Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Les retrouvailles émouvantes entre les otages et leurs proches en images

Plusieurs ex-captifs ont quitté l'hôpital lundi ; le directeur de l'établissement hospitalier souligne que le chemin vers un rétablissement psychique total "sera encore long"

Les membres de la famille Engel-Bart s'embrassent après la libération de Karina Engel-Bart, 51 ans, et de ses filles, Mika, 18 ans et Yuval, 11 ans, qui étaient retenus en otage par le Hamas, le 27 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les membres de la famille Engel-Bart s'embrassent après la libération de Karina Engel-Bart, 51 ans, et de ses filles, Mika, 18 ans et Yuval, 11 ans, qui étaient retenus en otage par le Hamas, le 27 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Des vidéos et des photos qui ont été partagées lundi ont montré les retrouvailles émouvantes entre les otages libérés de Gaza et leurs familles après 51 jours de séparation et d’angoisse – des otages qui, selon les médecins, sont en majorité en bonne santé et qui sont d’ores et déjà retournés chez eux ou s’apprêtent à le faire.

Elma Avraham, 84 ans, reste dans un état critique, prise en charge à l’hôpital Soroka de Beer Sheva où elle avait été héliportée en urgence, dimanche soir.

Maya Regev, 21 ans, se trouve également à Soroka pour une intervention chirurgicale. Elle avait été blessée par balle à la jambe avant d’être kidnappée lors de la rave-party Supernova, qui avait été prise d’assaut par les terroristes du Hamas lors de leur attaque-surprise sur le sol israélien, le 7 octobre.

Le professeur Itai Pessach, directeur de l’hôpital pour enfants Edmond et Lily Safra à l’hôpital Sheba, a indiqué lundi après-midi que la santé physique du dernier groupe de captifs libérés qui se trouvaient dans son établissement était bonne.

Dans une déclaration à la presse, Pessach a fait savoir que tous les otages qui ont été soignés à l’hôpital – les enfants, leurs mères et leurs grands-mères – ont subi de nombreux examens physiques et psychiques et qu’ils ont bénéficié d’un traitement médical si cela s’est avéré nécessaire.

Il a ajouté que les meilleurs experts médicaux avaient rencontré les anciens captifs, ainsi que des spécialistes en matière d’aide sociale et psychologique. Il a expliqué que si certains étaient prêts à rentrer chez eux – ils continueront à bénéficier de soins et de soutien à domicile – d’autres avaient choisi de rester à l’hôpital plus longtemps, soucieux de prendre le temps qu’il faudra pour leur réadaptation.

« Voir les otages retrouver leur famille, le fait qu’ils sont en train de se rétablir au niveau physique, cela donne un sentiment d’optimisme », a dit Pessach. « Mais au regard de leurs histoires difficiles et complexes de captivité, le chemin sera long avant qu’ils ne soient totalement rétablis ».

Maayan Zin retrouvant ses filles Dafna Elyakim, 15 ans et Ella Elyakim, 8 ans, après leur libération des geôles du Hamas après 51 jours de captivité, le 26 novembre 2023. (Autorisation)

Dans un communiqué distinct, l’hôpital Sheba a annoncé que Noga Weiss, 18 ans et sa mère Shiri Weiss, 53 ans, qui avaient été remises en liberté par le Hamas, avaient pu quitter l’établissement dans la soirée de lundi, ainsi que cinq membres de la famille élargie Haran-Avigdori-Shoham : Noam Avigdori, 12 ans et sa mère Sharon Avigdori, 52 ans ; Shoshan Haran et sa fille Adi Shoham, 38 ans, avec le fils de cette dernière, Naveh, 8 ans et sa fille Yahel, 3 ans.

De plus, Emily Hand, 9 ans, retenue seule en captivité, sans aucun autre membre de sa famille, a regagné le domicile familial, a fait savoir le communiqué. Tous avaient été enlevés par le Hamas au kibboutz Beeri, le 7 octobre.

Les familles ont eu des retrouvailles émouvantes avec leurs proches libérés de l’enclave côtière, ces derniers jours, après plus de sept semaines passées entre les mains du Hamas. Des images et des vidéos ont été partagées – avec la permission des principaux intéressés.

C’est une Avigail Idan souriante qui a été photographiée aux côtés de sa tante, de son oncle et de ses grands-parents à l’hôpital Schneider après sa remise en liberté, dimanche dans la soirée.

La famille a autorisé la publication des photographies, qui montrent Idan revoir enfin ses proches pour la toute première fois depuis le 7 octobre – où elle avait assisté au meurtre de ses parents avant d’être enlevée par les terroristes et avant d’être amenée à Gaza avec ses voisins.

