Les responsables communautaires juifs réagissent à l’incendie de Notre-Dame
Rechercher

Les responsables communautaires juifs réagissent à l’incendie de Notre-Dame

Haïm Korsia, Francis Kalifat, Joël Mergui, Bernard-Henri Lévy, Meyer Habib et d’autres ont exprimé leur solidarité

La flèche de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, avant son effondrement lors de l'incendie qui a touché l'édifice, le 15 avril 2019. (Crédit photo : FABIEN BARRAU / AFP)
La flèche de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, avant son effondrement lors de l'incendie qui a touché l'édifice, le 15 avril 2019. (Crédit photo : FABIEN BARRAU / AFP)

Suite au violent incendie ayant ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris ce lundi soir, nombreuses ont été les réactions en France comme à l’international, notamment en Israël.

Au sein de la communauté juive française – qui s’apprête, comme les catholiques, à célébrer les fêtes de Pâques –, l’émotion était particulièrement vive. Différents responsables associatifs, religieux et politiques ont ainsi fait part de leur tristesse.

« Bien tristes images de la cathédrale Notre-Dame de Paris ce soir… Amitié et soutien en prières avec @Eglisecatho et tout particulièrement Mgr Aupetit [l’archevêque de Paris] », a écrit Haïm Korsia, grand rabbin de France.

Joël Mergui, président du Consistoire, a lui exprimé le « soutien et la sympathie de la communauté juive à nos amis catholiques devant le drame de la cathédrale Notre-Dame en feu ».

« Nous sommes tous sous le choc, croyants ou non croyants, chrétiens ou pas car c’est un joyau de l’histoire de France et du christianisme autant que du patrimoine de l’Europe qui est actuellement en proie aux flammes, c’est terrible ! Cette magnifique cathédrale fait partie de Paris, de la vie des Parisiens et des Français depuis presque mille ans et j’exprime ma profonde solidarité et ma vive sympathie à nos amis catholiques particulièrement touchés à la veille de la fête de Pâques », a-t-il ajouté sur Facebook.

La rabbin Delphine Horvilleur a elle partagé une vidéo de l’Ave Maria chantée par l’Israélienne Noa. « Avec les Chrétiens, les Parisiens, et toute une humanité qui pleure les rêves des bâtisseurs… », a-t-elle écrit.

Le rabbin Gabriel Farhi, aumônier à l’hôpital Pompidou et pour l’AP-HP, a souhaité du « courage » aux « valeureux » pompiers parisiens. « Mon Dieu préserve ce lieu Saint qui est aussi notre bien commun et notre héritage. Sois auprès de ceux qui luttent contre le feu et console ceux qui pleurent », a-t-il ajouté.

Jack Yves Bohbot, vice-président du Consistoire central et président de la synagogue Nazareth à Paris, a exprimé son « effondrement » et sa « très grande émotion de voir brûler Notre-Dame, symbole de notre Ville, de notre histoire et de la Chrétienté ».

Du côté associatif, la douleur était elle aussi présente. Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France, a exprimé son « immense tristesse face à ce drame qui endeuille notre pays ». « Images terribles de la cathédrale de Paris en flammes. Pensées solidaires et fraternelles aux catholiques de France », a-t-il ajouté.

Le CRIF a lui affirmé « partager la vive émotion de l’ensemble des Français, frappés en plein cœur par l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris » et « exprimé avec une grande émotion sa solidarité avec les pompiers qui luttent au mieux contre les flammes ».

Sacha Ghozlan, président de l’Union des étudiants juifs de France, s’est dit « très attristé de voir Notre-Dame de Paris en feu. Force et courage à nos héros, les pompiers de Paris qui agissent pour éteindre l’incendie ».

« Émotion et effroi à la vue des images terribles de Notre-Dame en feu. Le @BnaiBrithFrance témoigne toute sa solidarité avec nos amis catholiques et partage la douleur de toute la nation face à cette tragédie. Ce symbole fort de Paris et de la France est notre patrimoine à tous », a écrit Philippe Meyer, président du B’nai B’rith France.

« Cette tragédie intervient à un moment important du calendrier chrétien, et, au-delà, dans un contexte où notre société est fracturée, divisée et menacée par les haines. Elle nous rappelle avec force que dans ce monde difficile et qui perd parfois ses repères, nous avons plus que jamais besoin de fraternité, de solidarité, d’unité et de partage », a ajouté l’organisation dans un communiqué.

Gil Taieb, président de l’ASI Keren Or et chargé de la mission gouvernementale de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, a jugé l’incendie de « catastrophe ». « Notre-Dame de Paris est certes la propriété de l’église, mais elle est Paris et tous les Parisiens sont sous le choc », a-t-il commenté.

