Rechercher

Les supporters du Beitar Jerusalem protestent contre l’exclusion d’un an

Après avoir été exclus de l'UEFA pour le chaos lors de la finale de la Coupe d'État, des supporters en colère se sont rassemblés près du domicile de l'avocat de l'IFA

Des supporters du Beitar Jérusalem manifestant près de la maison du procureur de l'Association israélienne de football, Nir Reshef, à Givatayim, le 5 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des supporters du Beitar Jérusalem manifestant près de la maison du procureur de l'Association israélienne de football, Nir Reshef, à Givatayim, le 5 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des centaines de supporters du Beitar Jérusalem ont organisé un bruyant rassemblement lundi soir devant le domicile de l’avocat principal de la Fédération israélienne de football (IFA) dans le sud de Tel Aviv, lançant des feux d’artifice et se livrant à des actes de vandalisme mineurs pour protester contre la décision d’interdire à l’équipe de participer au tournoi européen l’année prochaine.

Des politiciens de droite ont critiqué la décision et certains supporters auraient même envoyé des menaces de mort aux juges de l’IFA qui ont décidé de la sanction après que les supporters du Beitar eurent pris d’assaut le terrain à la suite d’une victoire en finale de la Coupe d’État le mois dernier.

La décision prise lundi soir par un tribunal convoqué par l’instance dirigeante du football israélien signifie que le club sera exclu de l’UEFA Europa Conference League, une compétition réunissant les meilleurs joueurs des ligues nationales et les vainqueurs de coupes de toute l’Europe.

Le Beitar Jerusalem a également été condamné à payer une amende de 70 000 shekels et à perdre trois points en championnat l’année prochaine.

Le club pourrait également être exclu du tournoi de la Coupe d’État si les supporters devaient à nouveau entraîner des troubles.

Quelques heures après le prononcé de la décision, les supporters ont afflué vers le domicile de l’avocat de l’IFA, Nir Reshef, à Givatayim, ville au sud de Tel Aviv, où ils se sont rassemblés avec des klaxons, des sifflets, des pétards et des feux d’artifice qu’ils ont fait exploser dans les airs au-dessus de sa maison.

Des vidéos de la scène publiées sur les réseaux sociaux montrent les supporters scandant des slogans tels que « Nir Reshef est mort » et « Vous avez un voisin corrompu ».

D’autres images montrent des supporters vandalisant des drapeaux LGBT dans les rues de Givatayim. Les médias israéliens ont indiqué que des pots de fleurs situés à l’entrée de l’immeuble de Reshef avaient été brisés.

Certains émeutiers ont brièvement bloqué l’artère Alouf Sade, située à proximité, et y ont allumé un feu de joie.

L’IFA a réagi en publiant une déclaration indiquant que les juges du tribunal qui avaient décidé de la sanction avaient reçu des menaces de mort et que certains de leurs numéros de téléphone avaient été diffusés. L’association a déclaré avoir déposé plainte auprès de la police.

Dans sa déclaration, l’IFA a mis en garde contre le développement d’un « discours violent et dangereux qui nous rapproche de la catastrophe ».

« Les tribunaux sont indépendants et agissent sans crainte et sans discrimination », poursuit la déclaration. « Leur indépendance ne sera jamais mise en doute. La voie correcte et acceptée est d’interjeter appel auprès du tribunal suprême [de l’IFA], comme le club a dit qu’il le ferait. La police israélienne a été informée par l’IFA des derniers développements. Nous sommes convaincus qu’elle agira avec détermination contre ceux qui franchissent des limites qui ne devraient jamais être franchies. »

La décision a également suscité des réactions politiques de la part des membres du gouvernement de droite, dont beaucoup sont associés au Beitar ou le soutiennent.

