Les suicides dans l’armée en baisse en 2020, mais toujours 1ère cause de décès
Rechercher

Les suicides dans l’armée en baisse en 2020, mais toujours 1ère cause de décès

28 soldats sont morts au cours de l’année écoulée - deuxième chiffre le plus bas de toute l’histoire d’Israël - et un lors d’une attaque

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La famille, des amis, des soldats israéliens participent aux funérailles du Cpl. Lihu Ben-Bassa, mort dans un accident d'avion dans le sud du pays, au cimetière militaire de Rishon Lezion le 25 novembre 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
La famille, des amis, des soldats israéliens participent aux funérailles du Cpl. Lihu Ben-Bassa, mort dans un accident d'avion dans le sud du pays, au cimetière militaire de Rishon Lezion le 25 novembre 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

28 soldats de l’armée israélienne sont morts au cours de l’année 2020, deuxième chiffre le plus bas de toute l’histoire du pays, a déclaré l’armée dimanche.

Le suicide est resté la principale cause de décès chez les soldats, avec au moins neuf militaires s’étant ôtés la vie, selon le commandant de la Direction des effectifs de Tsahal, le major général Moti Almoz.

Un dixième soldat est peut-être également mort par suicide, bien que l’enquête dans cette affaire ne soit pas encore terminée, a déclaré Almoz aux journalistes.

Seule l’année 2019 a connu un nombre plus minime de soldats morts, avec 27 décès signalés – un de moins qu’en 2020. Le décompte de 2019 comprenait également Zachary Baumel, tué lors de la première guerre du Liban en 1982, mais qui avait officiellement été considéré comme porté disparu jusqu’à ce que son corps soit retrouvé en 2019.

Le nombre de suicides en 2020 représentait une légère diminution par rapport à 2019, alors que 12 soldats s’étaient suicidés cette année-là, selon l’armée.

« C’est un nombre faible, mais nous pourrions le réduire davantage », a déclaré Almoz.

Le sergent de première classe Amit Ben-Ygal, tué après avoir reçu une pierre à la tête pendant un raid d’arrestations dans le village de Yabed, en Cisjordanie, le 12 mai 2020. (Crédit : Réseaux sociaux)

Bien que 2020 n’ait pas été l’année où le nombre total de morts parmi les soldats a été le plus bas, l’année écoulée a connu le plus petit nombre d’Israéliens, civils ou soldats, à être tués dans des incidents d’ordre sécuritaire ou terroriste : 3. Un soldat – Amit Ben-Ygal – a été tué lors d’un raid dans le village de Yabed en Cisjordanie en mai 2020, le seul militaire tué au cours d’une « activité opérationnelle » l’année dernière, selon l’armée israélienne.

Les deux autres Israéliens, tuées dans des attaques terroristes en août et en décembre, sont le rabbin Shay Ohayon et la citoyenne franco-israélienne Esther Horgen.

Après le suicide, la deuxième principale cause de décès dans l’armée israélienne en 2020 a été les accidents de voiture, qui ont coûté la vie à six soldats, selon l’armée.

Cinq soldats sont morts d’une maladie en 2020, mais aucun du coronavirus, a déclaré Almoz.

Un officier de l’armée de l’air et un élève pilote de Tsahal ont été tués dans un accident d’avion en novembre, dont la cause exacte fait toujours l’objet d’une enquête.

Les victimes d’un accident d’avion de l’armée israélienne le 24 novembre 2020 : le commandant Itai Zayden (à droite) et le caporal Lihu Ben-Bassa (à gauche). (Crédit : Facebook)

Deux militaires ont été tués dans des accidents de travail, et trois dans d’autres circonstances – y compris celui dont la mort fait l’objet d’une enquête et qui serait un possible suicide.

Selon Almoz, sur les neuf soldats qui se sont suicidés, sept n’avaient pas été repérés comme à risque suicidaire. Cependant, deux d’entre eux avaient affiché – d’une manière ou d’une autre – des signes avant-coureurs.

Huit sur les neuf étaient des hommes, et cinq d’entre eux venaient d’unités de combat, selon l’armée. Aucun de ceux qui se sont suicidés n’étaient des soldats seuls – des soldats qui n’ont pas de famille en Israël ou qui ne sont pas soutenus par leur famille en Israël.

Grâce à divers programmes de prévention mis en œuvre au fil des ans, l’armée maintient un taux de suicide inférieur à celui de la société israélienne en général, et à celui de nombreuses armées à travers le monde.

Almoz a déclaré que l’armée avait probablement empêché quatre tentatives de suicide en 2020 en localisant rapidement les soldats qui avaient disparu de leurs unités – ce qui n’aurait probablement pas pu être mis en place les années précédentes.

« Lorsqu’un soldat disparaît de son unité, les efforts de localisation démarrent plus rapidement qu’auparavant. Quatre soldats au cours de l’année écoulée ont été sauvés parce que nous avons ‘appuyé sur ce bouton’, et que nous les avons localisés », a-t-il indiqué.

Selon Almoz, dans les cas où le soldat présentait des signes avant-coureurs ou des tendances suicidaires, ces efforts ont pu inclure une localisation à l’aide de données mobiles et d’autres moyens technologiques. Par le passé, il fallait plusieurs heures pour utiliser ces outils, mais ils peuvent maintenant être utilisés presque immédiatement si les commandants le jugent nécessaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...