Ariel Goldmann, avocat et président de la Fondation du judaïsme français et du Fonds social juif unifié, a écrit : « Quelle horreur ces images de Notre-Dame en feu ! Du courage aux pompiers qui se battent et les fraternelles pensées à nos frères et sœurs catholiques atteints dans leur cœur ! Cher @MichelAupetit, archevêque de Paris, recevez nos sincères et affectueuses pensées face au drame que vous connaissez et que tous les français ressentent au plus profond d’eux mêmes ! En tant que Français juifs nous sommes avec vous ! »

Dans une vidéo, Gilles-William Goldnadel, avocat et président de l’association France-Israël, s’est dit « affligé ». « Mon cœur saigne. […] Je ne savais même pas à quel point j’étais attaché à Notre-Dame de Paris. Quand on y réfléchit bien, Notre-Dame de Paris est le symbole même de Paris, de la France et de nos racines. A travers ce drame et ce chef-d’œuvre qui part en fumée, j’y vois un terrible symbole de ce qu’est aujourd’hui la chrétienté, la France, le monde, et j’y vois comme le plus méchant des signes. »

« Depuis Berlin, le cœur frappé devant les flammes, le ravage et la cendre. Un trésor de civilisation, pour celui qui croyait au Ciel et pour celui qui n’y croyait pas. L’Europe de la civilisation, des saintes espérances, de la grandeur et de la douceur. Frappée au cœur », a regretté le philosophe Bernard-Henri Lévy.

Des sapeurs-pompiers face à la cathédrale Notre-Dame de Paris, touchée par un violent incendie, dans la soirée du 15 avril 2019. (Crédit photo : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

La Conférence des Rabbins européens a exprimé sa solidarité avec la France et sa communauté catholique.

« Notre Dame de Paris est un symbole de l’ingéniosité et de l’endurance, célébrant presqu’un siècle de culture, d’architecture et de liberté européenne et française », a déclaré le Grand Rabbin de Moscou Pinchas Goldschmidt, le président de la Conférence des Rabbins européens.

« Les lieux de culte sont un pont entre notre passé et notre avenir, symbolisant l’aspiration de l’homme à atteindre de nouveaux sommets et de la spiritualité. La Conférence des Rabbins d’Europe exprime sa solidarité avec la France et particulièrement sa communauté catholique à la suite de cet incident dévastateur, en leur souhaitant de la force et de l’espoir », a-t-il ajouté.

Au niveau politique également, Meyer Habib, député de la 8e circonscription des Français établis hors de France, s’est exprimé. « Parisien de naissance et d’âme, mon cœur saigne devant ces flammes qui détruisent Notre-Dame de Paris. De tout cœur avec les sapeurs-pompiers de Paris. Après la catastrophe, viendra le temps des responsabilités… », a-t-il averti. « Le clocher vient de s’effondrer ! C’est toute une partie de notre patrimoine historique qui part en fumée… Tristesse », a-t-il ajouté, avant, comme le président américain Donald Trump, d’appeler la France à « utiliser d’urgence les Canadairs pour stopper la catastrophe » – un dispositif qui n’a pas été mis en place en raison de la fragilité de l’édifice, qui aurait pu s’écrouler intégralement sous le poids de masses d’eau.

Ayant mobilisé 400 pompiers, l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui s’est propagé extrêmement rapidement, a pris dans les combles de la cathédrale, ont indiqué les pompiers, évoquant « un feu difficile ». 15 avril 2019. (Crédit photo : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Elise Fajgeles, députée parisienne LREM et présidente du groupe d’amitié France-Israël, a elle retweeté à plusieurs reprises Emmanuel Macron à ce sujet. « Avec Notre-Dame, c’est l’âme de Paris qui se consume. Notre histoire, notre patrimoine. Courage et merci @PompiersParis et @prefpolice pour leur dévouement », a-t-elle également commenté.

Ayant mobilisé 400 pompiers, l’incendie, qui s’est propagé extrêmement rapidement, a pris dans les combles de la cathédrale, ont indiqué les pompiers, évoquant « un feu difficile ». Il semble être parti au niveau d’échafaudages installés sur le toit de l’édifice, construit entre le XIIe et le XIVe siècle, et serait « potentiellement lié » aux travaux entamés l’été dernier.

Après plusieurs heures de lutte et une crainte que l’édifice ne puisse être sauvé, les pompiers sont finalement parvenus à maîtriser l’incendie durant la nuit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...