Le ministre de la Culture et des Sports Miki Zohar à son bureau de Jérusalem, le 2 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Culture et des Sports, Miki Zohar, du parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu le Likud, a tweeté que la punition « ne représente pas les valeurs sportives » et que le Beitar « mérite de jouer en Europe » puisqu’il a remporté la Coupe et que « le comportement des supporters ne devrait jamais affecter les joueurs et l’entraîneur, qui ont gagné le match ».

Zohar a déclaré que « la punition collective n’est pas la solution » et a ajouté que la décision « doit changer, sinon la victoire sur le terrain n’a pas de sens ».

Le ministre délégué au sein du ministère de la Justice, David Amsalem (Likud), fan du Beitar, a réagi lors d’un discours au plénum de la Knesset, suggérant que la décision pouvait être politique.

« Réfléchissez à ce que vous faites, donnez une sanction liée au sport, pas de problème, [mais] ne nous excluez surtout pas des entreprises de football. J’espère que vous ne l’avez pas fait parce que je suis venu au conseil des ministres avec un drapeau du Beitar », a déclaré Amsalem, s’adressant à l’IFA.

Des fans du Beitar Jérusalem prenant d’assaut le terrain du stade Sammy Ofer de Haïfa, le 23 mai 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Le chaos avait éclaté à l’intérieur du stade Sammy Ofer de Haïfa après la victoire 3-0 du Beitar sur le Maccabi Netanya. Des milliers de supporters en jaune et noir s’étaient précipités sur la pelouse, ce qui avait interrompu la cérémonie de remise des prix. Ils avaient dérobé des médailles, allumé des feux et contraint le président Isaac Herzog à quitter les lieux sous escorte sécurisée.

Herzog, qui devait comme chaque année participer à la cérémonie de remise des prix, avait été évacué à la hâte par les services de sécurité lorsque les supporters avaient commencé à lancer des pétards et à voler du matériel.

Le président avait organisé une cérémonie de rattrapage pour l’équipe dans sa résidence de Jérusalem le lendemain.

Les responsables avaient envisagé de retirer son titre à l’équipe, qui avait menacé d’intenter une action en justice. Finalement, le jury avait laissé la coupe à Beitar, mais il avait déclaré qu’il « ne pouvait pas trouver de bonnes raisons de lui permettre de profiter également des fruits et des droits économiques découlant de sa victoire ».

« La finale de la Coupe d’État est censée être un match honorable et elle sert à célébrer la fin de la saison en présence d’une foule de supporters remplissant les gradins devant de nombreux dignitaires », a déclaré le tribunal dans son verdict. « Dans la pratique, cette journée est devenue un événement honteux et humiliant, comme le football israélien n’en a jamais connu dans une telle situation. »

En conséquence, le Maccabi Netanya, qui avait perdu le match pour le titre qui avait entraîné la prise d’assaut de la pelouse par les supporters du Beitar, le 23 mai, pourrait bien jouer les remplaçants.

Les équipes israéliennes jouent en Europe en raison des difficultés à programmer des matchs contre les équipes des pays du Moyen-Orient et d’Asie qui sont opposés à la normalisation avec l’État juif.

La finale de la Coupe d’État israélienne entre le Maccabi Netanya et le Beitar Jerusalem au stade Sammy Ofer de Haïfa, le 23 mai 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Le Beitar, fondé en 1936, est sans doute le club de football le plus populaire d’Israël, mais il est aussi le plus controversé en raison du racisme et de la violence d’une partie de ses supporters.

Le Beitar Jérusalem est le seul club de première division israélienne à n’avoir jamais recruté de joueur arabe, et son club de supporters le plus bruyant et le plus extrémiste – connu sous le nom de La Familia – peut souvent être entendu en train de scander « Mort aux Arabes » depuis la tribune Est du Teddy Stadium à Jérusalem.

L’année dernière, le ministre de la Défense de l’époque, Benny Gantz, avait suggéré que La Familia soit placée sur la liste des groupes terroristes après avoir été impliquée dans des violences lors de la Marche des drapeaux, à l’occasion de la Journée de Jérusalem.

Michael Bachner a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.