Rechercher

Les résidents d’implantation manifestent contre les attaques palestiniennes aux pierres

Une jeune femme a failli mourir quand sa voiture a été la cible de jets de pierres la semaine dernière

Capture d'écran d'une vidéo d'une manifestation de résidents d'implantation israéliens dans le nord de la Cisjordanie contre les attaques de véhicules par des Palestiniens à coups de pierres, le 25 novembre 2021. (Crédit : Ynet)
Capture d'écran d'une vidéo d'une manifestation de résidents d'implantation israéliens dans le nord de la Cisjordanie contre les attaques de véhicules par des Palestiniens à coups de pierres, le 25 novembre 2021. (Crédit : Ynet)

Des dizaines d’habitants des implantations israéliennes de la région de Binyamin, dans le nord de la Cisjordanie, ont manifesté jeudi pour protester contre ce qu’ils appellent une recrudescence des attaques aux jets de pierres par des Palestiniens.

Les manifestants se sont rassemblés près du village palestinien de Luban e-Sharkiya, a rapporté le site d’information Ynet.

Les résidents d’implantation ont affirmé qu’il y a eu récemment une augmentation des jets de pierres, et ont averti que des vies sont en jeu.

Noya Ivgi, 24 ans, étudiante à l’université d’Ariel dans le nord de la Cisjordanie, a décrit à Ynet comment sa voiture a été la cible de jets de pierres la semaine dernière.

Ivgi conduisait seule à 22 heures entre les implantations de Rimonim et d’Ofra lorsque le conducteur d’une voiture passant dans l’autre sens a allumé ses phares en guise d’avertissement.

Un peu plus loin sur la route, elle a vu l’autoroute jonchée de pierres. Quelques instants plus tard, une pierre a traversé son pare-brise, manquant de la heurter.

« Je conduisais aussi vite que je le pouvais sans pouvoir voir », a-t-elle dit. « Si quelqu’un avait été à côté de moi dans la voiture, il serait probablement mort. La pierre m’a manquée de quelques centimètres ; c’est vraiment un miracle que je ne sois pas morte. »

Alors qu’elle conduisait, Ivgi a alerté la police, puis s’est arrêtée à une station-service. Alors qu’elle s’attendait à ce que les forces de sécurité arrivent rapidement, il a fallu 15 minutes avant qu’une voiture de patrouille n’arrive, dit-elle.

Elle a ensuite déposé une plainte auprès de la police, qui a ouvert une enquête.

Ivgi a déclaré que l’endroit où l’embuscade s’est produite offre une couverture aux lanceurs de pierres. Elle a déclaré qu’elle continuerait à utiliser la route car c’est une nécessité, mais elle a exhorté les autorités à agir, avertissant que c’était « une question de vie ou de mort ».

Les jets de pierres sur les véhicules par les Palestiniens et les résidents d’implantation en Cisjordanie sont fréquents et, dans certains cas, ont entraîné des blessures graves ou des décès.

Un conducteur palestinien a été grièvement blessé mercredi lorsque sa voiture aurait été caillassée par un résident d’implantation israélien, ce qui lui a fait perdre le contrôle du véhicule et provoquer un accident.

En 2015, Israël a adopté une loi selon laquelle les personnes qui jettent des pierres sur des véhicules civils sont envoyées en prison pour une durée pouvant aller jusqu’à 10 ans, sans avoir à prouver l’intention nuisible de leurs actes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...