Les Travaillistes et le Meretz recommanderont Lapid comme futur Premier ministre
Rechercher

Les Travaillistes et le Meretz recommanderont Lapid comme futur Premier ministre

Gantz dit qu'il soutiendra quiconque pourra former une coalition sans Netanyahu ; malgré des sondages à un chiffre, Saar affirme qu'il peut encore être Premier ministre

Le président de Yesh Atid, Yair Lapid, (à gauche), discutant avec la députée travailliste Merav Michaeli lors d'une session plénière à la Knesset, le 5 juin 2013. (Miriam Alster/Flash90)
Le président de Yesh Atid, Yair Lapid, (à gauche), discutant avec la députée travailliste Merav Michaeli lors d'une session plénière à la Knesset, le 5 juin 2013. (Miriam Alster/Flash90)

Un candidat du Parti travailliste aux élections de la Knesset de la semaine prochaine a déclaré mardi que le parti de centre-gauche recommanderait le chef de Yesh Atid, Yair Lapid, pour former le prochain gouvernement, après une annonce similaire par la faction Meretz, plus à gauche.

La liste centriste de M. Lapid bénéficie de sondages plus élevés que n’importe quelle autre liste du bloc d’opposition au Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Nous recommanderons Yair Lapid… nous pensons qu’il peut diriger une coalition », a déclaré à la radio de l’armée Nachman Shai, ancien député et numéro 8 sur la liste électorale des Travaillistes. « Pour nous, [Lapid] est le chef du bloc ».

Lundi, le président du Meretz, Nitzan Horowitz, a été le premier chef de parti à déclarer ouvertement qu’il recommanderait Lapid comme Premier ministre.

« Je le vois comme le chef du plus grand parti de notre bloc avec la meilleure chance de former un gouvernement. Nous ferons partie du gouvernement avec lui [à la tête du parti] », a déclaré M. Horowitz au site d’information Ynet.

Interrogé sur l’éventualité d’un abandon de la course par Meretz, alors que les sondages indiquent que le parti de gauche se situe constamment à la limite du seuil électoral, il a affirmé que non. « Un vote stratégique consiste à voter pour Meretz afin d’empêcher Netanyahu » de former un gouvernement de droite étroite », a ajouté M. Horowitz.

Après les élections, le président invite le chef de chaque parti qui fait partie des 120 membres de la Knesset à recommander le choix du Premier ministre qu’il préfère. Le président sélectionne ensuite, sur la base de ces recommandations, la personne la mieux placée pour former et diriger une coalition gouvernementale, normalement un candidat recommandé par au moins 61 députés.

Le chef du parti d’extrême gauche Meretz, Nitzan Horowitz, assiste à une conférence de presse de la Douzième chaîne à Jérusalem, le 7 mars 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Cette déclaration publique semble faire partie d’une stratégie visant à empêcher les électeurs de transférer leur soutien à Yesh Atid, comme c’est souvent le cas lors des élections, où beaucoup préfèrent soutenir le plus grand parti de leur bloc préféré.

Lapid fait toujours face à une bataille difficile, avec environ 20 sièges contre près de 30 pour le Likud. Même si le bloc anti-Netanyahu remporte une majorité de sièges, le chef de Yesh Atid aura du mal à convaincre des partis aussi à gauche que Meretz et aussi à droite que Yamina de Naftali Bennett de siéger dans la même coalition.

Après s’être abstenu de le dire franchement la semaine dernière, le président de Kakhol lavan, Benny Gantz, a déclaré lundi à la Douzième chaîne qu’il était en fait prêt à soutenir Lapid comme Premier ministre. Il a toutefois nuancé cette déclaration, affirmant qu’il soutiendrait tout candidat capable de prouver, après les élections, qu’il dispose d’un soutien suffisant pour former une coalition qui remplacera Netanyahu – qu’il s’agisse de Lapid, du président de Yamina, Naftali Bennett, ou de Gideon Saar de Tikva Hadasha.

Saar a chuté à la quatrième place dans les récents sondages, qui ne lui accordent que neuf sièges. Néanmoins, il a déclaré mardi à la Douzième chaîne qu’il se considère toujours comme candidat au poste de Premier ministre et qu’il formera le prochain gouvernement si le bloc pro-Netanyahu n’obtient pas une majorité d’au moins 61 sièges lors du vote du 23 mars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...