libérés par le groupe terroriste palestinien qui les avaient capturés le 7 octobre et détenus depuis à Gaza. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Nour Al-Taher (au centre), une prisonnière palestinienne libérée dans le cadre d'un accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas en échange d'otages innocents détenus à Gaza, à Baytunia, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    Nour Al-Taher (au centre), une prisonnière palestinienne libérée dans le cadre d'un accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas en échange d'otages innocents détenus à Gaza, à Baytunia, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Hanin Barghouti (au centre), une prisonnière palestinienne, dont les quatre enfants sont en prison, s'exprime après sa libération dans le cadre d'un accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste du Hamas en échange d'otages innocents détenus par le Hamas à Gaza, à Baytunia, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023.(Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    Hanin Barghouti (au centre), une prisonnière palestinienne, dont les quatre enfants sont en prison, s'exprime après sa libération dans le cadre d'un accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste du Hamas en échange d'otages innocents détenus par le Hamas à Gaza, à Baytunia, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023.(Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Raghad Fan (à gauche), une prisonnière palestinienne est accueillie par sa famille à l'occasion de sa libération dans le cadre d'un accord de trêve entre Israël et le Hamas en échange d'otages innocents détenus par le groupe terroriste palestinien à Gaza, à Baytunia, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    Raghad Fan (à gauche), une prisonnière palestinienne est accueillie par sa famille à l'occasion de sa libération dans le cadre d'un accord de trêve entre Israël et le Hamas en échange d'otages innocents détenus par le groupe terroriste palestinien à Gaza, à Baytunia, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Des feux d'artifice jaillissent dans le ciel alors que les prisonniers palestiniens libérés du complexe militaire israélien d'Ofer en échange d'otages innocents libérés par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza défilent à Baytunia, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : Jaafar ASHTIYEH / AFP)
    Des feux d'artifice jaillissent dans le ciel alors que les prisonniers palestiniens libérés du complexe militaire israélien d'Ofer en échange d'otages innocents libérés par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza défilent à Baytunia, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : Jaafar ASHTIYEH / AFP)
  • Marah Bakr (à gauche), une Palestinienne détenue dans une prison israélienne pendant huit ans et libérée le 24 novembre 2023, dans le cadre d'un accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas en échange d'otages innocents détenus à Gaza, s'entretient avec les médias dans sa maison de Jérusalem-Est aux côtés de sa mère Sawsan. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
    Marah Bakr (à gauche), une Palestinienne détenue dans une prison israélienne pendant huit ans et libérée le 24 novembre 2023, dans le cadre d'un accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas en échange d'otages innocents détenus à Gaza, s'entretient avec les médias dans sa maison de Jérusalem-Est aux côtés de sa mère Sawsan. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)

A Beitunia, des centaines de Palestiniens sont venus fêter vendredi ce qu’un orateur a appelé les 39 « héros » enfermés « pour la liberté de tous les Palestiniens » sous les slogans, au milieu des feux d’artifice, dans une nuée de keffieh, de drapeaux palestiniens et des différents mouvements dont l’enseigne de guerre verte du groupe terroriste palestinien du Hamas. Il parlait en fait des prisonniers palestiniens sécuritaires qui ont été échangés contre des otages civils innocents capturés par des terroristes palestiniens du Hamas et des civils gazaouis le 7 octobre dernier lors d’un massacre sans précédent commis en Israël qui a tué plus de 1 200 Israéliens, en grande majorité des civils.

Plus au nord, à Balata, le camp de réfugiés de Naplouse, la grande ville du nord de la Cisjordanie, la sortie « des héros » réjouit aussi la foule.

Mais personne, lance un autre orateur, n’oublie « nos frères qui résistent et qui tiennent bon à Gaza, à Jénine », bastion du terrorisme palestinien en Cisjordanie.

À Jérusalem, la joie s’exprime à bas bruit. « La police est chez nous et empêche les gens de venir nous voir », assure à l’AFP Fatina Salman. Car toute célébration autour des prisonniers libérés est sans surprise interdite dans la capitale israélienne.

Des feux d’artifice jaillissent dans le ciel alors que les prisonniers palestiniens libérés du complexe militaire israélien d’Ofer en échange d’otages innocents libérés par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza défilent à Baytunia, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : Jaafar ASHTIYEH / AFP)

Sa fille Malak, 23 ans, avait été arrêtée sur le chemin de l’école il y a sept ans pour avoir tenté de poignarder un policier à Jérusalem à l’âge de 16 ans. Incarcérée en février 2016, elle ne devait pas sortir avant 2025, mais suite à l’accord de trêve, elle a été libérée contre des enfants israéliens pris en otage.

Marah Bakir, elle, ne quitte pas sa mère dans la maison familiale du quartier de Beit Hanina de Jérusalem-Est. Le débit saccadé, cette Palestinienne de 24 ans dont huit passées en prison enchaîne les interviews devant les caméras. « Je suis heureuse mais ma libération s’est faite au prix du sang des martyrs », déclare-t-elle, en évoquant les morts à Gaza suite à la riposte militaire israélienne menée depuis le 7 octobre, qu’il s’agisse d’innocents ou de terroristes. Le journaliste de l’AFP ne précise pas les motifs de son incarcération.

Marah Bakr (à gauche), une Palestinienne détenue dans une prison israélienne pendant huit ans et libérée le 24 novembre 2023, dans le cadre d’un accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas en échange d’otages innocents détenus à Gaza, s’entretient avec les médias dans sa maison de Jérusalem-Est aux côtés de sa mère Sawsan. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)

Ce dernier la cite : La liberté « loin des quatre murs de la prison », c’est « magnifique », dit-elle, un voile bleu fleuri sur la tête et recouvrant tout son corps. « J’ai passé la fin de mon enfance et mon adolescence en prison, loin de mes parents et de leurs câlins, mais c’est comme ça avec un Etat qui nous oppresse et ne laisse aucun de nous tranquilles, » assure-t-elle.

Son téléphone n’en finit pas de sonner : des proches, des amis qui tiennent à dire un mot au plus vite. Puis sa mère lui apporte un verre d’eau et siffle la fin de la séance médiatique. « Désolée, laissez la se rafraîchir un peu »…

Des prisonniers palestiniens (portant des pulls gris) applaudissent le 24 novembre 2023 après avoir été libérés de la prison militaire israélienne d’Ofer à Baytunia, en Cisjordanie, en échange d’otages innocents libérés par le groupe terroriste palestinien qui les avaient capturés le 7 octobre et détenus depuis à Gaza. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.