Les voeux de politiciens à tous les juifs pour Rosh HaShana
Rechercher

Les voeux de politiciens à tous les juifs pour Rosh HaShana

Le chef de la diplomatie iranienne, le Premier ministre palestinien, le président russe Poutine et d’autres dirigeants du monde souhaitent une bonne nouvelle année juive

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif pendant une conférence de presse, le 15 juillet 2015. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif pendant une conférence de presse, le 15 juillet 2015. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Dimanche, alors que l’on a assisté cette année à un affrontement direct entre les forces israéliennes et iraniennes, le ministre des Affaires étrangères de Téhéran a envoyé ses vœux pour Rosh HaShana à tous les Juifs, leur souhaitant une nouvelle année de « paix et d’harmonie ».

« Alors que le soleil cède sa place à la lune, je souhaite à tous mes compatriotes juifs et aux Juifs dans le monde une nouvelle année remplie de paix et d’harmonie. Joyeux Rosh HaShana », a tweeté Mohammad Javed Zarif.

Ses vœux étaient accompagnés de photos de Juifs iraniens priant dans une synagogue. Le Nouvel An juif a commencé au coucher du soleil dimanche.

L’Iran avait entre 80 000 et 100 000 Juifs avant la révolution islamique de 1979, mais la plupart ont dû fuir, principalement vers les Etats-Unis, Israël et l’Europe. Maintenant, il y a seulement environ 8 500 Juifs qui habitent principalement à Téhéran, mais aussi à Isphahan et Shiraz, deux grandes villes au sud de la capitale.

Avec un membre désigné au Parlement, la communauté juive d’Iran est l’une des trois minorités religieuses officiellement reconnues. Les Chrétiens arméniens ont deux députés désignés, et les Assyriens Chaldéens et Zoroastriens en ont chacun un.

Pourtant, de nombreux Juifs iraniens se plaignent de ne pas être traités avec égalité devant la loi. En juillet, un tribunal iranien a retoqué une interdiction empêchant les minorités religieuses de se présenter à des élections municipales.

Les vœux de Zarif interviennent après une année de tensions accrues entre Jérusalem et Téhéran. On a assisté à la plus importante confrontation directe entre les forces israéliennes et iraniennes ainsi qu’au vol très audacieux d’archives nucléaires de l’Iran par des agents israéliens.

En mai, environ 20 roquettes ont été tirées sur des bases militaires israéliennes par les forces iraniennes depuis le sud de la Syrie alors que des avions israéliens ont ciblé des nombreux sites contrôlés par l’Iran en Syrie.

L’armée israélienne a déclaré que les tirs de missiles ont été menés par des membres des forces Quds du Corps des Gardiens de la Révolution iranienne. Il s’agissait du premier cas où Israël a directement attribué une attaque à l’Iran, alors que les attaques sont généralement menées par des alliés de Téhéran.

En riposte, Israël a lancé une campagne intensive de bombardements, frappant des bases iraniennes à travers la Syrie pendant plusieurs heures à la suite de l’attaque initiale de l’Iran.

Des officiels iraniens de haut rang appellent constamment à la destruction d’Israël, et l’Iran finance, arme et entraîne des groupes terroristes aux frontières d’Israël.

Des vœux venus des quatre coins du monde

Rami Hamdallah, le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, a également envoyé ses meilleurs vœux pour Rosh HaShana au peuple juif. Il a aussi accepté de continuer à rencontrer le ministre des Finances Moshe Kahlon après les fêtes.

Les deux hommes se rencontrent de manière régulière et ce, malgré les tensions entre l’AP et Israël.

Le ministre israélien des Finances Moshe Kahlon (3ème à gauche) rencontre le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Rami Hamdallah (4ème à gauche) à Ramallah, le 30 octobre 2017 (Capture d’écran : Twitter)

Le président russe Vladimir Poutine a envoyé ses vœux à la communauté juive de Russie, saluant sa contribution au pays.

« J’observe avec satisfaction que les organisations religieuses juives sont impliquées activement dans la vie du pays. Elles proposent des activités caritatives efficaces et ont mis en place des projets éducatifs véritablement fondamentaux. La communauté juive cherche à enseigner son riche héritage historique et spirituel, sa culture originale et les traditions de ses ancêtres aux jeunes générations », a déclaré Poutine dans la lettre.

Le président russe Vladimir Putin, à gauche, le président iranien Hassan Rouhani, au centre, et le président turc, à droite lors d’une conférence de presse après une rencontre à Téhéran, le 7 septembre 2018 (Crédit : , AFP PHOTO / SPUTNIK / Mikhail KLIMENTYEV)

« La contribution des communautés juives au développement du dialogue inter-ethnique et inter-religieux ainsi qu’au renforcement de l’amitié vieille de plusieurs siècles entre les peuples de Russie est incontestablement très importante », a déclaré Poutine.

Au Royaume-Uni, alors que les Juifs britanniques sont confrontés à une pluie de scandales antisémites qui rongent le parti Travailliste d’opposition et son chef Jeremy Corbyn, le maire de Londres Sadiq Khan a promis que sa ville restera un endroit sûr pour les Juifs.

« Je me tiendrai toujours aux côtés des Londoniens juifs pour traiter le fléau de l’antisémitisme et faire tout ce qu’il faut pour protéger notre communauté juive », a tweeté Khan.

Jeudi, le président américain Donald Trump a envoyé ses vœux dans un appel conférence avec plusieurs dizaines de dirigeants juifs américains. Il leur a dit que les Etats-Unis ne donneraient pas d’aide aux Palestiniens jusqu’à ce qu’ils parviennent à un accord avec Israël.

Il s’est aussi vanté que le régime iranien avait « perdu de son charme » depuis que les Etats-Unis s’étaient retirés de l’accord du nucléaire de 2005 et que l’Iran luttait maintenant pour sa survie. En quittant l’accord, a-t-il déclaré, il a fait « quelque chose de fort pour Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...