Les premières heures d’Avigail Idan en compagnie de sa famille : sa tante Liron, son oncle Zuli, ses grands-parents Shlomit et Eitan, à l’hôpital pour enfants Schneider le 27 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider)

Les retrouvailles entre Maayan Zin et ses deux filles, Dafna, 15 ans, et Ela Elyakim, 8 ans, libérées dimanche soir, ont aussi été filmées et elles ont été diffusées lundi.

Zin avait fait campagne pour leur libération, réunissant plus de 22 000 abonnés sur X – anciennement Twitter – alors qu’elle tentait de sensibiliser les usagers du réseau social au calvaire vécu par ses filles. Lundi après-midi, elle a partagé une vidéo de ses retrouvailles avec ses enfants, écrivant : « Mes précieuses filles m’ont été rendues hier, un moment qui restera pour toujours dans ma mémoire. Merci à vous d’avoir rendu ça possible ».

Des photos ont également circulé montrant les retrouvailles de la famille Brodutch après la libération de Hagar, 40 ans, et des trois enfants du couple qu’elle forme avec Avichai Brodutch : Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans et Oriya, 4 ans, dimanche soir.

Ces images montrent les trois otages libérées en compagnie de leur mari et père.

Elles sont reproduites ici avec l’assentiment de la famille.

Les retrouvailles de la famille Brodutch avec le père, Avichai, qui tient l’épaule de son épouse Hagar et de leurs enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans et Oriya, 4 ans, qui ont été libérés par les terroristes du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Porte-parole de l’hôpital pour enfants Schneider)
Les retrouvailles de la famille Brodutch, avec Avichai, le père, qui étreint ses enfants gardés en captivité par les terroristes du Hamas pendant 51 jours, le 27 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider)

Tsahal a également transmis une série de photos prises hier soir montrant les enfants otages retrouvant leurs proches.

Sahar Calderon, à droite, embrasse sa mère après avoir été libérée par le Hamas, le 27 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Yagil Yaakov, 13 ans, tient la main de sa mère à bord d’un hélicoptère de l’armée, à sa libération par le Hamas, le 27 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les membres de la famille Engel-Bart s’embrassent après la libération de Karina Engel-Bart, 51 ans, et de ses filles, Mika, 18 ans et Yuval, 11 ans, qui étaient retenus en otage par le Hamas, le 27 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée a aussi diffusé une vidéo montrant Eitan Yahalomi, 12 ans, étreignant sa mère à la sortie d’un hélicoptère militaire.

En plus de ceux qui ont quitté les geôles du Hamas dans le cadre de l’accord de trêve conclu entre Israël et le groupe terroriste, 17 ressortissants thaïlandais qui travaillaient en Israël, au moment de l’attaque du 7 octobre, ont été remis jusqu’à présent en liberté en vertu d’un autre arrangement négocié par la Thaïlande.

Des photos partagées par le ministère thaïlandais des Affaires étrangères, lundi en tout début de matinée, montrent les anciens captifs se retrouver à l’hôpital Assaf Harofeh, en Israël. L’ambassade thaïlandaise a demandé que les noms des otages relâchés ne soient pas diffusés dans les médias, inquiète pour ceux qui restent actuellement en détention.

Des ressortissants thaïlandais libérés par le Hamas s’étreignent dans un hôpital israélien, une photo diffusée par le gouvernement thaïlandais en date du 27 novembre 2023. (Autorisation)

« Le groupe se trouve dorénavant à l’hôpital désigné où les officiels de l’ambassade royale de Thaïlande sont entrés en contact avec leurs familles », a fait savoir le ministre des Affaires étrangères thaïlandais. « Le ministère des Affaires étrangères félicite avec chaleur les otages qui viennent d’être libérés et leurs proches et il remercie toutes les parties qui se sont impliquées dans les efforts qui ont permis cette dernière libération ».

Une vidéo partagée par l’hôpital a montré les trois otages relâchés dimanche arriver à l’hôpital, lundi en tout début de matinée, acclamés par le personnel et par les employés de l’ambassade.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré lundi que l’arrivée des trois otages thaïlandais à l’hôpital et leurs retrouvailles avec leurs amis avaient été un moment « de grande excitation ».

Le ministère et l’hôpital ont ajouté que dans la mesure où un grand nombre de ces ressortissants n’avaient pas de famille en Israël, les personnels leur offraient toute une gamme de services de soutien psychologique et social et qu’ils « les entourent en permanence d’affection et de chaleur » pour faciliter leur réadaptation à leur liberté retrouvée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.