Les travailleurs palestiniens autorisés à rentrer chaque jour chez eux dès lundi
Rechercher

Les travailleurs palestiniens autorisés à rentrer chaque jour chez eux dès lundi

Au plus fort de la pandémie, les Palestiniens travaillant en Israël ne pouvaient pas y entrer, à moins d'y rester plusieurs semaines, une restriction qui prendra fin lundi

Des ouvriers palestiniens de la ville de Hébron en Cisjordanie portent leurs affaires personnelles en arrivant au point de passage de Tarqumiya pour entrer en Israël, le 18 mars 2020. (Wisam Hashlamoun/Flash90)
Des ouvriers palestiniens de la ville de Hébron en Cisjordanie portent leurs affaires personnelles en arrivant au point de passage de Tarqumiya pour entrer en Israël, le 18 mars 2020. (Wisam Hashlamoun/Flash90)

A partir de demain, Israël autorisera des dizaines de milliers de Palestiniens à voyager entre la Cisjordanie et Israël chaque jour pour leur travail, a annoncé dimanche la liaison militaire avec les Palestiniens, après plusieurs mois de restrictions irrégulières dues à l’épidémie de coronavirus.

Pendant la pandémie, les Palestiniens travaillant en Israël ne pouvaient pas entrer dans le pays, bien qu’à plusieurs reprises, des dizaines de milliers de travailleurs furent autorisés à entrer à condition de rester en Israël pendant plusieurs semaines.

Environ 70 000 Palestiniens sont employés légalement en Israël, selon le groupe de défense des droits des travailleurs Kav LaOved. Des dizaines de milliers d’autres franchissent régulièrement la barrière frontalière pour travailler illégalement à l’intérieur de la Ligne verte.

Dimanche également, lors d’une conférence téléphonique, les ministres ont convenu de prolonger l’état d’urgence actuellement en vigueur en raison de l’épidémie, Israël continuant à avoir l’un des taux les plus élevés de nouvelles infections dans le monde.

Une déclaration commune du bureau du Premier ministre indique que les ministres demanderont à la commission de la Constitution, des lois et de la justice de la Knesset d’approuver définitivement la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 7 novembre, avant son expiration le 6 septembre.

La décision approuvée par les ministres cite « le fait qu’il existe toujours un risque réel d’une épidémie généralisée du coronavirus et d’un préjudice important pour la santé publique » comme justification de cette extension de l’état d’urgence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...